USS George Washington (SSBN-598)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres navires du même nom, voir USS George Washington.
USS George Washington
Image illustrative de l'article USS George Washington (SSBN-598)
Lancement du George Washington

Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Commandé 31 décembre 1957
Quille posée 1er novembre 1958
Lancement 9 juin 1959
Armé 30 décembre 1959
Statut fin le 24 janvier 1985
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin nucléaire lanceur d'engins
Longueur 116,30 m
Maître-bau 10 m
Tirant d'eau 8,80 m
Déplacement 6 115 t (surface)
6 998 t (plongée)
Propulsion 1 réacteur à eau pressurisée S8G, 1 hélice
Vitesse 20 nœuds surface, 30,5 nœuds
Profondeur 210 à 270 m
Caractéristiques militaires
Armement 6 tubes lance-torpilles (533 mm)
pour torpilles, 16 Polaris A-1
Rayon d'action illimité
Autres caractéristiques
Équipage 120
Chantier naval Chantier naval Electric Boat-Groton
Port d'attache Pearl Harbor
Indicatif SSNB-598 / SSN-598

L’USS George Washington (SSBN-598), mis en service par l’US Navy, fut le premier navire du monde occidental et le premier sous-marin à propulsion nucléaire à emporter des missiles mer-sol balistiques stratégiques à charge nucléaire. Il fut la tête de série de la première classe de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE), en anglais Sub-Surface Ballistic Nuclear (SSBN) selon le code OTAN), la classe George Washington. Il fut nommé d'après le 1er président des États-Unis, George Washington, et fut le 3e bâtiment de l’US Navy à porter ce nom.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1955, l'Union soviétique modifie six de ses sous-marins diesel afin de leur faire emporter des missiles mer-sol balistiques stratégiques, mais ils doivent remonter à la surface avant de les tirer. Dans le même temps les États-Unis lancent le projet Jupiter MSBS, projet de missile devant être emporté par des sous-marins de plus de 10 000 tonnes.

Le projet Jupiter avait deux gros défauts.

  • Ils sont propulsés par un carburant liquide hautement inflammable qui pour cette raison ne devait être introduit dans le corps du missile qu'avant le lancement.
  • Comme les sous-marins soviétiques, ils devaient faire surface pour le lancement.

Lockheed qui était chargé de développer le missile Jupiter fut prié de développer un missile plus petit et à carburant solide.

Un sous-marin nucléaire d'attaque américain l'USS Scorpion, de la classe Skipjack, fut désigné pour emporter le nouveau missile Polaris A-1, et fut agrandi d'une section 40 m juste après le kiosque.

Dès la fin du chantier et juste avant son lancement officiel, le sous-marin fut rebaptisé USS George Washington (SSBN-598). Il fut la tête de série de cinq sous-marins nucléaire lanceur d'engins, tous portant le nom d'un des présidents des États-Unis.

En opération[modifier | modifier le code]

Le 20 juillet 1960, alors en immersion au large de Cap Canaveral (Floride), l'USS George Washington lança simultanément deux missiles Polaris A-1 à plus de 2 400 km de distance. À la fin de cette même année, il entreprit sa première mission opérationnelle avec 16 missiles Polaris A-1[1].

En octobre 1962, durant la crise de Cuba, six SNLE emportant chacun 16 Polaris étaient en service dont 5 de la classe George Washington.

La fiabilité globale du Polaris A-1 n'était que 25 %, en effet le lanceur lui-même avait un taux de fiabilité de 50 % ou moins, et l'ogive W47Y1 de 600 kilotonnes l'armant a été estimée à une chance sur deux d'initier une explosion nucléaire en cas de besoin ; lors de tests en 1966, il y a eu trois échecs sur quatre[2].

Au début des années 1980, ses tubes lances-missiles furent démantelés à la suite de l'accord SALT 1, et il fut aménagé en sous-marin nucléaire d'attaque et renommé SSN-598.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.navy.mil/navydata/cno/n87/history/chrono.html
  2. (en) « Cuban Missile Crisis Order of Battle Version 0.1 », Alternate Wars,‎ 26 août 2010 (consulté le 22 août 2011)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Traduction partielle : 101 Great Warships, Robert Jackson, Ed Rosen Pubishing (ISBN 978-1-4358-3596-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :