Truthiness

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dessin caricatural de Colbert, surmonté du mot Truthiness en lettres de journal, et accompagné de diverses citations définissant le terme.
Dessin de Greg Williams (pour le projet WikiWorld) de Colbert et son utilisation du mot « truthiness ».

Truthiness est un mot-valise intraduisible inventé en 2005 par l'humoriste américain Stephen Colbert dans son émission The Colbert Report.

Formé à partir du mot « truth » (vérité) et du suffixe « -ness » (la qualité de quelque chose), il désigne une « vérité » subjective qu'une personne sait ou croit être vraie de façon intuitive « avec les tripes » (« from the gut ») ou parce que « ça a l'air vrai » (« it feels right »), sans tenir compte des preuves du contraire, des faits ou d'une quelconque logique ou réflexion intellectuelle.

Depuis sa création, le terme est reconnu et réutilisé dans différents contextes socio-politiques, et The New York Times déclare que « nous vivons dans l'âge de la truthiness », une ère où la vérité est devenue optionnelle.

Concept et définition[modifier | modifier le code]

Stephen Colbert – sous les traits de son personnage conservateur et arrogant, satiriste politique et présentateur du Colbert Report – prononce pour la première fois Truthiness dans le pilote de son émission le 17 octobre 2005, dans le segment intitulé The Wørd. Il y explique la différence entre « ceux qui pensent avec leur tête et ceux qui savent avec leur cœur[1]. »

« Je suis sûr que la « police des mots », les « wordinistas » de Webster vont dire : « Hé, ce n'est pas un mot ». Eh bien, tous ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas un fan des dictionnaires ou des livres de référence. Ils sont élitistes. Toujours à nous dire ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas. Ce qui s'est passé ou ce qui ne s'est pas passé[N 1],[2]. »

Le mot est choisi juste avant le début de l'émission. Le mot original était simplement « Truth », mais il n'était pas assez ridicule, et Colbert explique : « on ne parle pas de vérité ici, on parle de quelque chose qui ressemble à la vérité – mais à la vérité que nous voulons voir exister[N 2] »[3].

Ainsi, il parodie l'abus ou le mésusage des commentaires ou « analyses » qui font appel à l'émotion (l’argumentum ad passiones en latin) ou issus d'une intuition (gut feeling), de plus en plus utilisés dans les discours socio-politiques contemporains[4]. Il cible alors particulièrement le président américain en exercice, George W. Bush, dans plusieurs débats comme pour la nomination d'Harriet Miers à la cour suprême (il prononce les mots « I know her heart », « je connais son cœur ») ou pour sa décision d'envahir l'Irak en 2003[5],[6]. Colbert attribue par la suite Truthiness à d'autres institutions ou organisation, notamment Wikipédia (il invente par la suite Wikiality, combinaison de wiki et reality).

En janvier 2006, hors-personnage, Colbert explique son point de vue sur l'« imbroglio de Truthiness qui divise le pays » :

« Avant, tout le monde pouvait avoir sa propre opinion, mais pas ses propres faits. Mais ce n'est plus le cas. Les faits n'ont plus d'importance aujourd'hui. La perception est tout ce qui compte ; c'est une certitude. Les gens aiment le président parce qu'il est sûr de ses choix en tant que leader, même lorsque les faits sur lesquels il s'appuie n'existent pas. C'est le fait qu'il soit sûr de lui qui est attrayant pour une certaine partie du pays. Je vois là une vraie dichotomie dans la population américaine. Qu'est-ce qui est important ? Ce que vous voulez être vrai, ou ce qui est vrai… ?
Truthiness, c'est « ce que je dis est vrai, et rien d'autre ». Ce n'est pas seulement « je crois que c'est vrai », c'est aussi « je crois que c'est vrai ». Il n'y a pas seulement une qualité émotionnelle [dans ce que je dis], il y a aussi une dimension égoïste[N 3],[4]. »

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Après l'introduction de Truthiness, il est rapidement devenu reconnu et réutilisé. Dans les mois qui ont suivi sa première prononciation par Colbert, le terme est débattu dans la plupart des médias d'importance américains : The New York Times, The Washington Post, USA Weekly, San Francisco Chronicle, Chicago Tribune, Newsweek[7], CNN, MSNBC, Fox News, Associated Press, Editor and Publisher, Salon.com, The Huffington Post, Chicago Reader, CNET, Nightline sur ABC, 60 Minutes sur CBS, The Oprah Winfrey Show, etc.

