Txistorra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pintxo de txistorra

La txistorra (prononcer tchistorra), chistorra en castillan) est une charcuterie espagnole crue de couleur rouge, originaire de l'Aragon, Pays basque et Navarre, faite à base de viande hachée de porc ou d'un mélange de viandes hachées de porc et de bœuf, de poitrine de porc ou de saindoux de porc, et assaisonnée avec ail, sel et piment rouge doux en poudre (paprika). Le mélange est mis dans des boyaux fins de mouton et peut contenir du gras pouvant osciller entre 70 % et 80 % selon la catégorie.

Elle se mange chaude, frite ou à la braise, dans sa propre graisse ou avec un peu d'huile d'olive. On peut la couper en petits morceaux avant de la frire si on la sert comme tapa ou sur des tranches de pain comme pintxo ou montadito. Elle se mange souvent en sandwiches.

Comme boisson, on l'accompagne de cidre ou de txakoli, un vin blanc pétillant de Getaria et des provinces avoisinantes.

Il ne faut pas confondre la txistorra avec d'autres spécialités de charcuterie au piment rouge, comme le lomo adobado ou lomo embuchado, le morcón, le salpicão, le botillo, le chorizo, la soubressade, etc.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La txistorra se caractérise comme étant une charcuterie qui se traite généralement en très peu de temps (on la stabilise seulement pendant 24 heures entre 2 et 8 °C). La viande est insérée dans un boyau naturel ou de matière plastique. Le produit traité est généralement bien plus mince qu'un chorizo, ne dépassant pas un diamètre de 25 mm et 40 cm de longueur (il existe des cas où il atteint un mètre de longueur). Il est élaboré probablement dans son origine historique avec les restes les moins appréciés d'un abattage d'un porc qui, en Guipuscoa, pour des raisons climatiques ou économiques, était réalisé un peu avant l'arrivée de l'hiver. Dans quelques localités (Lodosa), il est appelé birika, (birika signifie poumon en euskara), puisque l'ingrédient principal était les poumons du porc. Dans quelques localités de la Province de León, on prépare la txistorra de León, élaborée avec plus de viande de bœuf. De nos jours, elle est vendue généralement fraîche, mais on la trouve de plus en plus emballée sous vide dans les supermarchés espagnols.

Élaboration[modifier | modifier le code]

Txistorra.

D'abord on hache les viandes, on ajoute les épices et on mélange en massant. Puis on laisse reposer pendant un jour au réfrigérateur. On met ensuite la préparation dans les tripes, on la laisse s'aérer pendant une heure à température ambiante et elle est séchée dans une pièce avec température et humidité contrôlées (environ 12 °C et 76 %) pendant deux ou trois jours. Elle doit se consommer très fraîche, et jamais crue.

Préparation[modifier | modifier le code]

La txistorra se mange généralement grillée ou frite, et accompagne généralement d'autres plats, dont le plus populaire est l'œuf au plat et pommes de terre frites. Elle est généralement frite entière, mais servie en petits morceaux comme tapa (tapa de txistorra), qui est généralement accompagnée de bière ou vin (Txakoli). Parfois, c'est un des éléments très typiques des sandwich espagnol. Une autre variante qui apparaît dans quelques pâtisseries (rayon de produits salés) est un croissant avec un morceau de txistorra comme garniture (croissant preñado). Avec des œufs est prends [pas clair] généralement une "tortilla" avec chistorra. Dans ce cas, il s'agit d'une "tortilla francesa" (omelette française).

Coutume[modifier | modifier le code]

Le 21 décembre en Pays basque est le jour de la Saint Thomas[1]. Pendant toute cette journée, dans toute la ville on peut voir des stands de produits artisanaux parmi lesquels il faut souligner, le repas typique du jour, le talo, la txistorra et le cidre comme accompagnement habituel.

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le jour de saint Thomas est une des plus importantes festivités du calendrier donostiarra (gentilé de Saint-Sébastien). Malgré le nom, il n'a aucun rapport avec la religion. Il s'agit d'une festivité d'origine complètement coutumière et païenne dans laquelle le nom de saint Thomas vient simplement du fait que c'est ce jour qui est consacré par l'Église à la mémoire de ce saint.