USS Harry S. Truman (CVN-75)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

36° 57′ 32″ N 76° 19′ 42″ O / 36.9589, -76.3284

USS Harry S. Truman (CVN-75)
Image illustrative de l'article USS Harry S. Truman (CVN-75)
USS Truman et le ravitailleur USNS John Lenthall (2003).

Autres noms Surnommé « HST »
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Commandé 30 juin 1988
Quille posée 29 novembre 1993
Lancement 7 septembre 1996
Armé 25 juillet 1998
Statut En service en 2014
Caractéristiques techniques
Type Porte-avions
Longueur Total : 333 m
ligne de flottaison : 317 m
Maître-bau Total : 76,8 m
ligne de flottaison : 40,8 m
Tirant d'eau Maximum navigable : 11,3 m
limite : 12,5 m
Déplacement 88 000 tonnes à pleine charge[1]
Propulsion 2 réacteurs nucléaires A4W Westinghouse

4 turbines
4 arbre d'hélices

Puissance 260 000 ch (194 MW)
Vitesse 30+ nœuds (56+ km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 2 batteries de missiles surface-air Sea Sparrow Mk 57 Mod3

2 batteries de missiles surface-air RIM-116 Rolling Airframe Missile
3 canons anti-missile de 20 mm Phalanx

Aéronefs 74 à bord[2], capacité maximale : 90
Rayon d'action Essentiellement illimité
Autres caractéristiques
Électronique
  • Radar de veille air tridimensionnel AN/SPS-48 E
  • Radar de veille air lointaine AN/SPS-49(V) (portée : 460 km)
  • Radar de conduite de tir AN/SPQ-9B
  • 2 radars de navigation AN/SPN-46
  • Radars de navigation AN/SPN-43B
  • 4 radars de conduite de tir Mk 91 NSSM
  • 4 radars de conduite de tir Mk 95
  • contre-mesures électroniques SLQ-32A(V)4
  • Contre-mesures électroniques SLQ-25A (Leurre anti-torpille)
Équipage Effectif marin : 3 200
effectif aérien : 2 480
Chantier naval Chantier naval Northrop Grumman de Newport News
Port d'attache Norfolk (Virginie)
Indicatif November - Hotel - Sierra - Tango

USS Harry Truman CVN-75 Crest.png
Coordonnées 36° 57′ 32″ N 76° 19′ 42″ O / 36.9589, -76.328436° 57′ 32″ Nord 76° 19′ 42″ Ouest / 36.9589, -76.3284  

L'USS Harry S. Truman (CVN-75) est un porte-avions polyvalent américain à propulsion nucléaire, faisant partie de la classe Nimitz. Il est le cinquième et dernier porte-avions de la sous-classe Theodore Roosevelt, et fait partie des 10 porte-avions géants de l'US Navy.

À l'origine, le navire a été baptisé United States, mais il a été renommé Harry S. Truman au début de sa construction, en hommage au 33e Président des États-Unis, Harry S. Truman. La devise du porte-avions est « The Buck Stops Here », l'un des dictons préférés de Harry S. Truman. Cette devise illustre l'endossement de la responsabilité ultime dans la prise de décision.

Le navire possède son propre journal, le Give 'em Hell Herald (en français : Bottez-leur le train ! – journal quotidien), et sa chaîne d'informations télévisuelle hebdomadaire, Synergy.

Construction[modifier | modifier le code]

La commande a été passée le 30 juin 1988 au Newport News Shipbuilding de Newport News, en Virginie, sous la désignation USS United States. La quille fut mise en chantier le 29 novembre 1993, et le navire fut renommé Harry S. Truman en février 1995. Trois ouvriers moururent sur le chantier le 12 juillet 1997, des suites d'un empoisonnement au méthane et au sulfure d'hydrogène, provenant de la fuite d'une pompe. En mémoire, leurs noms furent gravés sur une plaque en laiton, accrochée dans le tunnel menant au hangar no 1.

Le navire fut lancé le 13 septembre 1996, et ira rejoindre la Navy le 25 juillet 1998, après avoir passé les tests finaux un mois auparavant.

Le Président des États-Unis Bill Clinton fut présent lors de la cérémonie de baptême, ainsi que le républicain Ike Skelton, à qui l'on doit le renommage du navire en Truman.

Historique[modifier | modifier le code]

Son premier déploiement eut lieu du 16 février au 23 mai 2001, en soutien de l'opération Southern Watch. Près de 870 sorties furent réalisées au-dessus du territoire irakien[3]. Il retourna ensuite au chantier naval Norfolk Naval Shipyard (Portsmouth, en Virginie), pour sa première remise à niveau (Planned Incremential Availability).

Son deuxième déploiement a eu lieu le 5 décembre 2002, dans le cadre de l'opération Enduring Freedom[3], en faisant escale à Marseille et à Souda Bay (Crète). Il fut ensuite impliqué dans l'opération Libération de l'Irak en 2003, avant de retourner à son port d'attache le 23 mai 2003 (Norfolk).

