True Blue (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir True Blue.

True Blue

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de True Blue présent sur la pochette du single

Single par Madonna
extrait de l'album True Blue
Face A True Blue
Face B Ain't No Big Deal
Sortie 9 octobre 1986[1]
Enregistré 1985
Channel Recording Studios
(Los Angeles, Californie)[2]
Durée 4:18
Genre Pop
Format Disque vinyle
Auteur-compositeur Madonna
Stephen Bray
Producteur Madonna
Stephen Bray
Label Sire Records
Warner Bros. Records

Singles par Madonna

Pistes de True Blue

True Blue est une chanson de Madonna, la troisième de l'album True Blue. Parue en single le 29 septembre 1986 aux États-Unis puis au Royaume-Uni quelques jours plus tard, elle est publiée par le label Sire Records. La chanson a été composée par Stephen Bray et elle raconte les sentiments de la chanteuse envers l'acteur Sean Penn.

Elle se caractérise musicalement par une guitare rythmique, un synthétiseur, des claviers et une batterie. Le refrain est soutenu par une progression de cordes généralement présente dans le genre Doo-wop.

True Blue a été reçu par les critiques comme une chanson rétro légère. Elle a atteint la première place aux Hit-parades britannique, irlandais, où elle est restée pendant deux semaines, et canadien ainsi qu'à la troisième place du Billboard Hot 100. Le clip la montre avec un nouveau look, elle a une allure plus sportive, elle est plus mince et des cheveux plus courts de couleur blond platine. Un autre clip (Alternate Version) a été fait pour le Make My Video sur MTV. Le décor de la vidéo définitive était inspirée du thème des années 50 et le scénario suivait les paroles de la chanson. True Blue a été chanté une seule fois pendant la tournée Who's That Girl Tour.

Genèse[modifier | modifier le code]

La chanson a été écrite par Stephen Bray et coécrite avec Madonna[a 1]. Selon Madonna, True Blue vient d'une expression de son ex-mari Sean Penn et de sa vision de l'amour[a 2], il s'agit d'un hommage à lui tout comme son album qui est inspiré de sa « Valentine effrontée » pour Penn[a 3]. Dans une interview, Stephen Bray a déclaré : « Elle (Madonna) était très amoureuse. Il est évident que si elle est amoureuse, elle va écrire des chansons d'amour. Si elle n'est pas amoureuse, elle n'écrirait surement pas de chansons d'amour[a 4] ».

Description musicale[modifier | modifier le code]

True Blue est une chanson dance-pop inspirée des Girl groups de Motown pendant les années 60 qui sont considérées comme les origines directes de la musique de Madonna[a 3]. Elle ressemble émotionnellement et harmoniquement à Be My Baby, une chanson de Whigfield[a 5]. La chanson est composée dans la progression d'accords majeurs de si bémol. La chanson se place dans le compound quadruple meter, fréquemment utilisé dans le doo-wop, le tempo est allegretto de 120 pulsations par minute[3]. True Blue possède une instrumentation de guitare rythmique, synthétiseur, claviers et percussions[a 5], avec une séquence de base de si, soldièse mineur, mi et fadièse majeur comme progressions d'accords[a 6].

La gamme vocale de Madonna enjambe un peu moins d'une octave et demie, de fadièse3 à si4[3]. Le refrain est soutenu en fond par les sons de cloches sonnant, un couplet alterné - « This time I know it's true » - chantée par trois chœurs durant l'interlude[a 7], et une mélodie basse introduisant sa voix durant le second refrain[a 6]. Les paroles sont construites dans une forme couplet-refrain, avec le thème devenant les sentiments de Madonna pour Sean Penn ; il utilise aussi le mot archaïque « dear » dans la ligne « Just think back and remember, dear »[a 8].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Critiques de la presse[modifier | modifier le code]