Le 25 octobre 2005, une semaine après le premier épisode du Colbert Report, The New York Times publie un troisième article sur l'émission, intitulé « Bringing Out the Absurdity of the News ». L'article développe largement le néologisme de Colbert, qu'il écrit Trustiness[8]. Malgré un erratum publié le 1er novembre, Colbert saute sur l'occasion de se moquer du quotidien, disant ironiquement que « trustiness n'est même pas un mot ! » Il présente aussi le mot du jour, « cat » (chat), expliquant que celui-ci serait plus facile à recopier pour le journal.

Le 25 décembre de la même année, le New York Times mentionne à nouveau Truthiness comme étant l'un des neuf mots ayant capturé le zeitgeist de 2005, titrant l'article « 2005: In a Word; Truthiness », l'auteur ajoutant « que le publiciste qui a probablement donné lieu à tant d'attention en 2005 est celui qui en a interprété un à la télé : Stephen Colbert »[9].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

panneau publicitaire installé au milieu d'un champ pour la promotion d'une église, la Cape Christian Fellowship.
Citation originale : « Truthiness and Consequences » affiché devant une église de Floride.

Word of the Year et autres citations[modifier | modifier le code]

Par la suite, la réutilisation de Truthiness a proliféré dans les médias, la politique nationale et la conscience du public. Le 5 janvier 2006, le professeur d'étymologie Anatoly Liberman a animé un programme de une heure à la radio publique pour discuter du terme et a prédit qu'il serait inclus dans les dictionnaires dans les deux ans à venir[10].

Le lendemain, l'American Dialect Society annonce que Truthiness est le mot de l'année (Word of the Year), alors que le site du Macmillan English Dictionary le nomme mot de la semaine quelques jours plus tard[11] :

« Truthiness se réfère à la qualité de déclarer vrais les concepts ou faits qu'une personne désire ou croit être vrais, plutôt que les concepts ou faits que l'on sait être vrais. Et comme Stephen Colbert le dit : « Je ne fais pas confiance aux livres. Ils ne décrivent que des faits, sans cœur[N 4],[11]. »

Le Global Language Monitor, qui suit l'évolution des langues, a peu après cité Truthiness comme le mot qui a fait le buzz à la télévision en 2006, ainsi que Wikiality[12], un autre néologisme inventé par Colbert, première fois que deux mots d'une même émission étaient sélectionnés sur la même liste[13]. En 2009, Truthiness est 25e des mots de la décennie de Language Monitor[14].

Le dictionnaire Merriam-Webster le sélectionne aussi comme mot de l'année 2006 (devant « google »)[15], mais il n'apparaît pas dans l'édition 2006 du dictionnaire. Colbert répond à cet affront en diffusant dans son émission du 12 décembre 2006 la page 1344 de la dixième édition de Merriam Webster qui inclut alors Truthiness. Pour faire de la place à ce nouveau mot, ainsi qu'à une photo de Colbert[16], la définition du mot try (essayer) a dû être supprimée, alors que Colbert déclare « Désolé, try. Peut-être que tu aurais dû essayer plus fort ». Il ajoute sarcastiquement à l'adresse de ses spectateurs de ne pas télécharger la nouvelle page, et de ne pas la coller sur les nouvelles éditions qu'ils pourraient trouver dans les bibliothèques ou les écoles[17].

Par ailleurs, le mot est également classé dans la liste des mots à bannir établie par l'université d'État du lac Supérieur en 2007, accompagné par des mots comme « awesome », « Brangelina » ou « pwn »[18]. En réponse, Colbert déclare dans son segment Who’s Attacking Me Now? que l'université du lac supérieur était « une université d'état de seconde zone en manque d'attention »[19].

