Trudering-Riem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 07′ 53″ N 11° 39′ 00″ E / 48.13139, 11.65

Position de Trudering-Riem

Trudering et Riem, situés dans la banlieue de Munich, forment ensemble, depuis la réorganisation de 1992, le secteur de Trudering-Riem, district portant le numéro 15.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent le district 15, Trudering-Riem

Les quartiers du district[modifier | modifier le code]

District no 15 Trudering-Riem avec ses frontières[1]
  • Riem
  • Messestadt Riem
  • Am Moosfeld
  • Kirchtrudering
  • Gartenstadt Trudering
  • Neutrudering
  • Straßtrudering
  • Waldtrudering

Localisation[modifier | modifier le code]

Le secteur du district 15 se situe au sud-est de la périphérie de Munich, au sud du secteur 13 (Bogenhausen), à l'est du secteur 14 (Berg am Laim) et au nord du secteur 16 (Ramersdorf-Perlach). Le vieux centre de Riem s'est développé autour de l'église de Saint-Martin dans la rue Martin-Empl-Ring. Le vieux centre de Kirchtrudering s'est constitué autour de l'église paroissiale de Saint Pierre et Paul[2] dans la rue Kirchtruderingerstraße, près du quartier de Straßtrudering, à l'intersection de la rue Wasserburger Landstraße et la rue Bajuwaren Straße[3].

Superficie[modifier | modifier le code]

Trudering-Riem est avec 2 245,18 hectares l'une des plus grandes municipalités de Munich.

Histoire[modifier | modifier le code]

La plus ancienne trace écrite du nom de la ville, datant de 772, était Truhtheringa pour Trudering, elle fut créée à partir du nom propre du chef du clan Truhtheri ou Drudheri[4]. La fondation de Trudering est d'environ 400 ans antérieure à celle de Munich[5]. De nombreuses découvertes archéologiques montrent que la région était déjà peuplée durant la Préhistoire.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Trudering était déjà peuplé à l'âge de pierre. Une des raisons pour laquelle son développement s'est fait là assez tôt était à cause des nombreuses sources d'eau situées aux alentours. Une hache de pierre a été trouvée sur la ligne de chemin de fer de Trudering et son âge a été estimé à plus de 5 000 ans.

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Hallstatt, premier âge du fer[modifier | modifier le code]

Lors de la construction de l'aéroport de Riem en 1937, à 600 mètres au nord de l'église de Gronsdorf, ont été découvertes deux tombes datant du premier âge du fer entre 700 et 400 avant J.-C. Un des plus grands sites funéraires de la région de Munich a été mis au jour en août 1955 au sud de la rue Martin-Empl-Ring, et à proximité de la rue Rappenweg, au niveau du nouvel espace des expositions, à partir des fouilles systématiques entreprises par l'office des monuments historiques de Munich. Il s'agissait de la mise au jour d'environ cent tombes modestement meublées datant du VIIe siècle avant J.-C. Les objets trouvés, tels que des boucles d'oreilles, des ceinturons et autres bijoux ainsi que des couteaux et autres petits objets de ce genre, provenaient d'une population rurale. Un squelette a été trouvé là et son corps était transpercé par un coutelas (Scramasaxe) trouvé au niveau de son coude. En outre, des restes de casques et de lances ont été découverts dans d'autres tombes. Grâce à une photographie aérienne faite en juin 1980, on a trouvé au nord de l'aéroport de Riem les dernières traces d'un grand bâtiment en bois. Il était d'environ 25 mètres de long et dix mètres de large et bordé par un péristyle ; c'était probablement une villa romaine.

La Tène, second âge du fer[modifier | modifier le code]

Sur la rue Truchthari-Anger, près de la rue Martin-Empl-Ring, ont été effectuées durant l'été 1999 des fouilles mettant au jour un champ d'urnes funéraires de l'époque du premier âge du fer, ainsi que des vestiges du second âge du fer (La Tène). Il s'agissait d'une fosse à déchets d'un four de l'époque romaine et d'une tombe celtique, qui parmi plus d'un millier d'objets dégagés, renfermait un squelette relativement bien conservé avec une épée en bronze et le plat de ses offrandes. C'est une trouvaille archéologiquement des plus extraordinaires. Certains de ces vestiges sont exposés au Musée de la Préhistoire de Munich[6], dans le centre résidentiel de Trudering, où a été achevé en 2008 le Parc Bavarois (Bajuwarenpark, la fenêtre sur le passé) consacré à la colonie celte, qui s'était installée là autrefois en 300 av. J.-C.

