Typologie sociolinguistique des langues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le concept de langue Ausbau (Ausbausprache, « langue par élaboration »), de langue Abstand (Abstandsprache, « langue par distance ») et de langue-toit (Dachsprache) a été développé par des sociolinguistes, notamment Heinz Kloss et Joshua Fishman, pour analyser et catégoriser des langues (Sprache signifie « langue » en allemand) et des dialectes, et pour différencier des concepts. La première occurrence des deux premiers termes semble figurer dans un article d'Heinz Kloss, « Abstand-languages and Ausbau-languages » (Anthropological linguistics, 1967, 9), mais ils font désormais partie du vocabulaire courant en sociolinguistique.

L'intérêt d'une telle classification est de sortir de l'aspect purement linguistique, pour que la classification intègre des langues dues à une volonté politique et culturelle, qui ne se différencient pas de leurs voisines d'un point de vue de linguiste (comme dans le cas d'un dialecte ou d'un parler régional), mais d'un point de vue socioculturel (comme dans le cas des langues standardisées modernes). La définition donnée par Kloss dans son article de 1967 était :

« Le terme langue Ausbau peut être défini comme une « langue par développement ». Des langues appartenant à ces catégories sont reconnues comme telles parce qu'elles ont été formées ou reformées, façonnées ou refaçonnées — quel que soit le cas — aux fins de devenir un outil standardisé d'expression littéraire. (The term Ausbausprache may be defined as 'language by development'. Languages belonging in this category are recognized as such because of having been shaped or reshaped, molded or remolded—as the case may be—in order to become a standardized tool of literary expression). »

Langue Abstand[modifier | modifier le code]

Une langue Abstand est une forme de langue tellement différente d'une autre langue qu'elle ne peut être considérée comme un dialecte d'aucune autre langue. Il n'y a pas de compréhension mutuelle entre les versions écrite ou parlée de cette langue et d'une autre, ce qui n'exclut pas une parenté avec une autre langue (françaisitalien par exemple).

La notion de langue Abstand tend à être équivalente de la notion de diasystème.

Langue Ausbau[modifier | modifier le code]

Une langue Ausbau est une variante d'une langue[1] érigée en langue distincte, le plus souvent officielle, pour des motifs de construction d'identité nationale, avec une orthographe et une grammaire standardisées et un vocabulaire étendu. Sur un plan purement linguistique, il y a deux types de langues Ausbau :

Le concept de Langue Ausbau est proche de celui de langue polynomique, expression qui désigne un ensemble de variétés linguistiques qui divergent quant à leurs traits (phonétiques, syntaxiques, etc.) mais qui sont considérés par leur locuteurs comme constituant un ensemble très cohérent (cas du corse, considéré comme une langue unique par ses usagers en dépit des divergences dialectales sensibles qu'il affiche).

L'un et l'autre de ces concepts tiennent compte des phénomènes de représentation sociolinguistique intervenant dans la définition d'une langue.

Langue-toit[modifier | modifier le code]

Une langue-toit (Dachsprache) est une langue qui sert de langue standard pour différents dialectes, plus particulièrement dans un continuum dialectal où la distance et l'isolement géographiques sont tels que certains dialectes ne sont plus mutuellement compréhensibles par leurs locuteurs, qui doivent donc passer par une langue-toit pour se comprendre.

Les exemples les plus classiques sont :

L'allemand et l'italien standards constituent également, dans une certaine mesure, des langues-toits.

En 1982, Heinrich Schmid a développé le « romanche des Grisons » (Rumantsch Grischun), une langue-toit artificielle permettant l'intercommunicabilité entre locuteurs du romanche régional éparpillés dans divers espaces non limitrophes dans ce canton suisse. Dans ces mêmes années 1980 a été élaboré un « rfondou walon » (wallon unifié) qui commence à se répandre, et coiffe les diverses variétés de wallon. Des tentatives similaires ont lieu pour le ladin et le sarde, par exemple.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [Composition linguistique des nations du monde : L'Asie du Sud. Central and Western South Asia Volume 1 de Travaux du Centre International de Recherche sur le Bilinguisme : E, Inventaires, Travaux du Centre International de Recherche sur le Bilinguisme : E, Inventaires Volume 1 de Composition linguistique des nations du monde, Composition linguistique des nations du monde. Auteurs : Université Laval. Centre International de Recherches sur le Bilinguisme, Heinz Kloss, Grant D. McConnell. Rédacteurs : Heinz Kloss, Grant D. McConnell. Collaborateur Université Laval. Centre International de Recherches sur le Bilinguisme. Éditeur : Presses Université Laval, 1974. (ISBN 0774667109 et 9780774667104)] p. 36.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Les termes sont définis (en anglais) plus longuement dans ces deux articles