The Associated Press War[modifier | modifier le code]

Début janvier 2006, au moment de la nomination de Truthiness pour le mot de l'année par l'American Dialect Society, l'Associated Press reporte les faits, et ajoute un commentaire écrit par l'un des linguiste ayant voté[20] :

« Michael Adams, un professeur à l'Université d'État de Caroline du Nord, spécialisé en lexicologie, a expliqué que Truthiness signifie « vraisemblable, et non avéré ». Il explique que « la dispute nationale actuelle est de savoir : 1) Qui possède la vérité et 2) Qui possède les faits. Jusqu'à ce qu'on arrive à réunir les deux à nouveau, on ne va pas beaucoup avancer[N 5]. »

Par ailleurs, un autre linugiste et consultant de l'Oxford English Dictionary, Benjamin Zimmer[21], avait précédemment affirmé que le mot Truthiness[22] trouve son origine dans la littérature et apparaît déjà dans l'OED et The Century Dictionary (en) comme un dérivé de « truthy ». Deux mots rares et dialectiques, ils peuvent être simplement définis par « truthfulness, faithfulness » (véracité, fidélité)[21]. Colbert répond à ces affirmations en expliquant les orignines de son mot : « Truthiness est un mot que j'ai sorti directement de mon cul[N 6]... »

Dans les quatre épisodes qui suivent la sélection du mot de l'année, Colbert se lamente que les médias qui ont rapporté l'information ont négligé de mentionner qu'il était personnellement à l'origine du mot. Il ajoute Michael Adams sur son classement On Notice, ainsi que la journaliste de l'AP qui a écrit l'article, Heather Clark, comme Dead to Me. Dans le troisième épisode, il range l'AP comme la menace numéro un qui pèse contre l'Amérique, détrônant pour la première fois les ours. Dans l'épisode suivant, il appelle Adams et exige des excuses, et alors que ce dernier ne s'excuse pas, Colbert finit par « accepter » ses excuse, mais « oublie » de le retirer de son classement On Notice.

Le 13 janvier 2006, le lendemain du dernier épisode de critiques contre l'AP dans The Colbert Report, Adams publie un article intitulé « Colbert: AP The Biggest Threat to America »[23].

« Lorsque l'AP a omis de mentionner Colbert, celui-ci s'est lancé dans une croisade pince-sans-rire, pas si différente de celle que sa muse Bill O'Reilly a pu livrer avec sérieux. [...] « C'est un mensonge par omission », a dit Colbert à l'AP mardi dernier, « C'est comme si Shakespeare était encore vivant et que vous ne lui demandiez pas de quoi parlait Hamlet ». [...] L'Oxford English Dictionary a une définition pour « truthy » datant des années 1800... « Le fait qu'ils aient cherché dans un livre montre à quel point ils n'ont rien compris au principe de ce qu'est Truthiness », explique Colbert. « On ne recherche pas Truthiness dans un livre, on le découvre avec ses tripes. » [...] Colbert, qui fait référence à l'« oubli » de l'AP comme une « parodie journalistique », qu'il compare à la soi-disant présence d'armes de destruction massive en Irak ayant conduit à la guerre, « sauf que des gens ont été blessés cette fois » ajoute-t-il[N 7]. »

Le 14 janvier, Clark elle-même répond à Colbert dans un article titré « Exclusive "News" — I'm dead to Stephen Colbert ». Elle y explore le succès de Truthiness, concédant que « je n'avais jamais regardé The Colbert Report avant que mon nom n'apparaisse sur son classement Dead to Me cette semaine… J'ai donc regardé son émission pour la première fois… et c'était drôle. Et ceci n'est pas juste « truthy ». C'est un fait[N 8] ! ».