Histoire médiévale[modifier | modifier le code]

Création de "Truchtaro"[modifier | modifier le code]

Aux alentours de l'an 500 ap. J.-C., l’agriculteur Truchtaro (homonyme de Trudering), avec son clan, ses paysans et domestiques, s'est installé à Trudering. À cette époque il y avait déjà quelques fermes dans le domaine de Kirchtrudering et Straßtrudering, installées durant la période de l’âge du fer, par des Celtes. Des ours et des loups vivaient là dans une zone boisée (constituée d'arbustes, bouleaux et chênes dans de petits bois). Truchtaro était probablement le vassal d'un seigneur féodal, descendant de la famille noble Fagana[7]. La famille Fagana a été l'une des familles dirigeantes les plus influentes en Bavière et est citée dans la loi bavaroise (la Lex Baiuvariorum[8]).

On ne sait pas où la cour des Truchtaro se tenait. Après une enquête approfondie, il vient comme site de l'établissement des premiers colons, un endroit paraissant des plus probables, le Zehentbauerhof, la ferme de la dîme de Kirchtrudering. Comme le clan des Truchtaro s'agrandissait, il y eut, certainement, des contacts avec d'autres clans, qui se sont installés dans la région, et probablement aussi avec le reste de la population locale. Cela a conduit à la création du village de Truchtaro. Progressivement après l'arrivée des premiers colons, son peuple finira par l'appeler Truhtheringa, ou Truchteringa, pour devenir Trudering aujourd'hui. Truchteringa n'était pas très loin au sud de deux duchés importants, à savoir celui d’Oberföhring[9], avec sa traversée de l’Isar[10] et d’Aschheim, où le duc Tassilon III (en 756 ou 757) a tenu le premier synode de Bavière et le premier parlement de l'État bavarois.

L'acte de donation de Hiltiprant (772)[modifier | modifier le code]

Les terres de Hiltiprant[11] et plus de la moitié de la ville sont données pour « expiation de ses péchés » à l'évêque de Freising. En effet, en l'an 772, la première mention écrite connue de la ville de Trudering (Truhtheringa) était dans un contrat. Le document attestait que certaines terres de l'Hiltiprant à Truhtheringa (comme liées au reste reçu de l’un des derniers des Agilolfings, le duc Tassilon III) étaient léguées au diocèse de Freising[12].

Cets donation et contrat ont été signés par plusieurs témoins nobles, tels que Ratolt, Popo et Situli qui appartenaient à la famille noble Huosi, laquelle a été remplacée par les Agilolfings après Tassilon III comme famille régnante. Ces aristocrates sont ceux-là mêmes qui annoncèrent l'établissement de localités tels que Bogenhausen[13], Situli[14], Ratolte[15] qui sont adjacentes au quartier de Gronsdorf. En dépit de cette généreuse donation des Hiltiprants, une grande part de la seigneurie de Trudering restera à l'Église.

Keferloh (955)[modifier | modifier le code]

Le premier marché de Keferloh eut lieu dans la rue Zehntfeldstraße de l'époque (au Xe siècle, en 955) et s'appelle aujourd'hui la rue Keferloher Straße.

La noble Dame Uta et sa légende[modifier | modifier le code]

La Fontaine d'Uta

Un autre personnage important de Trudering est la dame noble Uta.

Entre 1080 et 1090 régna la noble dame Uta sur une grande partie de Trudering, et de l'Église. Durant cette période plusieurs histoires et légendes se sont déroulées.

En 1085, elle fit don de 550 Tagwerks[16] (ou Tagewerks) de terres agricoles et 1304 Tagwerks de terres forestières (ou Hoad[17]) à la paroisse locale de Trudering. Pour la première fois il fut mentionné le nom de l'église et celui son prêtre attitré dans un écrit à propos de cette donation[18].

