Tunnel du Rove

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tunnel du Rove
L'entrée nord du tunnel du Rove (côté Marignane)
L'entrée nord du tunnel du Rove (côté Marignane)
Présentation
Type Tunnel
Date de construction 1911-1927
Destination initiale Tunnel du canal de Marseille au Rhône
Destination actuelle Aucune (hors-service depuis 1963)
Géographie
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Localité Marseille, Le Rove, Gignac-la-Nerthe, Marignane
Localisation
Coordonnées 43° 21′ N 5° 15′ E / 43.35, 5.25 ()43° 21′ Nord 5° 15′ Est / 43.35, 5.25 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Tunnel du Rove

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Tunnel du Rove

Le tunnel du Rove est un tunnel maritime percé sous la chaîne de l'Estaque, qui fait communiquer le nord de la rade de Marseille avec l'étang de Berre. Il est l'ouvrage d'art principal du canal de Marseille au Rhône, mais il est obstrué par un éboulement, et actuellement hors service.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'idée d'un canal qui relierait Marseille au Rhône par l'intérieur des terres fut avancée dès le XVIIe siècle. Encore fallait-il franchir la barrière que constitue le chaînon montagneux de l'Estaque qui sépare Marseille de l'étang de Berre. Ce n'est qu'au début du XXe siècle que le percement d'un tunnel fut entrepris.

L'éboulement est contenu par des blocs de béton préfabriqué

Les travaux, confiés à l'entreprise Léon Chagnaud, commencés en 1911, employèrent 3 000 ouvriers, en majorité immigrés espagnols et italiens. Le creusement se faisait au marteau-piqueur et à l'explosif. On compta de nombreux morts. Pour la tranchée de Marignane, on utilisa deux grosses pelles à vapeur américaines, de marque Bucyrus, de 70 tonnes chacune, mais qui ne donnèrent pas entièrement satisfaction[1].

La première traversée eut lieu le 23 octobre 1926. Le tunnel fut inauguré le 25 avril 1927 par le président de la République Gaston Doumergue.

Le 16 juin 1963, un effondrement se produisit dans un terrain marneux, sur 200 mètres de longueur, creusant en surface un cratère de 15 mètres de profondeur[1]. Le tunnel est depuis lors fermé à tout trafic.

L'entrée sud du tunnel (côté Marseille)

Une expérience de réouverture du tunnel par le biais d'une galerie de contournement de l'éboulement est prévue en 2013. Cette galerie permettrait un débit variant de 0 à 20 m³/s (de 4 en 4 m³/s) d'eau de mer entre l'Estaque et l'Étang de Berre, afin entre autres de limiter l'eutrophisation de l'étang de Berre[2].

Vue de l'intérieur du tunnel

Localisation[modifier | modifier le code]

L'entrée sud du tunnel se situe à l'extrême nord de la commune de Marseille, dans le quartier des Riaux, proche de l'Estaque entre le port de la Lave et le site de Corbières. Le tunnel y attaque directement une paroi rocheuse de plusieurs dizaines de mètres de haut. La plus grande partie de son parcours souterrain se situe sur la commune du Rove —d'où son nom—, mais aussi sous celle de Gignac-la-Nerthe et de Marseille. L'extrémité nord se situe au sud de la commune de Marignane, dans une zone légèrement vallonnée, où le canal émerge dans une tranchée qui s'abaisse progressivement jusqu'à un port situé en bordure de l'étang de Bolmon, séparé de l'étang de Berre par le cordon du Jaï [3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le tunnel, d'une longueur de 7 120 mètres, d'une largeur de 22 mètres, d'une hauteur de 15 mètres et d'une profondeur de 4 mètres (soit 11 mètres de hauteur sous clé de voûte) autorise le croisement de deux péniches de 1 500 tonnes. Il traverse des roches calcaires sur 5 kilomètres, et des terrains marneux sur 2 kilomètres. Ces derniers ont nécessité un renforcement de l'épaisseur de la voûte de 1 à 2,5 mètres, et un prolongement des parois maçonnées au-dessous du niveau de l'eau[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Article "Tunnel du Rove" sur Structurae
  2. Tunnel du Rove: le député Eric Diard s'est jeté à l'eau (publié le 24/10/2011)
  3. Cartes IGN au 1/25000 n°3145ET plis C-D1, et n°3144OT plis G-H4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]