Typikon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Typikon (en grec : τυπικόν, typikon; pl. τυπικα, typika, lit. "suivre l'ordre"; slavon : устав, ustav) est un livre liturgique qui contient des instructions d'un ordre monastique, des services d'Église orthodoxe et les cérémonies sous la forme d'un calendrier perpétuel. Les Églises catholiques orientales qui utilisent le rite byzantin suivent aussi en grande partie le même typikon que leurs homologues orthodoxes, mais avec des variations mineures.

Le typikon a surgi au moment des gardes mouvements monastiques de la première partie de l'ère chrétienne comme une façon de régler la vie un monastère. Deux centres monastiques ont influencé l'Église Orthodoxe plus que n'importe quel autre : La laure de Saint-Sabas près de Jérusalem et le Monastère du Stoudion à Constantinople.

Typikon de Saint-Sabas[modifier | modifier le code]

Du point de vue de la liturgie qui est décrite dans ce typikon, on distingue trois phases dans son histoire :

  • Ce que l’on appelle aujourd’hui de ce nom représente une synthèse “néo-sabaïte” qui doit son importance au renouveau du mouvement hésychaste au XIIIe siècle , à partir d’une tradition qui s’est substituée à l’office de Constantinople.
  • Celui-ci n’était déjà plus à cette époque l’office cathédral que nous font connaître certains documents du Xe siècle, comme le stavrou 40 (édité par Matéos), mais l’office monastique de la capitale, réformé par saint Théodore Stoudite († 826) à partir de la tradition palestinienne.
  • En deçà du VIIIe siècle, on rencontre des moines palestiniens qui ont laissé leur empreinte sur d’importantes parties de l’office byzantin (André de Crète, Jean Damascène), et surtout le « “récit de Jean Moschus et Sophrone”, relatant leur visite autour de l’an 600 auprès de l’abbé Nil du Sinaï (qui) nous livre une description de l’office au seuil du VIIe siècle »[1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Job Getcha, Le Typikon décrypté : Manuel de liturgie byzantine, Paris, Cerf, coll. « Liturgie » (no 18),‎ 2009, 1e éd., 352 p. (ISBN 978-2-204-08901-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. N. ÉGENDER, La prière des Églises de rite byzantin. 1. La prière des heures. Ὡρολόγιον, Chevetogne, 1975, p. 36

Liens externes[modifier | modifier le code]