Tubifex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les tubifex forment un genre de petits vers oligochètes fins, rougeâtres, qui vivent en colonie sur le fond des mares, étangs, cours d'eau lents. Ils constituent des colonies très denses, en taches. En zone tempérée, ils peuvent littéralement tapisser certaines parties des fonds de cours d'eau pollués où on les trouve généralement avec des larves de chironomes et une espèce de sangsue, qui sont les seuls à supporter des taux d'oxygène très bas, et un haut niveau de pollution organique.

Description, mode de vie[modifier | modifier le code]

Colonie de tubifex, sur sédiments vaseux noir et odorant de l'Aa (Aa, dans une zone polluée et anoxique, vers 1990) ; les points blancs sont des billes de polystyrène expansé
Tubifex02.jpg
Détail de l'image ci-dessus
Vue au microscope optique d'un tubifex

Les tubifex mesurent quelques centimètres de long pour environ 1 mm de diamètre, leur corps est rose clair. Les colonies (de la taille d'une assiette) sont constituées de centaines d'individus relativement peu espacés les uns des autres. Chacun a une partie de son corps plongée dans le substrat (vase), où ils puisent leur nourriture (débris végétaux en décomposition) et ce qui leur permet de s'enfouir totalement à la moindre alerte (la colonie disparaissant brutalement… pour réapparaître quelques minutes plus tard).

Ces vers peuvent vivre pendant des mois presque sans oxygène et résistent à des records de pollution organique, là où la plupart des autres espèces disparaissent. En cas d'assèchement de leur milieu, ils s'enkystent et peuvent survivre plusieurs semaines, en attendant que les conditions s'améliorent.

Ils jouent un rôle pionnier[1] de dépollueur primaire dans les sédiments très pollués en matière organique, mais ils peuvent aussi bioaccumuler certains polluants et contribuer à les (re-)disperser (bioturbation). Les tubifex peuvent avoir concentré (bioconcentration) des polluants de la vase (« métaux lourds » notamment) et transporter des microbes pathogènes comme Myxobolus cerebralis qui provoque des maladies intestinales aux poissons[2]. Une population dense de tubifex est un indicateur de dystrophisation du milieu, ou au moins de forte pollution organique (par exemple en aval de rejets insuffisamment traités de papeteries ou d'abattoirs.

Aquariophilie[modifier | modifier le code]

En raison de leur taille, les tubifex constituent une nourriture vivante appréciée des petits poissons d'aquarium avec toutefois le risque inhérent aux parasites qu'ils peuvent véhiculer, à divers microbes (streptocoques, staphylocoques fécaux, et toxiques (botulique…) et aux polluants (métaux lourds notamment) qu'ils ont pu absorber et bioaccumuler dans les sédiments (le tubifex est typique des milieux les plus pollués et est à ce titre un des bioindicateurs utilisé par les écotoxicologues[3]). Leur récolte est interdite par les particuliers dans certains pays, ils peuvent être vendus pour l'aquariophilie ou la pêche, frais ou congelés en magasin spécialisé.

Toxicologie[modifier | modifier le code]

Ils servent de bioindicateurs et sont parfois utilisés (avec un autre oligochète d'eau douce (Lumbriculus variegatus) pour évaluer la toxicité in vitro de certains produits ou métaux lourds dans un sédiment[4]

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon NCBI (23 déc. 2010)[5] :

  • Tubifex blanchardi
  • Tubifex ignotus
  • Tubifex smirnowi
  • Tubifex tubifex

Selon ITIS (23 déc. 2010)[6] :

