UGC Ciné Cité La Défense

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

UGC Ciné Cité La Défense

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L'entrée du cinéma (au centre de l'image) et l'ancien dôme IMAX (à droite) ; en arrière plan, la tour Pascal.

Lieu La Défense Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 53′ 28.5″ Nord 2° 14′ 09″ Est / 48.89125, 2.23583
Architecte(s) Alberto Cattani
Inauguration 2006
Nb. de salles 16
Capacité 3 627
Catégorie Multiplexe
Réseau UGC
Format de langue VOST
Site web Ciné Cité La Défense, sur le site d'UGC

L'UGC Ciné Cité La Défense est un multiplexe cinématographique du réseau UGC situé dans le quartier de la Défense, plus précisément sur le territoire de la commune de Puteaux, dans les Hauts-de-Seine. Il a été ouvert en 2006 pour remplacer l'ancien cinéma des Quatre Temps, dans le cadre du programme de rénovation de ce centre commercial.

Historique[modifier | modifier le code]

Le cinéma a été aménagé sur les plans d'Alberto Cattani dans les anciens locaux du Musée de l'automobile et de l'IMAX[1], fermés en 2001.

Les Lumières, cinéma municipal de Nanterre, s'était opposé à son ouverture en raison de la concurrence qu'il allait créer, et la CDEC avait donné un avis défavorable, mais la CNEC a finalement donné son autorisation en mai 2002[2].

L'UGC Ciné Cité La Défense a ouvert peu de temps après la fermeture de l'UGC La Défense qui se situait à l'autre extrémité des Quatre Temps, dont quelques reliques demeurent (il s'agit des gravures sous verre représentant des stars du cinéma que l'on aperçoit en extérieur sur les façades du centre commercial, qui autrefois se situaient dans les couloirs de sortie de l'UGC La Défense).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Le multiplexe dispose, sur une surface hors œuvre nette de 12 000 m2, de 16 salles, équipées d'écrans de 43 à 135 m2 et de 163 à 394 places, pour une capacité totale de 3 627 sièges[3].

Plusieurs salles bénéficient de la technologie 3D[4]. La plus grande d'entre elles est la salle 16, contenue dans l'ancien dôme IMAX. Cette salle comporte 394 places dont 10 réservées aux personnes en fauteuil roulant, et est dotée d'un écran géant de 135 mètres carrés[3].

Exploitation[modifier | modifier le code]

L'entrée du cinéma

Le cinéma a été inauguré le 27 avril 2006 avec l'avant-première de Mission impossible 3 en présence des acteurs Tom Cruise et Michelle Monaghan et du réalisateur J. J. Abrams[5]. Un tapis rouge a été déployé sur plus d'1,2 kilomètre le long de l'axe historique, depuis le départ de l'Esplanade de la Défense, à la limite avec le pont de Neuilly, jusqu'au parvis de la Défense et l'entrée du complexe[6]. Une mise en scène originale pour une avant-première faisait arriver le héros du film, Tom Cruise, en hélicoptère au pied des escaliers menant au complexe cinématographique, devant la Grande Arche[7].

À son ouverture, il espérait accueillir jusqu'à deux millions de spectateurs annuels[8] à l'horizon 2010[9]. En juin 2007, il en avait attiré 1,7 million depuis son ouverture[9], et ce chiffre s'élevait à 3 millions en avril 2008, dont 1,42 pour l'année 2007, ce qui en faisait le septième multiplexe de France et le cinquième d'Île-de-France en termes de fréquentation[10]. Il a accueilli 1,6 million de spectateurs en 2008[11].

Il a été le premier à bénéficier d'une technologie Bluetooth permettant aux personnes passant à proximité d'obtenir la liste des prochaines séances sur leur téléphone mobile et de réserver un billet via le WAP[12],[13].

Depuis son ouverture, l'UGC Ciné Cité de La Défense a accueilli diverses avant-premières en compagnie des acteurs principaux des films concernés, comme l'avant-première française de Superman Returns le 10 juillet 2006, en présence des acteurs principaux Brandon Routh, Kevin Spacey, Kate Bosworth et du réalisateur Bryan Singer. Encore une fois, une mise en scène originale avait été choisie, avec un concert gratuit du Krypton Orchestra interprétant les thèmes du film au pied de la Grande Arche[14].

Accès[modifier | modifier le code]

L'UGC Ciné Cité de La Défense est accessible en transports en commun à la station La Défense (sur la ligne 1 du métro) ou à la gare La Défense - Grande Arche (sur la ligne A du RER, la ligne L du Transilien, la ligne U du Transilien, et la ligne 2 du tramway).

Les sorties à privilégier :

  • Accès B : Dôme permet un accès au cinéma par l'extérieur à l'escalier situé près de la Grande Arche.
  • Accès C : Quatre Temps permet un accès intégralement en intérieur depuis la station de transports.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Nantois, « Centre commercial des Quatre-Temps, La Défense, Paris : Anthony Belluschi et SRA », L'Architecture d'aujourd'hui, no 365,‎ juillet-août 2006, p. 24–25 (ISSN 0003-8695).
  2. Graeme Hayes, « Multiplexes et résistance(s) : À la recherche d'Utopia », dans Graeme Hayes (dir.) et Martin O'Shaughnessy (dir.), Cinéma et engagement, L'Harmattan, coll. « Champs visuels »,‎ 2005, 351 p. (ISBN 2-7475-7841-0), p. 199–222 (220).
  3. a et b « Après Les Halles. Après Bercy… UGC Ciné Cité La Défense », dossier de presse, reproduit sur defense-92.fr.
  4. « UGC passe (enfin) à la 3D », Comme au Cinéma, 22 mars 2010.
  5. Clément Cuyer, « L'UGC Ciné Cité de La Défense ouvre ses portes », sur AlloCiné, 25 avril 2006.
  6. « Les Quatre Temps font leur cinéma à La Défense ! », communiqué de presse, 19 avril 2006, sur le site des Quatre Temps.
  7. Alexandre Debouté, « Le quartier de La Défense se veut haut en couleur », dans Stratégies, 1er mars 2007.
  8. Laura Matesco, « Un nouveau cinéma ouvre ses portes à La Défense », sur L'Internaute, avril 2006.
  9. a et b Sylvain Merle, « À La Défense, le multiplex attend 30 000 spectateurs », Le Parisien,‎ 24 juin 2007 (lire en ligne).
  10. Pierre Agède, « Ils font La Défense : Stéphane Briosne, directeur du cinéma UGC Ciné Cité La Défense », esplanade, EPAD, no 6,‎ avril 2008, p. 14–15 (ISSN 1957-2727, lire en ligne).
  11. Rouja Lazarova, « Ils font La Défense : David Brisson, directeur de l'UGC Ciné-Cité la Défense », Détour, EPAD, no 1,‎ juillet 2009, p. 8 (lire en ligne).
  12. Zied Boudizi, « Kameleon : La puce intelligente qui met le téléphone à l'écoute de la ville », Réseau européen des villes numériques / Arenotech, 9 août 2006.
  13. Christophe Moreau, « Bluetooth dans tous ses états », Mobiles Magazine,‎ janvier 2007, p. 27 (ISSN 1253-4560, lire en ligne).
  14. Émilie Lefort, « Superman à Paris ! », sur AlloCiné, 8 juillet 2006.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur l'architecture :

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]