Davitt Sigerson du magazine Rolling Stone, dans une critique de l'album True Blue, dit que la chanson « gaspille un rythme classique avec un titre extrêmement prometteur[4] ». Bill Holdship de LAUCNHcast dit que « True Blue est un merveilleux hommage de Madonna aux grils groups des années 1950 et 1960[5] ». Dans son livre Madonna: An Intimate Biography, le journaliste J. Randy Taraborrelli décrit la chanson comme « la chansonnette, la piste amusante de l'ensemble de l'album True Blue en ayant un sentiment rétro des années 50[a 9] ». Dans le livre Rock 'n' Roll Gold Rush contenant des informations sur des artistes variés et sur leurs singles, l'auteur Maury Dean dit que la chanson est « un chef-d'œuvre de la simplicité entre femmes avec des secrets complexes » ajoutant que « d'une part, c'est juste une chansonnette basique, avec quatre accords de base. Dans un autre contexte, c'est un contrepoint d'une couverture harmonique, tournoyant avec un timbre étoilé et une conduite dynamique[a 8] ». Rikky Rooksby, auteur du livre The Complete Guide to the Music of Madonna, dit que True Blue est « une chanson qui est simplement futée et ne tient pas à devenir réellement la piste principale d'un album[a 6] ».

Le magazine The Wichita Eagle n'apprécie pas la chanson, pensant qu'elle est « sans culot et neutre » comparé aux autres chansons de l'enregistrement[6]. Cependant, Daniel Brogan du Chicago Tribune pense que la chanson est bien, la qualifiant d'« impressionnante » comme le reste de l'album[7], et Jan DeKnock du même journal pense qu'elle est « charmante[8] ». Steve Morse de The Boston Globe, quand il décrit la chanson, dit que c'est « une demande pour être une Hélène de Troie des années 80[9] ».

Performance dans les hits-parades[modifier | modifier le code]

True Blue sort aux États-Unis en octobre 1986. Elle débute dans le Billboard Hot 100 à la quarantième place[10], six semaines plus tard, elle atteint la troisième place et la garde pendant trois semaines, et passe seize semaines dans le classement[11]. La chanson effectue le même résultat sur d'autres classements de Billboard, elle atteint la cinquième position du Adult Contemporary[12], et la sixième du Hot Dance Club Play[13]. En octobre 1998, elle est certifiée disque d'or par la Recording Industry Association of America (RIAA) pour la vente de 500 000 exemplaires[14]. À la fin de l'année 1986, elle termine à la 76e position du classement annuel du Billboard[15]. Au Canada, la chanson démarre à la 84e position du classement RPM le 27 septembre 1986[16], puis devient numéro un pendant une semaine en novembre 1986[17], et reste dans le classement pendant vingt-trois semaines[18]. Elle termine à la 37e position du classement de l'année[19].

Au Royaume-Uni, True Blue sort le 29 septembre 1986. Elle débute à la troisième place dans le UK Singles Chart, avant d'atteindre le sommet la semaine suivante[20], devenant le troisième numéro un de Madonna dans ce pays[21]. Elle est certifiée disque d'argent par la British Phonographic Industry (BPI) en octobre 1986[22]. Selon l'Official Charts Company, la chanson s'est vendue à 545 000 exemplaires au Royaume-Uni[23]. La chanson est numéro un pendant deux semaines en Irlande[24], devenant le quatrième numéro un dans le Irish Singles Chart[25]. En Europe, True Blue est aussi numéro un du Eurochart Hot 100 en octobre 1986[26]. Elle atteint le top 5 en Belgique, Italie et Pays-Bas[27],[28],[29], le top 10 en Allemagne, Autriche, France et Suisse[30],[31],[32],[33] et le top 20 en Suède[34]. En Australie et Nouvelle-Zélande, elle atteint respectivement les cinquième et troisième place[a 10],[35].

Vidéoclip[modifier | modifier le code]

Version officielle[modifier | modifier le code]

True Blue a deux clips vidéo pour l'accompagner. Tournée en septembre 1986 à New York, la première vidéo est dirigée par James Foley et produite par David Naylor et Sharon Oreck et Michael Ballhaus est chargé de la photographie. La version de Foley montre Madonna avec trois danseuses dans une voiture des années 1950 et un restaurant tout en bleu. Madonna change sa coupe de cheveux tondue court dans Papa Don't Preach pour une coiffure blond platine broussailleuse et chante la chanson avec une chorégraphie soutenue par ses danseuses. Elle montre un retour à la jeune culture du rock'n'roll des années 50[a 11].