  • Tubifex ignotus (Stolc, 1886)
  • Tubifex longipenis Brinkhurst, 1965
  • Tubifex nerthus Michaelsen, 1908
  • Tubifex newaensis (Michaelsen, 1903)
  • Tubifex newfei
  • Tubifex tubifex (Mueller, 1774)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mermillod-Blondin F., Lemoine D., 2010 - Ecosystem engineering by tubificid worms stimulates macrophyte growth in poorly oxygenated wetland sediments. Functional Ecology, 24 : 444-453. Cote bibliothèque 10.5
  2. Tubifex tubifex sur Aquaportail.com
  3. A Bubinas, I Jagminienė (2001), Bioindication of ecotoxicity according to community structure of macrozoobenthic fauna ; Acta Zoologica Lituanica. Vol.11. no 1 ISSN:1392-1657 ; Ed : Taylor & Francis
  4. KK Chapman, MJ Benton, RO Brinkhurst… (1999), Use of the aquatic oligochaetes Lumbriculus variegatus and Tubifex tubifex for assessing the toxicity of copper and cadmium in a spiked‐artificial‐sediment toxicity Environmental ; Ed: Wiley Online Library
  5. NCBI, consulté le 23 déc. 2010
  6. ITIS, consulté le 23 déc. 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anlauf, A., & Neumann, D. (1997). The genetic variability of Tubifex tubifex (Müller) in 20 populations and its relation to habitat type. Archiv für Hydrobiologie, 139(2), 145-162 (http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=2716451 résumé]).
  • Anlauf, A. (1994). Some characteristics of genetic variants of Tubifex tubifex (Müller, 1774)(Oligochaeta: Tubificidae) in laboratory cultures. In Aquatic Oligochaete Biology V (pp. 1-6). Springer Netherlands (résumé].
  • Beauchamp, K. A., Kathman, R. D., McDowell, T. S., & Hedrick, R. P. (2001) Molecular Phylogeny of Tubificid Oligochaetes with Special Emphasis on Tubifex tubifex (Tubificidae). Molecular Phylogenetics and Evolution, 19(2), 216-224 (résumé).
  • Beauchamp, K. A., Gay, M., Kelley, G. O., El-Matbouli, M., Kathman, R. D., Nehring, R. B., & Hedrick, R. P. (2002). Prevalence and susceptibility of infection to Myxobolus cerebralis, and genetic differences among populations of Tubifex tubifex. Diseases of Aquatic Organisms, 51(2), 113-121.
  • Bouché, M. L., Habets, F., Biagianti-Risbourg, S., & Vernet, G. (2000). Toxic Effects and Bioaccumulation of Cadmium in the Aquatic Oligochaete Tubifex tubifex. Ecotoxicology and environmental safety, 46(3), 246-251 (résumé).
  • El-Matbouli, M., & Hoffmann, R. W. (1998). Light and electron microscopic studies on the chronological development of Myxobolus cerebralis to the actinosporean stage in Tubifex tubifex. International Journal for Parasitology, 28(1), 195-217 (résumé).
  • El-Matbouli, M., & Hoffmann, R. W. (1993). Myxobolus carassii Klokaceva, 1914 also requires an aquatic oligochaete, Tubifex tubifex as an intermediate host in its life cycle. Bulletin of the European Association of Fish Pathologists, 13(6), 189-192 (résumé).
  • Fargasova, A. (1994). Toxicity of Metals on Daphnia magna and Tubifex tubifex. Ecotoxicology and environmental safety, 27(2), 210-213 (résumé).
  • Gillis, P. L., Diener, L. C., Reynoldson, T. B., & Dixon, D. G. (2002). Cadmium‐induced production of a metallothioneinlike protein in Tubifex tubifex (Oligochaeta) and Chironomus riparius (Diptera): Correlation with reproduction and growth. Environmental toxicology and chemistry, 21(9), 1836-1844.(résumé)
  • Huang, X., Liang, P., & Qian, Y. (2007). Excess sludge reduction induced by Tubifex tubifex in a recycled sludge reactor. Journal of Biotechnology, 127(3), 443-451 (résumé).
  • Ivlev, V. S. (1939). Transformation of energy by aquatic animals. Coefficient of energy consumption by Tubifex tubifex (Oligochaeta). Internationale Revue der Gesamten Hydrobiologie und Hydrographie, 38(1‐6), 449-458 (résumé).
  • Khangarot, B. S. (1991). Toxicity of metals to a freshwater tubificid worm, Tubifex tubifex (Muller). Bulletin of environmental contamination and toxicology, 46(6), 906-912 (résumé).
  • Lucan-Bouché, M. L., Biagianti-Risbourg, S., Arsac, F., & Vernet, G. (1999). An original decontamination process developed by the aquatic oligochaete Tubifex tubifex exposed to copper and lead. Aquatic toxicology, 45(1), 9-17 (résumé).
  • Marian, M. P., & Pandian, T. J. (1984) Culture and harvesting techniques for Tubifex tubifex. Aquaculture, 42(3), 303-315 (résumé).
  • Palmer, M. F. (1968) Aspects of the respiratory physiology of Tubifex tubifex in relation to its ecology. Journal of Zoology, 154(4), 463-473 (résumé).
  • Pelegri, S. P., & Blackburn, T. H. (1995). Effects of Tubifex tubifex (Oligochaeta: Tubificidae) on N-mineralization in freshwater sediments, measured with isotopes. Aquatic Microbial Ecology, 9, 289-294 (résumé).
  • Rathore, R. S., & Khangarot, B. S. (2002). Effects of Temperature on the Sensitivity of Sludge Worm< i> Tubifex tubifex Müller to Selected Heavy Metals. Ecotoxicology and environmental safety, 53(1), 27-36 (résumé).
  • Reynoldson, T. B., Thompson, S. P., & Bamsey, J. L. (1991). A sediment bioassay using the tubificid oligochaete worm Tubifex tubifex. Environmental Toxicology and Chemistry, 10(8), 1061-1072.
  • Stevens, R., Kerans, B. L., Lemmon, J. C., & Rasmussen, C. (2009). The effects of Myxobolus cerebralis myxospore dose on triactinomyxon production and biology of Tubifex tubifex from two geographic regions ; J. Parasitol.,87(2), 2001, p. 315–321
  • Wolf, K., Markiw, M. E., & Hiltunen, J. K. (1986) Salmonid whirling disease : Tubifex tubifex (Müller) identified as the essential oligochaete in the protozoan life cycle. Journal of Fish Diseases, 9(1), 83-85 (résumé).
  • Zendt, J. S., & Bergersen, E. P. (2000) Distribution and abundance of the aquatic oligochaete host Tubifex tubifex for the salmonid whirling disease parasite Myxobolus cerebralis in the upper Colorado River basin. North American Journal of Fisheries Management, 20(2), 502-512 (résumé).