The Huffington-gate[modifier | modifier le code]

Le 31 janvier 2006, Arianna Huffington réutilise Truthiness dans un article sur son site, The Huffington Post[24]. Elle est invitée sur le plateau du Colbert Report le 1er mars, où elle remet en question le fait que Colbert ait inventé le terme. Colbert réplique alors : « je ne suis pas un fanatique de Truthiness... Je suis le père de Truthiness ». Citant Wikipédia, Huffington le corrige en disant qu'il a au mieux contribué à populariser le terme. En voyant la source qu'elle cite, Colbert répond « Fuck them! »[25].

Autres témoignages[modifier | modifier le code]

En 2008, dans l'édition du 14 juin du New York Times, Truthiness est mentionné dans les mots-croisés en 1-horizontal sous la définition « Néologisme signifiant une intuition sans considération pour les faits[N 9] »[26]. Colbert s’auto-proclame alors « Roi des mots-croisés » (King of the Crossword) et s'en vante sur le plateau du Daily Show[27].

En 2009, le BBC News Magazine a demandé à ses lecteurs de suggérer les choses qui devraient être incluses dans un poster représentant les plus importants évènements de la décennie, divisé en cinq différentes catégories : Personnes, Mots, News, Objets et Culture. Truthiness est sélectionné en tant que Mot et apparaît sur le poster[28].

En octobre 2010, soit cinq ans après sa première évocation en direct à la télévision, un linguiste écrit que le mot Truthiness est « pratiquement » devenu un vrai mot[29].

Réutilisations[modifier | modifier le code]

Au gala des correspondants de la Maison-Blanche[modifier | modifier le code]

Le 29 avril 2006, Colbert est invité à prononcer un discours en présence du président des États-Unis d'alors, George W. Bush. Sous les traits de son personnage, il décrit le président en utilisant la définition de truthiness. Colbert parle notamment du fait que, comme Bush, il « donne aux gens la vérité qui n'est pas passée au filtre des arguments rationnels[N 10],[30] », allusion directe à son néologisme.

Le magazine Editor and Publisher, dans son article intitulé « Le pamphlet de Colbert au gala des correspondants – Le président n'a pas été amusé ? » (Colbert Lampoons Bush at White House Correspondents Dinner—President Not Amused?), rapporte que « l'hommage comique et cinglant au président Bush a laissé George et Laura Bush froids au possible[N 11] ». Il ajoute que de nombreux invités « avaient l'air très inconfortable, trouvant peut-être le contenu trop mordant — ou qu'il utilisait un peu trop le pouvoir de truthiness[N 12] »[31]. The Washington Post et d'autres quotidiens ont également fait le rapprochement entre le discours de Colbert et le mot qu'il avait inventé un an plus tôt[32],[33],[34]. Six mois plus tard, l'éditorialiste Frank Rich a écrit dans The New York Times un article intitulé « Throw The Truthiness Bums Out » que la prestation de Colbert a été une « première culturelle »[35].

Au parlement canadien[modifier | modifier le code]

Toujours en 2006, au Canada, le candidat à la présidence du Parti libéral du Canada, Ken Dryden utilise truthiness dans un discours devant la Chambre des communes. Le discours critique le Universal Child Care Plan du gouvernement, et Dryden explique que, dans le cas présent, truthiness est « quelque chose qui est énoncé comme une vérité à laquelle on veut que les autres adhère, et ainsi, répété assez souvent avec suffisamment de voix différentes, cette vérité peut alors sembler vraie, bien que ce ne soit pas le cas[N 13]. »[36]. Le discours, comme tout ce qui est prononcé à la Chambre, est traduit en français, où Truthiness est traduit par « fausse vérité »[37].

Autres réutilisations dans les médias[modifier | modifier le code]

En 2006, le Chicago Tribune publie un article intitulé « The Truthiness Hurts », expliquant que la controverse de l'Oprah's Book Club sur les soi-disant mémoires de James Frey, A Million Little Pieces (2003) tombait à point nommé pour définir le mot truthiness (fin 2005, des critiques découvrent que certains éléments de l'« autobiographie » de Frey, sélectionnée par l'émission d'Oprah Winfrey au moment de sa sortie, sont faux)[38]. L'histoire est reprise dans USA Today et The New York Times, ainsi que par l'émission Nightline[39]. MSNBC publie également un article titré « Oprah strikes a blow for truthiness: Do facts really matter? Ask Winfrey, James Frey or Stephen Colbert »[5].

