Ulrich Graf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Graf.

Ulrich Graf

Description de cette image, également commentée ci-après

Ulrich Graf entre 1920 et 1925

Naissance 6 juillet 1878
Bachhagel, Allemagne
Décès 3 mars 1950 (à 71 ans)
Munich, Allemagne
Nationalité Allemagne Flag of German Reich (1935–1945).svg
Profession Boucher
Autres activités

Ulrich Graf, (Bachhagel Allemagne 6 juillet 1878 - Munich 3 mars 1950), boucher était un membre parti nazi, de la SA et de la SS. Garde du corps d’Adolf Hitler, il prit part au putsch de la brasserie au cours duquel il fut blessé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ulrich Graf rejoint l’armée impériale allemande en 1896, de laquelle il est chassé en 1904 pour dégradation de matériel de service. Il devient ensuite fonctionnaire communal à Munich. Boucher de profession[1], il s’inscrit, après la fin de la Première Guerre mondiale au Deutsche Arbeiterpartei, qui compte également Adolf Hitler parmi ses membres. En 1921, Graf fait partie des membres fondateurs de la SA et du parti nazi[2]. Dès cette époque, il est l’accompagnateur personnel et l’un des gardes du corps d’Hitler. C’est à ce titre qu’il prend part au putsch de la brasserie du 9 novembre 1923, au cours duquel il est gravement blessé en protégeant Hitler, dont il est considéré comme le sauveur.

En décembre 1924, Graf est élu au conseil municipal de Munich où il siège à partir du 1er janvier 1925. Cette même année, il s’inscrit au parti nazi, interdit et refondé (carte de membre no 8) et à la SS (carte de membre no 26)[2]. Il est réélu au conseil municipal en 1929, au sein duquel il ne joue aucun rôle notable, son mandat étant le fruit des services déjà rendus au parti[3]. Fin 1925, Graf devient assesseur auprès du tribunal interne du parti nazi[4].

En 1936, Graf est élu au Reichstag. En 1943, il obtient le grade de SS-Brigadeführer. Après guerre, il est condamné, en 1948, à cinq ans de camp de travail.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Mathias Rösch, Die Münchner NSDAP 1925-1933 : eine Untersuchung zur inneren Struktur der NSDAP in der Weimarer Republik, München, Oldenbourg, coll. « Studien zur Zeitgeschichte »,‎ 2002, 598 p. (ISBN 978-3-486-56670-3, lien OCLC?).
  • Joachim Lilla (éditeur), Martin Döring et Andreas Schulz, Statisten in Uniform : die Mitglieder des Reichstags 1933-1945 : ein biographisches Handbuch : unter Einbeziehung der völkischen und nationalsozialistischen Reichstagsabgeordneten ab Mai 1924, Düsseldorf, Droste,‎ 2004, 996 p. (ISBN 978-3-770-05254-7, lien OCLC?)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mathias Rösch: Die Münchner NSDAP 1925-1933. S. 514.
  2. a et b Ernst Klee: Das Kulturlexikon zum Dritten Reich. Wer war was vor und nach 1945. S. Fischer, Frankfurt am Main 2007, S. 196.
  3. (de) Ulrike Haerendel, Kommunale Wohnungspolitik im Dritten Reich : Siedlungsideologie, Kleinhausbau und "Wohnraumarisierung" am Beispiel Münchens, München, Oldenbourg,‎ 1999 (ISBN 3-486-56389-0), p. 53.
  4. Mathias Rösch: Die Münchner NSDAP 1925-1933. S. 118.