Le fond bleu change en fond ensoleillé lorsqu'elle chante « The sun is bursting right out of the sky » et avance selon le sens de la chanson. Deux des amies de Madonna, Erika Belle et Debi Mazar, apparaissent dans le clip. La vidéo sort au moment où elle traverse un mariage raté avec l'acteur Sean Penn. Durant cette période, Madonna met au point des modes et des attitudes plus traditionnelles et essaie d'apparaître plus respectueuse des rôles traditionnels des sexes. Après avoir perdu son image boy-toy et de minette avec le clip de Live to Tell, Madonna adopte encore un nouveau look pour cette vidéo[a 12]. Elle assiste à des séances d'aérobie dans les centres de santé d'Hollywood The Sports Connection, ce qui est responsable de son aspect plus tonique dans la vidéo[a 11].

Concours Make My Video[modifier | modifier le code]

Sire Records décide d'opter pour un dispositif promotionnel aux États-Unis qui voudrait faire participer les téléspectateurs de MTV à faire leur propre vidéo de True Blue. À l'automne 1986, MTV demande à ses téléspectateurs d'envoyer les vidéos. Le concours est plus connu sous le nom de « Madonna's Make My Video Contest ». Le gagnant reçoit un prix pour visiter le studio MTV de New York où Madonna offre un chèque de 25 000 $ de la part de MTV[36]. Des milliers de personnes envoient leur bande réalisée principalement en utilisant des équipements adaptés et se montrant eux-mêmes ou alors des relations comme acteurs[a 13]. L'agent publicitaire de MTV Peter Danielson dit que beaucoup de ces clips mettent en scène des adolescents imitant Madonna. Toutes les entrées sont diffusées en continu sur la chaîne MTV comme promis. La même chanson est jouée encore et encore toute la journée, mais chaque fois avec une vidéo différente faite par les finalistes[37]. L'auteur Lisa A. Lewis, dit que cet évènement insiste sur l'effet que Madonna a sur les différentes natures du public due à la popularité et à la réponse du concours. MTV sélectionne dix finalistes fondé sur un standard de popularité plutôt que sur une blague de production ou un concept de créativité[a 13].

Cependant, le concept utilise des vidéos qui sont situées dans un nombre de différentes idées pour interpréter les paroles de la chanson. Les trois finalistes sélectionnés, montre une production du style années 50 référent au contenu thématique de la chanson. Le récit sur l'« amour fidèle » constitue la base du reste des vidéos demi-finalistes mais est utilisée de différentes manières. Ces vidéos mettent en avant une romance hétérosexuelle, bien qu'aucun protagoniste particulier ne se distingue. Certains adoptent même une sorte de montage littéral technique plutôt que de structurer la vidéo sur une narration[a 13]. Les gagnants sont Angel Gracia et Cliff Guest pour leur production qui montre une femme soutenue et guidée par ses amies qui vont la présenter à un homme. La fille vient devant sa porte pour lui donner des fleurs, inversant les traditions. L'homme est montré comme un « homme parfait » ayant des sensibilités attentives, intelligentes, enjouées comme un ami (suite aux paroles « You're my best friend » sans aucun sous-entendu sexuel. La vidéo le contraste avec un homme narcissique qui met ses lunettes de soleil, jette sa veste en cuir sur ses épaules et s'éloignent des filles. D'autres vidéos montrent une jeune fille épinglant un marin, les relations américano-soviétiques et un couple se disputant avec la jeune fille dans une scène inspirée du clip What's Love Got to Do with It de Tina Turner[a 13].

Interprétation scénique et reprise[modifier | modifier le code]

Madonna interprète la chanson une seule fois lors du Who's That Girl Tour. Elle monte sur scène habillée d'une robe bleue pour chanter après la prestation de Lucky Star. Dans un cadre similaire de l'original clip de la chanson Madonna est accompagnée en fond de trois chanteuses jouant ses amies. À la fin de la chanson, elle demande à un danseur masculin de danser encore[a 14]. Sa chorégraphie pour la chanson (comme la plupart des autres performances de la tournée) sont faites par Jeffrey Hornaday de Flashdance[a 15]. Deux interprétations différentes sont disponibles sur les vidéos de la tournée intitulées Who's That Girl — Live in Japan, filmée à Tokyo le 22 juin 1987[38], et Ciao, Italia! – Live from Italy, filmée à Turin le 4 septembre 1987[39]. Le groupe pop punk fondé à Pennsylvanie, Digger, enregistre une reprise pour leur premier Long Play Powerbait en 1996[40].

