Type 59

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Type 59
Un Type 59 au Musée militaire de Pékin.
Un Type 59 au Musée militaire de Pékin.
Production
Production 1958-1980
Unités produites 9500
Caractéristiques générales
Équipage 4
Longueur 6,04 m (hors canon)
Largeur 3,27 m
Hauteur 2,59 m
Masse au combat 36 tonnes
Blindage et armement
Blindage 203 mm[1]
Armement principal canon de 100 mm à âme rayée (47 obus)
Armement secondaire 2 mitrailleuses coaxiales Type 59T (7.62 mm)
mitrailleuse anti aérienne Type 54 (12.7 mm)
Mobilité
Moteur diesel V-12 12150L à refroidissement liquide
Puissance 520 ch (390 kW)
Suspension barres de torsion
Vitesse sur route 50 km/h sur route[2]
Puissance massique 14,44 ch/tonne
Autonomie 450 km

Le Type 59 était le char de combat principal de la Chine entre 1958 et 1980. Fondé sur le T-54 de l'URSS, il était de fabrication entièrement locale.

Les premiers furent construits en 1958. Ils furent acceptés en 1959 et la production en série commença en 1963. Elle atteignit 9500 unités et cessa en 1980. Environ 5500 furent utilisés par l'armée chinoise jusqu'au début des années 2000. On estime que 5000 Type 59-I et Type 59-II y étaient encore en service en 2002.

Le Type 59 fut modifié plusieurs fois durant sa longue carrière, notamment en remplaçant son canon rayé de 100 mm par un canon rayé de 105 mm. Il fut aussi à la base pour la conception de chars chinois plus récents, comme le Type 69 et le Type 79.

Description[modifier | modifier le code]

Noter l'espace entre les deux premières roues et le minuscule orifice de la mitrailleuse centrale sous le panneau anti-éclats.

Le Type 59 est d'apparence quasi-identique aux premières versions du T-54 soviétique, mais il présente quelques différences, notamment l'absence de système de vision nocturne et de stabilisation du canon.

C'est un char conventionnel d'après-guerre, avec le compartiment de l'équipage à l'avant, le moteur à l'arrière et une tourelle en dôme au centre. L'épaisseur du blindage varie de 99 mm à l'avant à 20 mm en dessous et celui de la tourelle de 100 à 39 mm.

Le conducteur est assis à l'avant à gauche, juste sous sa trappe d'accès, qui s'ouvre vers la gauche. Il dispose de 2 périscopes qui lui permettent de voir devant et un peu à droite. Le chef de char est installé dans la tourelle avec le canonnier et le chargeur. Sa trappe se trouve à gauche de la tourelle, le canonnier assis devant et en dessous de lui. Le chargeur se trouve à droite, avec une trappe au-dessus de lui. Le sol de la tourelle ne tourne pas, ce qui complique la tâche de l'équipage.

La tourelle est équipée d'un canon de 100 mm à âme rayée, avec normalement 34 obus et d'une mitrailleuse coaxiale Type 59T de 7,62 mm. Au-dessus de la trappe de droite est montée une mitrailleuse anti-aérienne Type 54 de 12,7 mm (une copie chinoise de la M1938/46 DShKM soviétique de 12,7 mm)[3]) avec 200 balles. Le conducteur dispose également d'une mitrailleuse Type 59T, qui tire par un minuscule orifice au centre du glacis. 3500 balles de 7,62 mm sont normalement disponibles.

Un Type 59 nord-vietnamien capturé par l'Armée de la République du Viêt Nam le 4 juillet 1972.

Le mécanisme de la tourelle est probablement comparable à celui du T-54, qui lui permet de faire un tour complet en 21 secondes. Les tout premiers Type 59 avaient un système de hausse manuelle, plus tard remplacé par un système électrique permettant une hausse de +17 à -4 degrés (la hausse négative moyenne des chars occidentaux est -10°, ce qui favorise le tir abrité). Les modèles plus tardifs possèdent aussi une stabilisation verticale, qui permet de tirer en roulant. Un système de vision nocturne fut aussi installé, avec des périscopes infrarouge pour le chef de char, le canonnier et le conducteur.

