Udi Aloni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aloni.
Udi Aloni

Udi Aloni (en hébreu אודי אלוני) (né le 10 décembre 1959) est un réalisateur, un écrivain et un artiste visuel américano-israélien. Il est le fils de la femme politique Shulamit Aloni.

Ses œuvres explorent souvent les relations entre la politique et la religion. Aloni a commencé sa carrière comme artiste-peintre, créant la galerie Bugrashov à Tel Aviv, un lieu phare pour l'art contemporain, les événements politico-culturels. Son œuvre dans l'art à grande échelle l'a conduit alors qu'il vivait à New York en 1995, à inventer une méthode pour suspendre des publicités sur les structures architecturales urbaines et c'est à cette occasion qu'il a été qualifié d'artiste qui a « ré-inventé le design de New York »[1].

C'est en 1996 qu'Aloni a commencé à réaliser des films. Son documentaire, Local Angel (2002) et son premier long métrage de fiction Forgiveness (signifiant Pardon en français) (2006), sont tous deux des interprétations radicales du conflit israélo-palestinien qui ont déclenché des controverses au Moyen-Orient et ailleurs. Actuellement Aloni réalise un documentaire sur le mouvement non violent de libération du Jammu-et-Cachemire.

Politique[modifier | modifier le code]

Dans toutes ses activités, cours à l'université, conférences, manifestations, Aloni exprime une volonté de justice, de paix, de solidarité et d'amour entre Israël et la Palestine. Le film Forgiveness (2006), dont la première au Moyen-Orient a eu lieu à Ramallah en Palestine, a récemment déclenché une polémique lorsque l'ambassade d'Israël à Paris a menacé de stopper ses subventions au Festival du film israélien de Paris[2] si le film était présenté en ouverture[3].

Films[modifier | modifier le code]

Les films d'Aloni ont été présentés dans divers festivals de cinéma (Berlinale, Festival international du film de Toronto, Festival international du film de Tōkyō, Festival international du cinéma indépendant de Buenos Aires et Festival du film de Jérusalem) et aussi dans des université. Forgiveness (2006), qui a été distingué par une récompense au Festival du film de Woodstock en 2006[4], a été qualifié par le philosophe Slavoj Zizek comme « peut-être le plus beau, le plus puissant et le plus important film jamais réalisé sur les tragédies de la région »[5] . Forgiveness raconte l'histoire de résidents d'un hôpital psychiatrique construit sur les ruines du village palestinien de Deir Yassin.

  • Left (1996)
  • Local Angel (2002)
  • Innocent Criminals (2004) , vidéo musicale avec DAM un groupe de rap palestinien
  • Forgiveness (Mechilot) (2006), distingué par un Audience Award au Festival du film de Woodstock
  • Azadi (Liberté) (production en cours)

En 2007, Aloni était membre du jury d'attribution de la récompense Manfred Salzgeber dans la section Panorama du Berlin International Film Festival à Berlin en Allemagne.

Écrits[modifier | modifier le code]

Les écrits d'Aloni, qui comprennent des correspondances avec des intellectuels contemporains comme Judith Butler, Slavoj Zizek, Alain Badiou et Avital Ronell, couvrent le champ des rapports de la théologie et de la psychanalyse, de la littérature et de la philosophie. Son livre le plus récent Gilgul Mechilot (Pardon, ou en roulant dans les tunnels du monde souterrain) est un recueil d'histoires et de pensées, dont un essai au contenu politique Messianic Manifesto for Binationalism et Reflections on the Coming of the Messiah[6].

Art visuel[modifier | modifier le code]

  • Re-U-Man projet interactif[7] première au Metropolitan Museum of Art; également présenté au musée d'Israël à Jérusalem et au pont de la 22e rue à New York
  • Book of Sham: galerie Nicole Klagsbrun, New York
  • Parhessia: Musée d'art contemporain de Ramat Gan, Israël
  • God Is Dead Already From the Beginning – conférence avec la participation d'Umberto Eco et Moshe Idel, Mishkenot Shaananim, Israël
  • among others

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Artist Uses New Kind of Canvas », sur query.nytimes.com,‎ 02/02/2000 (consulté le 24 juin 2010)
  2. (en) « Site du Festival du film israélien de Paris. », sur www.isratim.co.il
  3. (en) Merav Yudilovitch, « « Israeli Embassy vs. 'Forgiveness' », ynetnews, 28 février 2007. »
  4. (en) « Audience Award Winners Announced for Woodstock FF », sur www.fest21.com (consulté le 24 juin 2010)
  5. (en) « Jewish Book Week: Forgiveness - 5 March 2007 », sur www.ica.org.uk (consulté le 24 juin 2010)
  6. (en) « Site : www.forgivenessthefilm.com » (consulté le 24 juin 2010)
  7. (en) « Site officiel », sur udialoni.com (consulté le 24 juin 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]