Le navire, remorqué vers le port.
Le Truman, mouillant à Portsmouth lors de son escale au Royaume-Uni (mai 2003).

Il fut ensuite dépêché en mer Méditerranée par la Fleet Response Plan, pour participer à l'opération Majestic Eagle dans le Pacifique-Est. Il fit escale à Naples, avant de retourner à son port d'attache, pour y subir une deuxième remise à niveau (PIA).

Le Truman fit route vers le golfe Persique le 13 octobre 2004, et fit escale à Souda Bay (Crète), Manama (Bahreïn) et Dubaï (Émirats arabes unis), avant de retourner à son port d'attache le 19 mars 2005. Bien qu'il fut prévu de traverser l'équateur et de faire escale en Afrique du Sud, des désordres diplomatiques l'ont obligé à passer par le canal de Suez plutôt que de faire le tour de l'Afrique.

Lors du désastre de l'ouragan Katrina le 1er septembre 2005, le Truman fut envoyé dans le golfe du Mexique et l'atteint 3 jours plus tard, pour porter secours aux victimes. Ancré à 80 kilomètres de Mobile (Alabama), il servit de base aérienne pour une escadre d'une quarantaine d'hélicoptères de la base navale de Jacksonville. Le navire a fourni de l'équipement, des vivres et surtout, a servi de station de désalinisation d'eau de mer. L'eau potable ainsi produite fut envoyée par hélicoptère sur les zones sinistrées, à destination de la population. L'escadre menait en moyenne 90 sorties par jour[4]. Les marins, quant à eux, ont participé à l'effort général en transportant du matériel et des équipements, et en fournissant des soins médicaux. Après 20 jours d'aide humanitaire, le Truman retournera à son port d'attache[5]. Le navire subit une remise à niveau (PIA) en janvier 2006, et durant cette période, 25 marins volontaires se rendirent à Gulfport (Mississippi) pour aider à la reconstruction de la ville, pendant une semaine en mars 2006[6].

Un chasseur F/A-18 décolle du pont du porte-avions, tandis qu'un second s'apprête à décoller.
Vue du pont du Truman (février 2008).

Le navire quitta son port d'attache en décembre 2006 pour mener des exercices de routine. Le 15 août 2007, un E-2C Hawkeye s'écrasa accidentellement en mer, au large des côtes de la Caroline du Nord, tuant ses trois membres d'équipage[7],[8].

Pour son septième déploiement du 5 novembre 2007, le porte-aéronef mit le cap vers le golfe Persique. Il fit escale à Dubaï, à Rhodes (Grèce) et à Marseille en mai 2008. Il retourna à son port d'attache le 4 juin 2008, en faisant escale à Mayport (Floride).

Groupe aéronaval du Truman[modifier | modifier le code]

Le Truman fait partie du groupe aéronaval Carrier Strike Group 10 (CSG-10) et transporte les escadrons qui composent le Carrier Air Wing 3 (CVW-3). Il est le navire amiral du CSG-10 et le siège du commandant du Destroyer Squadron 26[9].

Escadrons du CVW-3[modifier | modifier le code]

Chasseur F/A-18 sur le pont d'envol, prêt au catapultage.
Un F/A-18 du VFA-106 “Gladiators” (2005) ; cette escadre ne fait aujourd'hui plus partie du CVW-3.

Le parc aérien du Truman est, dans les années 2007, constitué d'environ 74 aéronefs[10] :

  • Quatre escadrons d'attaque et d'assaut F/A-18 Hornet :
    • Strike Fighter Squadron 11 (VFA-11) “Red Rippers”
    • Strike Fighter Squadron 32 (VFA-32) “Swordsmen” (chasseurs SuperHornet)
    • Strike Fighter Squadron 37 (VFA-37) “Ragin' Bulls”
    • Strike Fighter Squadron 105 (VFA-105) “Gunslingers”
  • Un escadron de Grumman EA-6 Prowler Electronic Attack Squadron 130 (VAQ-130) “Zappers” (contre-mesure électronique)
  • Un escadron de E-2 Hawkeye Carrier Airborne Early Warning Squadron 126 (VAW-126) “Seahawks” (AWACS)
  • Un escadron de Seahawk Helicopter Antisubmarine Squadron 7 (HS-7) “Dusty Dogs” (hélicoptères ASM)
  • Une flotte de support logistique Grumman C-2 Greyhound Fleet Logistics Support Squadron 40 (VRC 40) “Rawhides”

Navires du DESRON-26[modifier | modifier le code]

Le DESRON est composé des bâtiments suivants[11] :

  • USS Carney (DDG-64)
  • USS Ross (DDG-71)
  • USS Oscar Austin (DDG-79)
  • USS Winston S. Churchill (DDG-81)
  • USS Bulkeley (DDG-84)
  • USS James E Williams (DDG-95)
  • USS Hawes (FFG-53)
  • USS Kauffman (FFG-59)

Insigne[modifier | modifier le code]

L'insigne du navire a été conçu par son équipage. Les couleurs bleu et or sont héritées du sceau du Département de la Défense. Il est ovale, et le nom Truman prend la forme de la coque du porte-avions (calligramme). Il présente également la devise du navire, « The Buck Stops Here », ainsi que son indicatif, sous forme de pavillons. Les 33 étoiles qui bordent l'insigne honorent le 33e Président des États-Unis, Harry S. Truman.

