Trudon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de St Trudon dans l'église St Gangulphe (Saint-Trond)

Saint Trudon (ou Trond, ou Trudo) (mort v. 693, Saint-Trond, Belgique ; fête le 23 novembre[1]) appartient à la première génération de missionnaires ayant œuvré en Belgique. Il est considéré comme l’apôtre de la Hesbaye.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de nobles francs (sa mère Adela appartenant à la maison royale d’Austrasie) Trudon fut envoyé par Saint Remacle à Metz pour y étudier à l’école cathédrale. À la fin de ses études il fut ordonné prêtre (sans doute en 650) par Saint Cloud (ou Clodulphe) évêque de Metz. Revenu dans sa région natale de la Hesbaye il prêcha l’évangile aux populations encore païennes et construisit vers 656 une petite église sur ses terres, y attachant un prieuré monastique, sorte de halte de moines missionnaires. Ce prieuré adopta la règle bénédictine au IXe siècle et devint un prospère monastère, à l’origine de la ville de Saint-Trond, en Belgique. Trudon est également le fondateur du couvent de moniales connu sous le nom de 'Abbaye de Saint-Trond’ à Bruges (ca. 660).

Vénération[modifier | modifier le code]

Trudon mourut vers 693 et fut enterré dans son église. Ses reliques furent plus tard transférées dans la cathédrale de Liège. De nombreuses églises dans la Hesbaye (province de Limbourg, de Brabant et de Liège) portent le patronyme de Saint Trudon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Van der Essen, Études critiques sur les saints mérovingiens, 1907, p. 91-96
  • Paquay, Saint Trudo's leven en vereering, 1933

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Belgique catholique, par Corneille Smet Éditeur C.J. Fonteyn, 1852