Ulpia Severina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ulpia Severina

Description de cette image, également commentée ci-après

Monnaie de Séverine.

Conjoint

Ulpia Severina, ou Séverine, était l`épouse de l'empereur Aurélien.

On ne connaît pas vraiment ses origines. Peut-être était-elle la fille (nommée Severina) de Philippe l'Arabe et d'Otacilia Severa, peut-être était-elle aussi liée à cet Ulpius Crinitus que seule mentionne l'Histoire Auguste et qui était selon elle un personnage important protecteur d'Aurélien. Cependant il est fort probable que ce personnage soit fictif, pour tenter de relier Aurélien à l'empereur Trajan (Marcus Ulpius Trajanus), idéal de Rome en ces temps de crise.

Elle n'est en fait connue que par les monnaies sur lesquelles elle figure avec son mari ; ces nouvelles monnaies sont issues de la réforme monétaire d'Aurélien, dites aureliani. En 274 (sans doute vers septembre-octobre), à l'occasion du triomphe d'Aurélien sur Palmyre et sur l'Empire des Gaules, elle fut élevée au rang d'Augusta, ce qui explique son apparition sur les monnaies, où elle est accompagnée en outre du titre de mater castrorum et senatus et patriae que les impératrices séveriennes et Otacilia Severa avaient déjà porté. Séverine jouait sans doute un rôle important aux côtés d'Aurélien, comme soutien et comme représentation politique. On sait la conception presque divine qu'Aurélien voulait montrer du Principat, et il est possible qu'il ait eu l'intention de fonder une nouvelle dynastie.

Le rôle de Séverine grandit encore après la mort d'Aurélien en septembre-octobre 275, quand la confusion causée par son assassinat mit le Sénat dans l'embarras pour choisir un successeur. Séverine, de façon certaine, assura une sorte d'interrègne pendant quelques mois (peut-être deux, il y eut une ou deux émissions de monnaies sur lesquelles elle figure seule), avant de laisser la place à Tacitus en novembre-décembre 275. Elle est donc peut-être la seule femme à avoir régné seule sur l'Empire romain.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

A.H.M. JONES, J.R. MARTINDALE, J. MORRIS Prosopography of the Later Roman Empire t. 1 260-395, Cambridge, 1971-1992

Article connexe[modifier | modifier le code]