Versions[modifier | modifier le code]

  • Single 45 tours (Europe) [41]
  1. True Blue (Remix/Edit) – 4:22
  2. Holiday (Edit) – 3:50
  • Single 45 tours (Japon/É.U.) [42],[43]
  1. True Blue – 4:16
  2. Ain't No Big Deal – 4:12
  • Single 45 tours (Ré-édition) [44]
  1. True Blue – 4:16
  2. Live to Tell – 4:37
  • Single 45 tours (RU) [45]
  1. True Blue (Version Extended Dance) – 6:37
  2. Holiday (Version Intégrale) – 6:08
  • Single Maxi 45 tours (É.U.) [46]
  1. True Blue (The Color Mix) – 6:37
  2. True Blue (Instrumental) – 6:56
  3. Ain't No Big Deal – 4:12
  4. True Blue (Remix/Edit) – 4:22
  • CD Super Club Mix (Australie/Japon) [47],[48]
  1. True Blue (The Color Mix) – 6:37
  2. Everybody (Version Dub) – 9:23
  3. Papa Don't Preach (Extended Remix) – 5:45
  4. Everybody (Version Extended) – 5:56
  5. Live to Tell (Version Instrumental) – 5:49

Crédits[modifier | modifier le code]

  • Madonna : paroles, production, voix
  • Stephen Bray : percussions, claviers, paroles, production
  • Bruce Gaitsch : guitare rythmique
  • Fred Zarr : claviers additionnels
  • Steve Peck : ingénieur du son
  • Shep Pettibone : remix
  • Herb Ritts : photographie
  • Jeri McManus : graphisme/artwork

Source[2]

Classements, certifications et successions à la première place[modifier | modifier le code]

Classements par pays[modifier | modifier le code]

Pays Meilleure
Position
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 6[30]
Drapeau de l'Australie Australie 5[a 10]
Drapeau de l'Autriche Autriche 9[31]
Drapeau de la Belgique Belgique 3[27]
Drapeau du Canada Canada 1[17]
Drapeau de l'Espagne Espagne 12[49]
Drapeau de l’Union européenne Europe 1[26]
Drapeau de la France France 6[32]
Drapeau de l'Irlande Irlande 1[24]
Drapeau de l'Italie Italie 4[28]
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 3[35]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 4[29]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1[20]
Drapeau de la Suède Suède 18[34]
Drapeau de la Suisse Suisse 6[33]
Drapeau des États-Unis États-Unis Billboard Hot 100 3[11]
Drapeau des États-Unis États-Unis Adult Contemporary 5[12]
Drapeau des États-Unis États-Unis Hot Dance Club Play 6[13]

Classements de l'année[modifier | modifier le code]

Pays (1986) Meilleure
position
Drapeau de l'Australie Australie 45[a 10]
Drapeau du Canada Canada 37[19]
Drapeau de l'Italie Italie 20[50]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 19[51]
Drapeau des États-Unis États-Unis 76[15]

Certifications[modifier | modifier le code]

Pays Certification
Drapeau de l'Australie Australie Disque de platine Platine[52]
Drapeau de la France France Disque d'argent Argent[53]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Disque d'argent Argent[22]
Drapeau des États-Unis États-Unis Disque d'or Or[14]