En 2010, le commentateur conservateur Charles Krauthammer a réutilisé truthiness en parlant du président Barack Obama dans l'émission de Fox News, Fox News All-Stars en juin 2010. Obama avait précédemment critiqué les Républicains de ne pas soutenir sa réforme financière :

« Ce que nous voyons ici, c'est de la truthiness conditionnelle. Quand l'administration en a besoin, elle dit « nous savons que l'économie va mal », et quand elle a besoin de dire « on ne savait pas qu'elle allait aussi mal », elle le dit aussi. Ça dépend de ce qu'elle a besoin et de quand elle en a besoin ; elle invente une nouvelle réalité[N 14],[40]. »

Depuis sa création, « truthiness » est régulièrement réutilisé par les médias anglo-saxons pour évoquer tel ou tel événement[41], que ce soit aux États-Unis[42], mais aussi au Royaume-Uni[43], en Australie[44], etc.

Dans d'autres langues[modifier | modifier le code]

En esperanto, Truthiness est traduit Verumeco, et il est écrit 感實性 en chinois. En français, le mot n'est pas traduit officiellement ; Libération, l'un des rares journaux français à l'avoir rapporté, l'a en effet retranscrit tel-quel[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : « Now I'm sure some of the 'word police', the 'wordinistas' over at Webster's are gonna say, 'Hey, that's not a word'. Well, anybody who knows me knows I'm no fan of dictionaries or reference books. They're elitist. Constantly telling us what is or isn't true. Or what did or didn't happen. »
  2. Citation originale : « We're not talking about truth, we're talking about something that seems like truth – the truth we want to exist. »
  3. Citation originale : « It used to be, everyone was entitled to their own opinion, but not their own facts. But that's not the case anymore. Facts matter not at all. Perception is everything. It's certainty. People love the President because he's certain of his choices as a leader, even if the facts that back him up don't seem to exist. It's the fact that he's certain that is very appealing to a certain section of the country. I really feel a dichotomy in the American populace. What is important? What you want to be true, or what is true?…
    Truthiness is 'What I say is right, and [nothing] anyone else says could possibly be true.' It's not only that I feel it to be true, but that I feel it to be true. There's not only an emotional quality, but there's a selfish quality.
     »
  4. Citation originale : « In its 16th annual words of the year vote, the American Dialect Society voted truthiness as the word of the year. First heard on The Colbert Report, a satirical mock news show on the Comedy Central television channel, truthiness refers to the quality of preferring concepts or facts one wishes or believes to be true, rather than concepts or facts known to be true. As Stephen Colbert put it, "I don't trust books. They're all fact, no heart. »
  5. Citation originale : « Michael Adams, a professor at North Carolina State University who specializes in lexicology, said "truthiness" means "truthy, not facty". "The national argument right now is, one, 'Who's got the truth?' and, two, 'Who's got the facts?'" he said. "Until we can manage to get the two of them back together again, we're not going to make much progress. »
  6. Citation originale : « Truthiness is a word I pulled right out of my keister... »
  7. Citation originale : « "…When an AP story about the designation sent coast to coast failed to mention Colbert, he began a tongue-in-cheek crusade, not unlike the kind his muse Bill O'Reilly might lead in all seriousness."
    "'It's a sin of omission…' Stephen Colbert told the AP on Thursday….'It's like Shakespeare still being alive and not asking him what Hamlet is about,' he said."
    "The Oxford English Dictionary has a definition for 'truthy' dating back to the 1800s….'The fact that they looked it up in a book just shows that they don't get the idea of truthiness at all,' Stephen Colbert said Thursday. 'You don't look up truthiness in a book, you look it up in your gut.'"
