Trypanosoma cruzi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Trypanosoma cruzi, ou Schizotrypanum cruzi, est une espèce de protiste parasite de l'ordre des Trypanosomatida. L'espèce provoque des maladies, des trypanosomiases chez l'homme et les animaux en Amérique du Sud. L'espèce est transmise par les fèces de réduves (punaises des genres Triatoma, Rhodnius ou Panstrongylus).

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • T. c. cruzi
  • T. c. marinkellei

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Trypanosoma cruzi cycle de vie.png

Chez l'insecte vecteur[modifier | modifier le code]

Le parasite est absorbé par la réduve lorsqu'elle pique une victime, humaine ou animale, contaminée par Trypanosoma cruzi sous sa forme trypomastigote, circulant dans le sang. Une fois dans l'estomac de l'animal, T.cruzi se développe et se multiplie sous sa forme épimastigote. Il est ensuite retrouvé dans l'intestin de la réduve sous sa forme trypomastigote métacyclique (forme proche de la forme circulante infectant l'homme). On retrouve cette dernière forme dans les fèces de la réduve. Une réduve infectée par T.cruzi reste contaminante toute sa vie.

Il faut environ 3 semaines entre la piqûre infectant l'animal et l'émission des premiers parasites dans les fèces.

Transfert de l'insecte à l'homme[modifier | modifier le code]

Contrairement au cas des trypanomosmes africains, T. cruzi n'est pas injecté par le proboscis de l'insecte. Lorsque la réduve pique, elle émet en même temps des fèces, contenant le parasite. L'insecte pique souvent près de muqueuses (du visage, notamment les yeux), et la victime se contamine en grattant l'endroit de la piqûre, mettant en contact la plaie due à la piqûre de l'insecte et les fèces infectées.

Chez l'homme[modifier | modifier le code]

À l'intérieur de l'hôte, les formes trypomastigotes envahissent les cellules, dans lesquelles elle se différentient dans des formes amastigotes intracellulaires. Les amastigotes se multiplient par fission binaire et se différentient en trypomastigotes, puis sont relâchés dans la circulation sanguine.

Les trypomastigotes infectent les cellules de divers tissus et se retransforment en amastigotes intracellulaires dans les nouveaux sites d'infection. Les signes cliniques peuvent résulter de ce cycle infectieux.

Les formes trypomastigotes circulantes ne se répliquent pas (différence avec les trypanosomes Africains). Il y a réplication uniquement lorsque le parasite entre dans une autre cellule ou est ingérée par une nouvelle réduve.

Autres modes de transmission[modifier | modifier le code]

Trypanosoma cruzi peut aussi être transmis pendant les transfusions sanguines, les transplantations d'organes ou de la mère au fœtus à travers le placenta.

Pathologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maladie de Chagas.

La trypanosomiase humaine américaine, ou maladie de Chagas, est une maladie potentiellement fatale.

La première phase de la maladie, la phase aiguë est généralement asymptomatique et ne se constate que par la présence d'un gonflement localisé au niveau du site d'entrée du parasite dans la peau.

La phase chronique se déclare généralement 10 à 20 ans après l'infection. Cette phase affecte les organes internes du système cardiaque et digestif (cœur, œsophage, côlon, système nerveux périphérique). Les personnes infectés meurent généralement d'insuffisance cardiaque.

Les thérapies actuelles consistent en des cures de Nifurtimox (autorisé seulement en Allemagne et en Argentine) et benznidazole (vendu par Hoffman-La Roche sous les dénominations commerciales Rochagan® et Radanil®) pour la phase aiguë asymptomatique. Il n'y a pas de thérapies efficaces pour la phase chronique.

Liens externes[modifier | modifier le code]