Successions à la première place[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Madonna.com > Discography > True Blue », sur Madonna.com (consulté le 26 septembre 2010)
  2. a et b Madonna (1986). Crédits de l'album True Blue. Warner Bros. Records.
  3. a et b « Partition de True Blue », sur Musicnotes.com (consulté le 9 mars 2010)
  4. (en) Davitt Sigerson, « Madonna: True Blue: Music Review », Rolling Stone,‎ 17 juillet 1986
  5. (en) Bill Holdship, « Album Review: True Blue », sur Yahoo! Music,‎ 1er janvier 1986 (consulté le 5 juillet 2010)
  6. (en) « Madonna's 'True Blue' Leaves Bad Aftertaste », sur The Wichita Eagle (consulté le 5 juillet 2010)
  7. (en) Daniel Brogan, « Madonna Keeps Faith With 'Virgin' Cause In 'True Blue' », sur Chicago Tribune,‎ 11 juillet 1986 (consulté le 5 juillet 2010)
  8. (en) Jan DeKnock, « 'Higher Love' Takes Briton Steve Wiwood to A New Plateau On Charts », sur Chicago Tribune,‎ 29 août 1986 (consulté le 5 juillet 2010)
  9. (en) Steve Morse, « Madonna's Latest: Is She Serious? », sur The Boston Globe,‎ 1er juillet 1986 (consulté le 5 juillet 2010)
  10. (en) « Hot 100: Week ending of October 04, 1986 - True Blue », sur Billboard (consulté le 5 juillet 2010)
  11. a et b (en) « Hot 100: Week ending of November 29, 1986 - True Blue », sur Billboard (consulté le 5 juillet 2010)
  12. a et b (en) « Adult Contemporary: Week of November 12, 1986 », sur Billboard (consulté le 5 juillet 2010)
  13. a et b (en) « True Blue > Charts & Awards > Billboard Singles », sur Allmusic (consulté le 5 juillet 2010)
  14. a et b (en) « RIAA - Gold and Platinum certification », sur Recording Industry Association of America (consulté le 5 juillet 2010)
  15. a et b (en) « Top Pop Singles », Billboard, vol. 98, no 52,‎ 27 décembre 1986, Y-21 (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  16. (en) « Top Singles - Volume 45, No. 1, September 27 1986 », sur RPM (consulté le 5 juillet 2010)
  17. a et b (en) « Top Singles - Volume 45, No. 9, November 22 1986 », sur RPM (consulté le 5 juillet 2010)
  18. (en) « Top Singles - Volume 45, No. 23, March 14 1987 », sur RPM (consulté le 5 juillet 2010)
  19. a et b (en) « Top 100 Singles of 86 », sur RPM (consulté le 5 juillet 2010)
  20. a et b (en) « Chart Stats - Madonna - True Blue », sur Official Charts Company (consulté le 5 juillet 2010)
  21. (en) « Chart Stats - Madonna », sur Official Charts Company (consulté le 5 juillet 2010)
  22. a et b (en) « Certified Awards - True Blue », sur British Phonographic Industry (consulté le 5 juillet 2010)
  23. (en) « Madonna: The Official Top 40 », sur Official Charts Company (consulté le 20 décembre 2010)
  24. a et b (en) « The Irish Charts - All there is to know », sur Irish Recorded Music Association (consulté le 5 juillet 2010)
  25. (en) « The Irish Charts - All there is to know: Facts and Figures » (consulté le 5 juillet 2010)
  26. a et b (en) « Eurochart Hot 100 », Billboard,‎ 18 octobre 1986 (ISSN 0006-2510)
  27. a et b (nl) « Radio 2 - Top 30 van zaterdag 18 oktober 1986 », sur VRT Top 30 (consulté le 5 juillet 2010)
  28. a et b (it) « Madonna: Discografia Italiana », sur Federazione Industria Musicale Italiana (consulté le 5 juillet 2010)
  29. a et b (nl) « De Nederlanes Top 40 », sur Dutch Top 40 (consulté le 5 juillet 2010)
  30. a et b (de) « Chartverfolgung: Madonna - True Blue », sur Media Control Charts (consulté le 5 juillet 2010)
  31. a et b (de) « Madonna - True Blue (Song) », sur Ö3 Austria Top 40 (consulté le 5 juillet 2010)
  32. a et b « Madonna - True Blue (chanson) », sur Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 5 juillet 2010)
  33. a et b (de) « Madonna - True Blue (Song) », sur Classements musicaux en Suisse (consulté le 5 juillet 2010)
  34. a et b (en) « Madonna - True Blue (Song) », sur Sverigetopplistan (consulté le 5 juillet 2010)
  35. a et b (en) « Madonna - True Blue (Song) », sur Recording Industry Association of New Zealand (consulté le 5 juillet 2010)
  36. (en) Guy D. Garcia, « People of Time », sur Time,‎ 3 novembre 1986 (consulté le 5 juillet 2010)
  37. (en) Lyndsey Parker, « Most Memorable Madonna Moments : 46-50 », sur Yahoo! Music,‎ 7 août 2008 (consulté le 5 juillet 2010)
  38. Madonna (1987) Who's That Girl – Live in Japan [VHS] Warner-Pioneer Japan
  39. (en) Heather Phares, « Ciao Italia: Live in Italy (Video) > Overview », sur Allmusic (consulté le 8 septembre 2010)
  40. (en) « Digger > Overview », sur Allmusic (consulté le 6 juillet 2010)
  41. (1986). Crédits du single True Blue par Madonna. Sire Records. (W 8550)
  42. (1986). Crédits du single True Blue par Madonna. Sire Records. (P-2159)
  43. (1986). Crédits du single True Blue par Madonna. Sire Records. (7-28591)
  44. (1986). Crédits du single True Blue par Madonna. Sire Records. (7-21985)
  45. (1986). Crédits du single True Blue par Madonna. Sire Records. (W 8550 T)
  46. (1986). Crédits du single True Blue par Madonna. Sire Records. (0-20533)
  47. (1986). Crédits du single True Blue par Madonna. Sire Records. (7599-25533-2)
  48. (1986). Crédits du single True Blue par Madonna. Sire Records. (WPCP-3439)
  49. (es) Fernando Salaverri, Sólo éxitos: año a año, 1959–2002,‎ 2005 (ISBN 84-8048-639-2)
  50. (it) « I singoli più venduti del 1986 », sur Federazione Industria Musicale Italiana (consulté le 19 juillet 2011)
  51. (nl) « Jaaroverzichten 1986 », sur Dutch Top 40 (consulté le 31 mai 2011)
  52. (en) « ARIA Charts - Accreditations - 2001 Singles », sur Australian Recording Industry Association (consulté le 8 septembre 2010)
  53. « InfoDisc: Les Certifications (Singles) du SNEP (Bilan par Artiste) - Recherches pour Madonna », sur Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 8 septembre 2010)

