Tuniques rouges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les tuniques rouges (british: red coat) est le surnom donné aux troupes de l'armée britannique lors de la période s'échelonnant entre la création de la Grande-Bretagne (1707) et la première Guerre mondiale en 1914. Il se rapporte à l'uniforme britannique de l'époque qui fut au départ un long manteau rouge écarlate.

Soldat britannique portant la tunique rouge en 1742
Uniforme de parade britanniques, inspiré des dragons de cavalerie du 19e siècle.
Parade du Royal 22e régiment canadien à Québec.
Relève de la garde quotidienne à Buckingham Palace par les Queens Guard.

Le surnom de tuniques rouges (ou red coat) est maintenant une référence à l'époque où les guerres britanniques étaient impérialistes et coloniales.

Origine[modifier | modifier le code]

Depuis le Moyen Âge, le rouge se retrouve fréquemment dans les uniformes britanniques. Néanmoins il est nécessaire d'attendre plusieurs siècles pour que l'uniforme soit généralisé et mis en avant dans l'armée. Il prend ensuite environ deux siècles pour devenir les tuniques rouges. Certains vassaux ne possédaient que peu de vêtements et les vêtir pour la guerre n'était pas toujours rentable pour les seigneurs. Également l'armement des fantassins n'est pas toujours comparable, alors que certains étaient munis d'une armure et d'épées en fer, d'autres se contentaient d'une fourche et combattaient pieds nus. À cette époque vient l'idée de faire porter un étendard par les unités de fantassins. Par la suite viennent un étendard par fantassin, puis un uniforme pour certains militaires de carrière. L'uniforme régulier fut instauré vers le milieu du XVIe siècle lors de la formation de la New Model Army, où l'armée parlementaire fût habillé de rouge écarlate. Le rouge écarlate à ce moment était la couleur la moins cher pour les tuniques, ce qui tombait sous le sens pour une armée démocratique. L'armée employa toutefois des milices volontaires ne portant pas d'uniforme jusqu'au milieu du XIXe siècle.

Couleur[modifier | modifier le code]

L'uniforme qui fut d'abord un manteau long de couleur rouge écarlate ayant deux propriétés ; la couleur rouge symbolisant l'Angleterre fait office de symbole politique face à l'Écosse, les îles Britanniques et l'empire colonial. Mis à part le prix de la tunique lors de la New Model Army, le rouge écarlate trouve son origine comme symbole dans l'emblème floral (rose scarlet ou rose tudors) de la maison de Lancastre, se voyant ensuite dans la maison des Tudors puis devenant symbole de la monarchie britannique. En contrepartie les royaumes sous l'égide britannique avaient comme symboles le chardon pour l'Écosse et le trèfle pour l'Irlande. Ce faisant la rose et sa couleur étaient symboliquement fort et oppressant.

La croix de Saint-George arboré sur le drapeau de l'Angleterre est également rouge écarlate.

Le rouge permettait également lors d'un combat de créer une confusion pour l'ennemi quant au nombre de soldats blessés, le rouge écarlate étant de la même couleur que le sang. Ce fut un atout largement utilisé lors de batailles rangées, alors que la majorité des autres puissances européennes de l'époque arboraient des uniformes blancs, noirs, bleus, gris. La tunique rouge vient montrer les victoires de l’Angleterre face à tous ses ennemis en versant leur sang.

Évolution[modifier | modifier le code]

Dans les débuts de l'utilisation de la tunique rouge, celle-ci se portait en tant que manteau long, accompagnée d'une chemise à longues franges, d'un tricorne et de bottes d'équitation noires. Ces dernières restèrent, le chapeau s'adapta au climat (en Australie le telly hat fut adopté, au Canada on finit par utiliser un stetson et en Afrique australe un casque protecteur fut éventuellement utilisé). La tunique en soi évolua également, passant d'un trench coat à un manteau à la taille, ou à un simple veston dans certains cas. Il est clair que l'évolution de la tunique, en plus de s'adapter au climat, reflétait également l'évolution de l'armement et du style de combat étudié par les officiers britanniques. Ainsi en 1756 à la Bataille de Fort Carillon les tuniques rouges étaient utilisées dans des batailles rangées armées de mousquets. Lors de la Première Guerre des Boers, mis à part les nombreuses escarmouches caractérisant cette guerre, les carabines n'avaient pas à être rechargées à chaque salve tirée, seulement réarmées, et les stratégies reposaient plus sur les charges de cavaleries et le cantonnement des troupes, la tunique se portait alors telle une veste à la taille.

Son utilisation cessa en opérations au début de la Seconde Guerre des Boers en 1899 à l'occasion de la bataille de Talana Hill pour les troupes régulières d'infanterie pour être remplacée par un uniforme kaki afin de mieux se fondre au paysage (en particulier pour la guerre des Boers). L'utilisation des tuniques rouges se conserva néanmoins pour l'usage des uniformes de cérémonies et ceux des officiers et de la cavalerie jusqu'en 1914 où la tunique rouge disparut de l'uniforme britannique.

Héritage[modifier | modifier le code]

Certains corps policiers ou militaires du Commonwealth ont aujourd'hui un uniforme de cérémonie s'inspirant des tuniques rouges ; particulièrement la Gendarmerie royale du Canada (GRC), les Queen's guard d'Angleterre, le Royal 22e Régiment et le Collège militaire royal du Canada.