    "Though slight, the difference of Colbert's definition and the OED's is essential. It's not your typical truth, but, as The New York Times wrote, 'a summation of what [Colbert] sees as the guiding ethos of the loudest commentators on Fox News, MSNBC and CNN.'"
    "Colbert, who referred on his program to the AP omission as a 'journalistic travesty,' said Thursday that it was similar to the much-criticized weapons of mass destruction reporting leading up to the Iraq War. 'Except,' he said, 'people got hurt this time.'"
     »
  8. Citation originale : « Truthiness be told, I never had seen The Colbert Report until my name graced its 'Dead to Me' board this week….But I will say that I watched Colbert's show for the first time…It was funny. And that's not just truthy. That's a fact. »
  9. Citation originale : « (10 lettres) Modern coinage meaning intuition without regard to facts. »
  10. Citation originale : « I give people the truth, unfiltered by rational argument. »
  11. Citation originale : « [The] blistering comedy 'tribute' to President Bush… left George and Laura Bush unsmiling at its close. »
  12. Citation originale : « [They] looked a little uncomfortable at times, perhaps feeling the material was a little too biting—or too much speaking 'truthiness' to power. »
  13. Citation originale : « Truthiness is something that is spoken as if true that one wants others to believe is true, that said often enough with enough voices orchestrated in behind it, might even sound true, but is not true. »
  14. Citation originale : « What we see here is conditional truthiness. When the administration needs to say, oh, we knew how bad it was, it says it, and when it needs to say we had no idea how bad it was, it says it. It depends when it needs it; it'll invent a new truth. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sean Alfano, « The Truth Of Truthiness », CBS News,‎ 1 février 2009 (consulté le 22 mars 2013)
  2. (en) « The Wørd - Truthiness », sur Comedy Central, Colbert Nation,‎ 17 octobre 2005 (consulté le 22 mars 2013)
  3. (en) Adam Sternbergh, « Stephen Colbert Has America by the Ballots », New York,‎ 15 octobre 2007 (consulté le 22 mars 2013)
  4. a et b (en) Nathan Rabin, « Interview: Stephen Colbert », The A.V. Club,‎ 25 janvier 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  5. a et b (en) Frank Rich, « Truthiness 101: From Frey to Alito », The New York Times,‎ 22 janvier 2006 (consulté le 2 avril 2013)
  6. a et b Laurent Mauriac, « Truthiness », la vérité si je vous le dis, Libération,‎ 20 juillet 2006 (consulté le 2 avril 2013)
  7. (en) Marc Peyser, « The Truthiness Teller », Newsweek,‎ 16 février 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  8. (en) Alessandra Stanley, « Bringing Out the Absurdity of the News », The New York Times,‎ 25 octobre 2005 (consulté le 22 mars 2013)
  9. (en) Jacques Steinberg, « 2005: In a Word », The New York Times,‎ 25 décembre 2005 (consulté le 22 mars 2013)
  10. (en) Anatoly Liberman, « Midmorning with Kerri Miller - Where words come from », Minnesota Public Radio,‎ 5 janvier 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  11. a et b (en) Allan Metcalf, « Truthiness Voted 2005 Word of the Year by American Dialect Society », American Dialect Society,‎ 6 janvier 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  12. (en) « Top Television Buzzwords », Language Monitor,‎ 27 août 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  13. (en) Reuters, « "Truthiness," "Wikiality" named TV words of year », TBS,‎ 28 août 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  14. (en) « The Top Words of the Decade from 2000 – 2009 », Language Monitor,‎ 29 novembre 2009 (consulté le 22 mars 2013)