Sur ce, afin de se souvenir de ce don généreux, il était célébré deux messes les dimanches et le jour anniversaire de dame Uta, en l'église Saint-Pierre-et-Paul, encore jusqu'en 1932. Uta, qui résidait, probablement à Rott am Inn[19], plusieurs souvenirs en sont restés : le nom de la rue Frau-von-Uta-Straße; et lors de l'établissement en 1914 par August Erlacher[20] de la Fontaine Uta (rue Waldtruderinger, au coin de la rue Tanga). Donc la tradition était que si les gens participaient au service commémoratif d'Uta et voulaient un don de pain, ils étaient servis. Cette légende est connue sous plusieurs variantes : l'époux de dame Uta, qui est un chevalier vil (souvent appelé Cuno), il fustige ses serfs. Sa femme essaye secrètement d'adoucir un peu les méfaits commis par son mari, par cette attribution de pain, d'œufs et de jambon du château aux malades et aux affamés. Mais un jour, alors qu'elle revenait au château[21], elle vit soudain celui-ci être avalé par un fort tremblement de terre, qui engouffre l'impitoyable chevalier Cuno.

Ce trou a été depuis baptisé la grotte d'Uta[22]. La particularité de cette dépression (d'environ 5 m) est que les couches supérieures de la terre sont les mêmes que celles du fond, indiquant un réel effondrement. Les agriculteurs de la région se disent l'un à l'autre qu'il y avait là un château et un mauvais chevalier, dont le règne de terreur a connu une fin horrible.

On dira aussi (c'est une légende) qu'elle s'est mariée à Pépin (roi des Francs), et fut la grand-mère de Charlemagne (ce qui est chronologiquement, totalement impossible).

Une autre légende dit que dame Uta était la fille du duc Agilofing[23] Theodo Ier[24].

Autres points de l'histoire médiévale de Trudering[modifier | modifier le code]

Kilihof, la ferme Kili, la plus vieille de Trudering, aujourd'hui le Dehner Garten-Center, 20 Kirchtruderinger Straße, Munich.
1158 Trudering et Munich Trudering est associée à l'histoire de Munich. La fondation de la ville de Munich s'est faite par l'établissement de l'importante route du sel partant de Reichenhall, dans la région de Salzbourg (la ville du sel) et qui passait par Wasserburg et Trudering. La souveraineté a été faite sur un régime foncier lors de la formation du village double de Kirchtrudering (appartenant au diocèse de Freising) et Straßtrudering (laïque, avec maintenant son relais équestre).
1315 Trudering et Bogenhausen Dans les registres paroissiaux, Trudering est répertorié comme une branche de la paroisse de Bogenhausen.
1384 Kilibauer Le Kilibauer (Kilihof, la ferme Kili, aujourd'hui située au 20, rue Kirchtruderinger Straße) et la maison Beim Mayr (Chez Mary) sont mentionnées pour la première fois dans des documents.
1474 Le curé Haring Haring est le premier curé connu de Trudering. Son épitaphe se trouve dans l'église de Saint-Pierre-et-Paul.

Points historiques de Trudering[modifier | modifier le code]

