Toribio de Mogrovejo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Turibio de Mongrovejo)
Aller à : navigation, rechercher
Thuribe de Mogrovejo
Toribio de Mogrovejo(es)
Image illustrative de l'article Toribio de Mogrovejo
Saint Toribio de Mogrovejo
Archevêque de Lima
Naissance 16 novembre 1538
Province de León Espagne
Décès 23 mars 1606  (à 68 ans)
Lima Pérou
Autres noms Toribio de Mogrovejo
Nationalité Flag of Spain.svg espagnole
Béatification 1679
par Innocent XI
Canonisation 1726
par Benoît XIII
Vénéré par l'Église catholique
Fête 23 mars
Saint patron Pérou

Turibe ou Thuribe ou Toribio ou Turibio de Mogrovejo (1538-1606), archevêque de Lima, est un saint de l'Église catholique, célébré le 23 mars.

Il a été un grand défenseur des populations autochtones du Pérou.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Né le 16 novembre 1538 à Mayorga dans la Province de León, en Espagne, il est nommé, bien que laïc, président du Tribunal de l'Inquisition à Grenade par le roi Philippe II d'Espagne en 1572. Huit ans plus tard, toujours laïc, il est nommé archevêque de Lima, alors capitale de la vice-royauté du Pérou. Il reçoit la prêtrise et s’embarque pour son diocèse[1] où il arrive le 24 mai 1581. À son arrivée, il mesure l'étendue de celui-ci, et déplore le manque de prêtres et la misère de la population, exploitée par les colons.

Toribio parcourt l'immense territoire dont il a la charge, prend contact avec les habitants, tente de soulager la misère des Indiens, et se heurte à l'autorité du roi d'Espagne. Son diocèse est grand comme la moitié de la France. Il le visite trois fois. Sa première visite dure sept ans[2]. Le clergé est peu nombreux et de piètre qualité, la population misérable et exploitée par les colons[1]. Turibe parcourt inlassablement son diocèse, prenant contact avec tous, et soulageant de son mieux les indiens. Il a à réformer et à instruire le clergé. Il fonde des séminaires dont celui de Lima, le premier séminaire de l'Amérique latine, construit des églises et des écoles, réunit des synodes. Il bâtit des chapelles, des couvents, des routes, des écoles, des hôpitaux, se déplaçant le plus souvent à pied, bravant tempêtes de vent, maladies et animaux sauvages. On a comparé son action à celle de Charles Borromée en Italie[1].

Malade, il meurt à Santa, le 23 mars 1606[2].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Saint Turibe

Toribio de Mogrovejo est considéré comme un grand bienfaiteur des Indiens du Pérou. D'un courage indomptable, et d'une immense énergie, il tenta d'améliorer l'état misérables des populations péruviennes conquises, afin de leur rendre leur dignité d'hommes.

Il se voulait avant tout serviteur de l’Église, à l'image des apôtres Pierre et Paul, en se mettant au service des plus pauvres.

Béatification - Canonisation - Patronage[modifier | modifier le code]

Toribio de Mogrovejo a été béatifié en 1679 par le Pape Innocent XI et canonisé en 1726 par le Pape Benoît XIII. On le fête le 23 mars.

Saint Toribio de Mogrovejo est le protecteur des évêques missionnaires et le patron du Pérou. Il est aussi vénéré dans la ville italienne de Cannalonga, le 23 mars, jour de sa fête.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Encyclopédie Théo, Droguet et Ardant/Fayard,‎ juin 1990 (ISBN 2-7041-0336-4)
  2. a et b Omer Englebert, La Fleur des Saints, Albin Michel,‎ 1979 (ISBN 2-7028-1634-7)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]