Tsukudani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tsukudani
Image illustrative de l'article Tsukudani
tsukudani de kombu

Lieu d'origine Japon
Place dans le service Catégorie :Tsukemono
Ingrédients petits poissons ou algues ou petits fruits de mer, sauce soja, sucre

Tsukudani (佃煮, つくだに?) est une méthode de cuisson et de conservation et par extension un plat où des aliments de petite taille ont été longuement mijotés dans un mélange de sauce soja et de sucre. Les ingrédients cuits proviennent souvent de la mer (petits poissons, algues ou encore fruits de mer (souvent des palourdes ou du konbu, parfois du wakame), mais peuvent être aussi des insectes dans les montagnes (même si la pratique de l'entomophagie est de nos jours plus ou moins tombé en désuétude). Au bouillon est parfois ajouté du mirin. De goût assez fort, il se marie bien avec le riz et peut entrer dans la composition des onigiri ou des ochazuke[1].

Origine et évolution[modifier | modifier le code]

Cette méthode de cuisson date de la période Edo où elle servait de méthode de conservation des produits de la mer ; les aliments conservés ainsi donnaient un complément d'alimentation dans les îles ou villages quand les conditions n'étaient pas réunies pour pouvoir se procurer des aliments frais. De nos jours, des conservateurs sont souvent ajoutés, et les tsukudani sont conservés au frais. C'est une spécialité tokyoïte, et plus précisément de l'arrondissement de chuô, son nom provenant d'une ancienne île aujourd'hui rattachée au continent, Tsukudajima [1]. De nos jours, l'île de Shōdoshima produit en masse des tsukudani.

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Spécialités locales tsukudani », sur Site officiel du Tourisme de Tokyo (consulté le 25 juin 2013)