Uji Shūi monogatari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Uji Shūi monogatari (宇治拾遺物語?) est une collection de contes japonais écrite sans doute au début du XIIIe siècle. L'auteur en est inconnu et il est possible que l'ouvrage ait été plusieurs fois revus.

Le titre signifie « Glânes du Uji Dainagon Monogatari », un livre qui ne nous est pas parvenu. Le dainagon d'Uji dont il est question dans le titre est Minamoto no Takakuni.

L’œuvre fait partie de la littérature setsuwa. À la suite du Konjaku Monogatarishū, elle est représentative des œuvres setsuwa de l'époque Kamakura.

Contenu[modifier | modifier le code]

L'histoire est composée de 197 contes répartis en 15 volumes.

La préface indique que l'ouvrage comprend des contes en provenance du Japon, d'Inde et de Chine. Peu d'entre eux cependant sont originaux et beaucoup d'histoires contiennent des éléments rencontrés dans des œuvres plus anciennes telles que le Konjaku Monogatarishū.

L'ouvrage comprend un certain nombre de personnages, nobles et gens du commun, dans des contes qui relèvent de la vie quotidienne ou de l'obscur et du comique. Plusieurs de ces histoires ont servi de base à des nouvelles de Ryūnosuke Akutagawa.

Les contes recueillis dans le Uji Shūi monogatari peuvent être distingués selon trois catégories principales :

  • Contes bouddhistes
  • Contes sociaux
  • Contes privés

Les éléments bouddhistes sont particulièrement marqués.

Composition[modifier | modifier le code]

On ne sait pas précisément quand le Uji Shūi monogatari a été écrit. Nombre de théories ont été avancées à partir de démonstrations littéraires ou linguistiques. Bien que très différentes les unes des autres, ces théories s'accordent en général pour dater l’œuvre du début du XIIIe siècle.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Watanabe, Tsunaya; Kōichi Nishio (1960). Nihon Koten Bungaku Taikei vol. 27 : Uji Shūi Monogatari. Tōkyō, Iwanami Shoten. ISBN 4-00-060027-3.

Notes et références[modifier | modifier le code]