Le tank possède un moteur diesel V-12 12150L à refroidissement liquide, qui fournit 520 ch à 2 000 tr/min. La boîte manuelle a 5 vitesses, plus la marche arrière. Le réservoir intérieur contient 815 litres et un réservoir externe de 400 litres permet de pousser l'autonomie maximale à 600 kilomètres (environ 430 km sans ce dernier). Il y a cinq roues de chaque côté, avec un espace entre les deux premières. La propulsion est assurée par un barbotin à l'arrière. Il n'y a pas de galets de retour. La suspension est à barres de torsion. L'échappement se trouve à gauche.

Les munitions sont stockées dans la tourelle, ce qui augmente le risque d'accident, si le char est perforé par le feu ennemi. Dans ce cas, le taux de survie des équipages est bas[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la signature du pacte sino-soviétique du 14 février 1950, les soviétiques aidèrent la Chine à construire une usine de chars T-54A, inaugurée en 1956. Elle assembla d'abord des composants soviétiques, puis ceux-ci furent progressivement remplacées par des pièces fabriquées en Chine. L'armée populaire de libération chinoise accepta le char en 1959[2] et il reçut le nom de Type 59.

Ce fut le premier char chinois. Au cours des années, il reçut diverses améliorations d'origine locale ou occidentale. Lorsque l'armée chinoise s'empara d'un T-62 durant le conflit frontalier sino-soviétique de 1969, des améliorations dérivées de ce char furent apportées au T-59, qui devint le Type 69, plus tard amélioré par des technologies occidentales en Type 79. Le Type 79 fut le dernier char chinois de première génération, son successeur, le Type 80, appartenant à une nouvelle génération.

Le Type 59 a pour nom de fabrication WZ-120. Il fut produit en grandes quantités de 1959 à la moitié des années 1980[2], peut-être à plus de 10 000 exemplaires. Comme son successeur le Type 69, il fut largement exporté. On estime qu'il en reste aujourd'hui [Quand ?] 5 000 dans l'inventaire de l'armée populaire de libération, utilisés surtout pour l'entraînement et des rôles de soutien. Ils ont été remplacés comme chars de bataille par les Type 96 et Type 99.

Les Type 59 ont subi de lourdes pertes à la bataille de Longewala (en) (4-7 décembre 1971), lors de la troisième guerre indo-pakistanaise. Ils furent aussi engagés à 400 exemplaires dans la guerre sino-vietnamienne. Les plus connus sont ceux qui furent impliqués dans l'incident de l'Homme de Tian'anmen le 5 juin 1989.

Variantes[modifier | modifier le code]

Type 59[modifier | modifier le code]

Type 59

Version de base : un T-54A sans système de vision nocturne. Début de production en 1957.

Type 59-I

Version améliorée avec canon à âme rayée Type 69-II de 100 mm, télémètre laser, servo-système hydraulique, système de tir et extincteurs automatiques. Plusieurs versions différentes par le blindage et le système de tir.

Type 59-II de l'armée chinoise
Type 59-II

Construit sous la désignation WZ-120B de 1982 à 1985, cette version possède un canon à âme rayée Type 81 de 105 mm, une copie du Royal Ordnance L7 britannique fournie par l'Autriche et reconnaissable à son extracteur de fumées situé au milieu du canon. La radio est aussi nouvelle et le système de tir amélioré.

Type 59-IIA

Il possède un étui thermique pour le canon de 105 mm et un blindage composite. Il en existe plusieurs versions, dont un char de commandement. Le BW120K est équipé d'un canon chinois à âme lisse de 120 mm, aux performances comparables à celles du M-256 américain.

Type 59D

Aussi connu comme WZ-120C, le Type 59D fut développé dans les années 1990. Au lieu de remplacer les Type 59 vieillissants par de nouveaux modèles, l'armée populaire de libération décida de les adapter au champ de bataille moderne par l'adoption de nouvelles technologies : Le Type 59D possède un blindage réactif, un nouveau canon, un système de vision nocturne passive et un nouveau système de tir. Le moteur 12150L est aussi remplacé par un moteur 12150L7 de 580 chevaux. Variantes : Type 59D et Type 59D1.

Le char Al-Zubair 2 produit au Soudan est peut-être un Type 59D fabriqué sous licence[4].

Type 59P

Version d'exportation, elle possède de nombreux composants de haute technologie des chars de troisième génération[5].

Type 62[modifier | modifier le code]

dessin d'un Type 62
Dessin d'un type 62.
Article détaillé : Type 62.