Les aigles ont été choisis pour les symboles qui lui sont liés. Ils représentent l'intégrité et l'honnêteté du président Truman, la maîtrise de la mer, la force et l'autorité (serres déployées, éclair) ainsi que la volonté de maintenir la paix (branche d'olivier)[12].

Fanion de guerre[modifier | modifier le code]

Pavillon rouge en queue-de-pie.
Fanion de guerre.

Le fanion de guerre du Truman est une variante du drapeau du 129e Régiment d'Artillerie Terrestre de la 35e division (129th Field Artillery Regiment of the 35th Division), la batterie qui était sous le commandement du Captain Harry S. Truman, durant la Première Guerre mondiale.

Les canons croisés sont des canons de 75 Modèle 1897, ceux que Harry Truman et son régiment ont utilisés lors des combats sur le sol français, contre les Allemands. Le design en queue-de-pie, les canons croisés, le « 129 » et le « D » proviennent du drapeau d'origine. L'écarlate représente le prix que les Américains ont dû payer pour leur indépendance, selon le point de vue de Truman :

« Aujourd'hui encore, la liberté coûte cher. La liberté coûte de l'argent. Elle coûte du sang. Elle nécessite le courage et l'endurance, non seulement des soldats, mais aussi des hommes et des femmes qui sont libres, et qui sont déterminés à le rester. Il faut combattre pour la liberté, tout comme nos pères ont dû combattre lors de la naissance de notre État. »[13]

“Give 'em hell” (littéralement, Bottez-leur le train) est devenu le cri de guerre du navire, ainsi que le nom du journal de l'équipage. Cette expression remonte à la campagne de ré-élection présidentielle de 1948. Lors d'un discours de Harry Truman, porté à Seattle, une des personnes de l'assemblée s'est écriée “Give 'em hell, Harry!”.

Décorations[modifier | modifier le code]

Le Truman a reçu le Battle “E” en 2003, 2004 et 2005. En 2004, il gagna le Marjorie Sterrett Battleship Fund Award de l'Atlantic Fleet.

Le Truman dans la culture[modifier | modifier le code]

  • Le documentaire City of Steel (Cité d'Acier) de Discovery Channel retrace la construction du navire, ses premiers tests de qualification et son entrée en service actif ;
  • Les Larmes du soleil est un film de guerre américain de 2003, tourné sur ce porte-avions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Site officiel de l'US Navy sur l'USS Harry S. Truman, partie Information, onglet Ship's Stats. Conversion : 1 short ton = 0,907 tonnes métriques.
  2. (en) « Carrier Air Wing THREE », sur GlobalSecurity.org,‎ dernière modification le 21 juillet 2005 (consulté le 02/01/2009). La valeur 74 provient de la somme des aéronefs de chaque escadre.
  3. a et b (en) Site officiel de l'USS Harry S. Truman, partie Information, onglet Ship's History.
  4. (en) US Navy, « Truman Continues Preparations to Aid Hurricane Relief », sur www.navy.mil,‎ 3 septembre 2005 (consulté le 03/01/2008).
  5. (en) US Navy, « Ships to Return After Supporting Hurricane Katrina Relief », sur www.navy.mil,‎ 22 septembre 2005 (consulté le 28/12/2008).
  6. (en) Michael Campbell, « Truman COMREL Provides Katrina Relief », sur www.navy.mil,‎ 9 mars 2006 (consulté le 28/12/2008).
  7. (en) « Service to be held for three killed in Hawkeye crash », sur WVEC.com, The Associated Press,‎ 23 août 2007 (consulté le 28/12/2008).
  8. (en) Kate Wiltrout, « Navy can't pinpoint cause of fatal Hawkeye crash », sur The Virginian-Pilot, Landmark Communications,‎ 26 août 2008 (consulté le 28/12/2008).
  9. (en) « Truman Conducts JTFEX », sur GlobalSecurity.org,‎ 31 juillet 2007 (consulté le 30/12/2008)
  10. (en) Site officiel du CVW-3, consulté le 03/01/2009.
  11. (en) Site officiel du DESRON-26, consulté le 03/01/2009.
  12. (en) synergeez, « USS Harry S Truman CVN-75 », sur www.synergeez.com (consulté le 07/09/2009). Il s'agit d'une sauvegarde d'une fiche technique disparue des archives du Naval Historical Center.
  13. (en) Discours de Harry S. Truman, lors du 175e anniversaire de la Déclaration d'Indépendance (4 juillet 1951) :
    “For one thing, freedom is still expensive. It still costs money. It still costs blood. It still calls for courage and endurance, not only in soldiers, but in every man and woman who is free and who is determined to remain free. Freedom must be fought for today, just as our fathers had to fight for freedom when the Nation was born.”
    Disponible sur www.presidency.ucsb.edu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Galeries[modifier | modifier le code]