Ugo Etherianus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ugo Etherianus
Biographie
Naissance v. 1115
Pise Drapeau de la Toscane Toscane
Décès 7 décembre 1182
Constantinople
Empire byzantin
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
1182 par le
pape Lucius III
Titre cardinalice Cardinal-diacre de S. Angelo in Pescheria

Ugo Etherianus ou en français Hugues Éthérien (né v. 1115 à Pise en Toscane, Italie, et mort le 7 décembre 1182 à Constantinople) est un cardinal et théologien italien du XIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hugues Éthérien étudia à Paris. En 1161, il arriva à la cour de l'empereur Manuel Ier Comnène à Constantinople et acquit de l'influence sur le souverain. En 1166, il fut rejoint par son frère appelé en latin Leo Tuscus (Léon le Toscan), qui devint secrétaire-traducteur pour le compte de l'empereur.

Sur la querelle du Filioque, qui opposait les Églises latine et grecque, Hugues Éthérien composa à la demande de l'empereur un traité en trois livres intitulé De hæresibus quas Græci in Latinos devolvunt, sive quod Spiritus Sanctus ex utroque Patre et Filio procedit, défendant la position occidentale. Il en établit une version en grec et une autre en latin, et il adressa ensuite le texte au pape Alexandre III et au patriarche latin d'Antioche Aimery de Limoges. Il utilise comme autorités à la fois des Pères grecs (Athanase d'Alexandrie, Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze, Jean Chrysostome, Cyrille d'Alexandrie, Jean Damascène) et des Pères latins (Hilaire de Poitiers, Ambroise de Milan, Jérôme de Stridon, Augustin d'Hippone, Grégoire le Grand). Il connaît les textes des auteurs grecs plus récents, comme Photius, Théophylacte d'Ohrid, et Nicétas de Thessalonique. C'est historiquement la plus ancienne défense rigoureuse et informée du Filioque, et elle a servi de base aux théologiens latins du siècle suivant, notamment Thomas d'Aquin.

D'autre part, il écrivit un traité contre les bogomiles qu'il intitula Adversus Patarenos, les assimilant ainsi avec les patarins, qui étaient les membres d'un mouvement de réforme religieuse apparu en Italie du Nord au XIe siècle. Il poussa l'empereur Manuel Ier à réprimer violemment les bogomiles, en les brûlant sur des bûchers ou en les marquant d'un théta noir sur le front.

Il est également l'auteur d'un traité intitulé De regressu animarum ab inferis, en réponse à une demande adressée par des clercs de Pise, et sans doute d'un court texte intitulé De Græcorum malis consuetudinibus. On connaît uniquement par le titre un Liber de immortali Deo, perdu.

Le pape Lucius II le créa cardinal lors d'un consistoire au début 1182 (bulle datée du 14 juillet), mais il mourut le 7 décembre suivant à Constantinople.

Édition des textes[modifier | modifier le code]

  • Patrologie Latine, vol. CCII, col. 168-396 (contient le De regressu animarum ab inferis, puis le traité sur le Saint-Esprit).
  • Bernard Hamilton (éd.), Contra Patarenos, Leyde, E. J. Brill, 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]