À la fin des années 1950, l'armée populaire de libération fit la demande d'un char plus léger, plus adapté aux conditions du sud de la Chine. Le Type 62, dont le développement commença en 1958, est un Type 59 réduit et simplifié : il ne pèse que 21 tonnes et n'a qu'un canon de 85 mm. Il entra en production en 1963 et fut construit à environ 800 exemplaires jusqu'en 1978.

Une version améliorée, le Type 62-I, possède un télémètre laser et des magasins sur tourelle pour une meilleure protection. Il existe également une version véhicule d'assistance (prototype seulement) et un bulldozer, le Type 82.

L'armée populaire de libération utilisa des Type 62 durant la guerre sino-vietnamienne de 1979, où ils subirent de lourdes pertes, en raison de leur blindage insuffisant.

En 2000, les Type 62 furent radicalement améliorés par une nouvelle tourelle, un canon rayé de 105 mm stabilisé, un nouveau système de tir, un système de vision nocturne, des lance-grenades fumigènes et un blindage réactif[6].

Type 69 / 79[modifier | modifier le code]

Un type 69 irakien en feu durant l'Opération Tempête du désert.
Article détaillé : Type 69/79.

Ces versions améliorées du Type 59 furent peu utilisées dans l'armée chinoise, mais connurent un bon succès à l'exportation dans les années 1980 (plus de 2000 exemplaires vendus).

Type 73[modifier | modifier le code]

Véhicule d'assistance blindé : il s'agit d'un Type 59 sans tourelle, armé d'une seule mitrailleuse de 12,7 mm. On pense qu'il ne possède pas de grue et est limité à des opérations de remorquage[3].

Versions étrangères[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

  • Type 59 avec canon Royal Ordnance L7 de 105 mm. Pack d'amélioration, non-utilisé par les forces britanniques[3].
  • Type 59 Marksman : Type 59 équipé d'une tourelle antiaérienne double (calibre 35 mm). Proposé comme conversion aux utilisateurs du Type 59[3].

Iran[modifier | modifier le code]

Corée du Nord[modifier | modifier le code]

Un Koksan exposé à Ramadi (Irak), novembre 2008)

Pakistan[modifier | modifier le code]

Al-Zarrar. Fabriquée par Heavy Industries Taxila, la série de chars Al-Zarrar est destinée à améliorer les Type 59 de l'armée pakistanaise en les rééquipant complètement : 54 modifications portent sur l'armement, le système de tir, le blindage, etc. L'Al-Zarrar bénéficie notamment :

  • d'un canon de 125 mm à âme lisse, tirant des obus APFSDS, HEAT-FS et HE-FS. Son chargement est semi-automatique et il possède un système de tir à stabilisation d'image.
  • d'un moteur de 730 ch
  • d'une meilleure suspension.
  • d'un blindage réactif et d'une protection anti-mine sous la caisse.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Utilisateurs du Type 59 (2009)

Anciens utilisateurs[modifier | modifier le code]

Un T-54 ou Type 59 détruit lors de l'opération Tempête du désert, le 7 février 1991.
  • Drapeau de l'Albanie Albanie - 721 (tous mis à la casse ou retirés)[réf. souhaitée]
  • Drapeau de l’Irak Irak - 1500 Type 59 et Type 69 étaient en service dans l'Armée irakienne en 1990. Ils ont tous été détruits ou mis à la casse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Christopher F Foss., Jane's Armour and Artillery 2005-2006
  2. a, b, c et d (en) Marsh Gelbart, Tanks main battle and light tanks, London, Brassey’s UK Ltd,‎ 1996, 1e éd. (ISBN 978-1-85753-168-8, LCCN 97108429), p. 16–17
  3. a, b, c et d "Gary's Combat Vehicle Reference Guide"
  4. (en) « Military Industry Corporation (MIC) Official Website » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Mic.sd. Consulté le 2010-03-29
  5. (en) « China’s Type 59P MBT shows more details | China Military Power Mashup », China-defense-mashup.com (consulté en 2010-03-21)
  6. (en) « Type 62 Light Tank », SinoDefence.com,‎ 2009-02-20 (consulté en 2010-03-21)
  7. (en) John Pike, « Iranian Ground Forces Equipment », Globalsecurity.org,‎ 2009-02-13 (consulté en 2010-03-21)

Sur les autres projets Wikimedia :