Références bibliographiques

  1. J. Randy Taraborrelli 2002, p. 119
  2. Allan Metz et Carol Benson 1999, p. 48
  3. a et b Andrew Morton 2002, p. 789
  4. Mick St. Michael 2004, p. 43
  5. a et b Dave Marsh 1999, p. 184
  6. a, b et c Rikky Rooksby 2004, p. 24
  7. William McKeen 2000, p. 234
  8. a et b Maury Dean 2003, p. 523
  9. J. Randy Taraborrelli 2002, p. 53
  10. a, b et c David Kent, Australian Chart Book 1970-1992,‎ 1993 (ISBN 0-646-11917-6)
  11. a et b Carol Clerk 2002, p. 49
  12. Lucinda J. Peach 1998, p. 176
  13. a, b, c et d Lisa A. Lewis 1991, p. 206
  14. Debbi Voller 1999, p. 29
  15. James Robert Parish et Michael R. Pitts 2003, p. 526

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Carol Clerk, Madonnastyle, Omnibus Press,‎ 2002 (ISBN 0-7119-8874-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Maury Dean, Rock 'n' Roll Gold Rush: A Singles Un-Cyclopedia, Algora Publishing,‎ 2003 (ISBN 0-87586-207-1) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Lisa A. Lewis, Gender Politics and MTV: Voicing the Difference, Temple University Press,‎ 1991 (ISBN 0-87722-942-2) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Dave Marsh, The heart of rock & soul: the 1001 greatest singles ever made, Da Capo Press,‎ 1999 (ISBN 0-306-80901-X) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) William McKeen, Rock and Roll is Here to Stay: An Anthology, W. W. Norton & Company,‎ 2000 (ISBN 0-393-04700-8) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Allan Metz et Carol Benson, The Madonna Companion: Two Decades of Commentary, Music Sales Group,‎ 1999 (ISBN 0-8256-7194-9) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Mick St. Michael, Madonna 'talking': Madonna in Her Own Words, Omnibus Press,‎ 2004 (ISBN 1-84449-418-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Andrew Morton, Madonna, Macmillan Publishers,‎ 2002 (ISBN 0-312-98310-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) James Robert Parish et Pitts, Hollywood Songsters: Garland to O'Connor, Taylor & Francis,‎ 2003 (ISBN 0-415-94333-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Lucinda J. Peach, Women in culture: a women's studies anthology, Wiley-Blackwell,‎ 1998 (ISBN 1-55786-649-X) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Rikky Rooksby, The Complete Guide to the Music of Madonna, Omnibus Press,‎ 2004 (ISBN 0-7119-9883-3) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) J. Randy Taraborrelli, Madonna: An Intimate Biography, Simon and Schuster,‎ 2002 (ISBN 0-7432-2880-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Debbie Voller, Madonna: The Style Book, Omnibus Press,‎ 1999 (ISBN 0-7119-7511-6) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes[modifier | modifier le code]