  15. (en) « Word of the Year 2006 », Merriam-Webster,‎ 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  16. (en) « Truthiness – a word coined five years ago by a TV comedian », Le Mot Juste,‎ 19 octobre 2010 (consulté le 25 mars 2013)
  17. (en) « Who's Honoring Me Now? - Merriam-Webster's Word of the Year », sur Comedy Central, The Colbert Report,‎ 12 décembre 2006 (consulté le 25 mars 2013)
  18. (en) « 2007 List of Banished Words », Lake Superior State University,‎ 2007 (consulté le 22 mars 2013)
  19. (en) « Episode 3001 », No Fact Zone,‎ 8 janvier 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  20. (en) Heather Clark (AP), « Honestly, "truthiness" is selected the word of 2005 », The Seattle Times,‎ 7 janvier 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  21. a et b (en) Benjamin Zimmer, « Truthiness or trustiness? », Language Log,‎ 26 octobre 2005 (consulté le 22 mars 2013)
  22. (en) Marc Peyser, « The Truthiness Teller », Newsweek,‎ 13 février 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  23. (en) « Colbert: AP the Biggest Threat to America », CBS News,‎ 13 janvier 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  24. (en) Arianna Huffington, « Will America's New Love Affair With the Truth Extend to Bush's SOTU Speech? », The Huffington Post,‎ 31 janvier 2008 (consulté le 22 mars 2013)
  25. (en) « Arianna Huffington », sur Comedy Central, Colbert Nation,‎ 1er mars 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  26. (en) « Rex Parker does the NYT Crossword Puzzle », Rex Word Puzzle,‎ 14 juin 2008 (consulté le 22 mars 2013)
  27. (en) « Daily/Colbert - Crossword Puzzle », sur Comedy Central, The Daily Show,‎ 18 juin 2008 (consulté le 22 mars 2013)
  28. (en) « A portrait of the decade », BBC News,‎ 14 décembre 2009 (consulté le 22 mars 2013)
  29. (en) Benjamin Zimmer, « On Language: Truthiness », The New York Times,‎ 13 octobre 2010 (consulté le 25 mars 2013)
  30. (en) « Re-Improved Colbert transcript (now with complete text of Colbert-Thomas video!) », Daily Kos,‎ 30 avril 2006 (consulté le 25 mars 2013)
  31. (en) « Colbert Lampoons Bush at White House Correspondents Dinner - President Not Amused? », Editor and Publisher,‎ 29 avril 2006 (consulté en 9 février 2014)
  32. (en) « Dept. of truthiness: The Colbert Rapport », The Washington Post,‎ 30 avril 2006 (consulté en 9 février 2014)
  33. (en) Michael Scherer, « The truthiness hurts », Salon,‎ 1er mai 2006 (consulté en 9 février 2014)
  34. [vidéo] (en) Morley Safer, « 60 Minutes – The Colbert Report », CBS,‎ 30 avril 2006 (consulté en 9 février 2014)
  35. (en) Frank Rich, « Throw the Truthiness Bums Out », The New York Times,‎ 5 novembre 2006 (consulté le 29 janvier 2012)
  36. (en) « 39th Parliament, 1st Session - Hon. Ken Dryden (York Centre, Lib.) », Hansard,‎ 4 mai 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  37. « 39e Législature, 1re Session - L'hon. Ken Dryden (York-Centre, Lib.) », Hansard,‎ 4 mai 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  38. (en) « The Truthiness Hurts » sur Chicago Tribune le 16 janvier 2006.
  39. (en) Marco R. della Cava, « Truth falls to 'Pieces' after suspect memoir », USA Today,‎ 15 janvier 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  40. (en) « Krauthammer’s Take », National Review,‎ 1er juillet 2010 (consulté en 14 août 2013)
  41. (en) « Recherche Google Actualités : « Truthiness » », Google (consulté en 9 février 2014)
  42. (en) « Scientists discover the truth behind Colbert’s “truthiness” », Springer,‎ 8 août 2012 (consulté en 14 août 2013)
  43. (en) Jesse Norman, « The masters of truthiness are spreading ignorance about Lords reform », The Telegraph,‎ 5 février 2014 (consulté en 9 février 2014)
  44. (en) Michaela McGuire, « Abbott and the ABC: An inconvenient truthiness », The Monthly,‎ 30 janvier 2014 (consulté en 9 février 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]