Taverne Obermaier, 306 rue Truderinger
Taverne Göttler, maintenant taverne Truderinger Wirtshaus
1572 La première peste La première épidémie de peste de Trudering a été enregistrée en 1572. Depuis lors, l'inventaire des morts s'est fait jusqu'en 1679, mais on ne pourra jamais calculer exactement le nombre de gens qui en ont été atteints et le nombre qui en sont morts.
1612 Balthasar Hagn Première mention écrite d'un commerçant à Trudering. Il se nommait Balthasar Hagn et avait sa taverne sur le site, il s’agissait de la taverne d'Obermaier.
1632 Pillage de Trudering par les Suédois Les fermes de Kirchtrudering et Straßtrudering ont été pillées et brûlées en 1632 par les Suédois.
1690-1695 Épidémie de typhoïde Une épidémie de typhoïde a ravagé Trudering entre 1690 et 1695. Environ 80 % de la population n'a pas survécu à l'infection.
1771 Requête du Sérénissime Prince Électeur Dans toute la Bavière, on ne trouvera plus de pauvres et misérables sujets.
1796 Les troupes autrichiennes Trudering souffre du casernement des troupes autrichiennes qui luttaient contre les troupes françaises de Napoléon Bonaparte. Les céréales et des aliments étaient alors enlevés de force aux pauvres agriculteurs locaux.
1803 Nicolas Erhard Nicolas Erhard achète une moitié de la dîme des fermiers. Sa famille était la seule des protestantes à s'être installée à Trudering.
1810 Le domaine Mesner La propriété Mesner, constituée d'un bâtiment du presbytère et d'un hangar sont victimes d'un incendie majeur. Deux ans plus tard, un autre incendie aura aussi lieu à Straßtrudering.
1814 Les artisans La commune de Trudering autorisera l'établissement limité d'artisans dans un village rural.
1848 Agriculteurs propriétaires 56 agriculteurs sont maintenant propriétaires de la terre qu'ils cultivent. Jusque-là ils n'en avaient qu'un droit d'usage. Les dix années suivantes ces champs stériles seront récoltés deux fois par an.
1870 La première classe Avec la voie reliant Munich à Rosenheim, la station ferroviaire de Trudering sera ouverte, et instaurera à la fin du siècle la première classe, qui acquit une grande notoriété.
1874 Le service des pompiers Le premier service des pompiers volontaires de Trudering a été créé en 1874. L'alarme incendie était faite par des pompiers à cheval avec un clairon.
1892 D'un coût de 35 900 marks-or, l'école de Trudering a été construite dans la rue Lehrer-Götz-Weg.
10/03/1895 L'association des Truderingers L'association des Truderingers a été fondée dans la taverne Obermaier.
1898 Liederkranz La chorale masculine Liederkranz de Trudering est fondée par leur chef de chœur Ignaz Lachenmeyr.
1900 Göttler La taverne Göttler (aujourd'hui Truderinger Wirtshaus) est construite en 1900. Auparavant existait là, depuis 1864, la Hansenwirt.
1901 La lumière La lumière électrique est installée à Trudering en 1901.
À partir de 1905 Les premiers habitants de Waldtrudering L'implantation des habitants commence lentement dans Waldtrudering. De nombreux touristes du week-end fournissent les ressources pour les commerces qui s'y établissent.
08/03/1906 Association apicole La boucherie Münchner Metzgermeister Sebastian Neumeyer sera rebaptisée le restaurant Gaststätte "Phantasie" après la titrisation de son commerce, qu'il a acquis dans la commune de Trudering avec quelques amis de la colonie de Waldtrudering, il y a établi l'association apicole.
1911 À l'Est de Trudering sont déjà installées vingt maisons particulières et cinq maisons publiques, et cela dans le seul but de donner au bureau royal des districts de Munich, l'application du règlement pour le nouveau quartier au nom de Waldtrudering.
1917 35 pfennigs le mètre carré Vers la fin de la Première Guerre mondiale, un goulot d'étranglement pour de nombreux approvisionnements venant de Munich pour Trudering a conduit les quartiers de Neutrudering et Gartenstadt Trudering a installer des parcelles de terrain, qui permettaient une autosuffisance alimentaire minimale aux habitants. Pendant les vacances de Pâques 600 parcelles de terrain sont vendues, à 35 pfennigs le mètre carré.
1921 Le monument aux morts Le monument aux morts sera érigé, selon les plans de l'architecte Kaspar Schweinhuber, par le maître d'œuvre Hans Schatz. La figure est une réplique de la statue de Marie sur sa colonne à Munich[25]. Sur le plan, la statue était prévus un peu plus grande, mais pour des raisons financières, sa taille n'a pu être respectée et a été réduite.
1922 Le château d'eau Le château d'eau de Waldtrudering sera construit en 1922, et ce fameux point de repère sera démoli en 1972. Aujourd'hui, est installé à sa place le service des pompiers de Waldtrudering.
1929 La crise La crise économique mondiale plonge les nouveaux citoyens de Trudering à avoir une aide sociale. Sa réalisation était très sollicitée financièrement par cet ancien village paysan et fut donc faite. En accord avec Munich, l'intégration des pauvres de Trudering se fit par une augmentation énorme de la création de domaines libres (des terres en stocks) et la réalisation plus rapide des projets routiers, prévue depuis longtemps.
03/08/1932 Vote Une enquête fut faite auprès des citoyens de Truderinger à propos de son incorporation à Munich. 40 % ont voté oui, 14 % non et 46 % se sont abstenus au moment du vote.
01/04/1932 Incorporation à Munich Après que neuf des douze conseillers municipaux et 73,6 % des citoyens aient voté pour que Trudering soit incorporé à la ville de Munich. