Yamamoto Tsunetomo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tsunetomo Yamamoto)
Aller à : navigation, rechercher
Jōchō Yamamoto

Jōchō Yamamoto, né Yamamoto Tsunetomo (山本 常朝, Yamamoto Tsunetomo?, 12 juin 1659 - 1719), était un samouraï japonais, vassal du seigneur Nabeshima Mitsushige de la province de Hizen.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'âge de 9 ans, il entra dans la maison Nabeshima où il servit fidèlement pendant plus de trente ans, d'abord comme page du seigneur puis comme samouraï. À vingt ans, il fit la rencontre du moine Zen Tannen, supérieur du temple des Nabeshima, qui démissionna de son poste en signe de désaccord lors de la condamnation d'un moine. Il fit ensuite la connaissance d'un lettré confucéen, Ishida Ittei, conseiller des Nabeshima. Ittei était un homme de grand courage, il fut exilé plus de huit ans pour s'être opposé à une décision du Daimyo. Ces deux rencontres marquèrent profondément Yamamoto.

À la mort de son seigneur, en 1700, il ne put pratiquer le seppuku pour le suivre dans la mort, suicide rituel et signe de dévouement ultime. Car, non seulement son maître réprouvait cette pratique, mais elle avait été interdite par un décret du shogun Tokugawa.

Ne pouvant s'accorder avec le successeur de son maître, il reçut l'autorisation de devenir moine et de se retirer du monde.

À l'âge de 42 ans, après s'être rasé la tête, il alla vivre une vie semi-recluse dans une hutte à Kurotsuchibaru à 12 km au nord du château de Saga, qui était habité par le clan des Nabeshima. Il prit alors le nom de Jōchō Yamamoto. Entre 1709 et 1716 un jeune scribe le rejoignit.

Durant ces sept années, Tashiro Tsuramoto transcrivit tous les entretiens qu'il eut avec Yamamoto. Malgré l'interdiction de ce dernier, Tsuramoto recopia et distribua ses écrits aux samouraï de Saga sous le titre : "Analectes de Nabeshima".

Les onze tomes ainsi rédigés restèrent longtemps secrets avant d'être reconnus sous le titre de Hagakure (littéralement « à l'ombre des feuilles »).

Philosophie[modifier | modifier le code]

Un jeune lettré, venu le visiter, rendit compte des conversations qu’il eut avec Yamamoto sur l’esprit et la morale des samouraïs. Il en fit un manuel d’enseignement du combat et de l’esprit aristocratique à l’usage exclusif des nobles.

Bien que certains prétendent qu'il n'aie jamais pris part à une bataille ou à un duel, Jōchō Yamamoto était un fervent adepte du Bushido, code strict de loyauté et d'honneur.

Sa pensée peut se résumer en deux grands principes :

  • la résolution à mourir : selon lui, un samouraï doit cultiver « l'art de mourir » ou de vivre en se considérant comme déjà mort.
  • l'action immédiate : toute action trop longuement planifiée (en référence notamment à l'épisode des 47 rōnin) serait vouée à l'échec : un guerrier doit pouvoir se décider en moins de temps qu'il ne lui faut pour expirer sept fois.
  • un samouraï doit profiter "du paradis qu'est la vie" et vivre chaque instant ("l'instant crucial est maintenant et maintenant est l'instant crucial")
  • un samouraï doit rester, en tout cas et en tout lieu maitre de lui même et ne doit pas prononcer de paroles déplacées
  • un samouraï doit soigner son apparence

Sur les autres projets Wikimedia :