Tuireann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tuireann, dans la irlandaise, fait partie des Tuatha Dé Danann, il est principalement connu pour être le père des dieux primordiaux que sont Brian, Iuchar et Iucharba, qui apparaissent dans le récit Oidhe Chloinne Tuireann (Mort des Enfants de Tuireann) ; il est le fils d’Ogme. Son nom pourrait avoir le sens de « bariolé ».

Mythologie[modifier | modifier le code]

Pendant la lutte qui oppose ses trois fils à Diancecht, ils tuent Cian, le père de Lug par traîtrise, alors qu’il a l’apparence d’un sanglier[1]. Lug, afin d’assouvir sa vengeance, va leur imposer une quête d’objets fabuleux ; ils doivent lui ramener trois pommes des Hespérides, une peau de porc ayant des pouvoirs de guérison, une lance magique qu’il faut tremper dans l’eau pour la neutraliser, deux chevaux et un char plus rapides que le vent et le feu, sept porcs que l’on peut tuer chaque soir et qui renaissent au matin, la chienne Fail Inis qui effraie les fauves, une broche à rôtir et trois cris qui doivent être poussés sur la montagne de Miohainn (ce qui fait l’objet d’un interdit rituel). Ils vont échouer aux deux dernières épreuves et vont finir par mourir d’épuisement. Après quoi, Tuireann meurt de chagrin.

Il est possible que ce soit le même personnage que Delbáeth qui, selon d’autres sources, est aussi le père de Brian, Iuchar et Iucharba. Il est parfois comparé au Taranis gaulois ou à Thor de la mythologie nordique. Avec Brigid, il est aussi le père de Credne Cerd, Luchta and Goibniu.

Note[modifier | modifier le code]

  1. Le sanglier, dans la mythologie celtique, est l’animal emblématique de la classe sacerdotale : druides, bardes et vates.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot,‎ août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997 (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire »,‎ avril 1995, 216 p. (ISBN 9782737313158)
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 9782914855372).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout,‎ octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2).
  • Consulter aussi la bibliographie sur la mythologie celtique et la bibliographie sur la civilisation celtique.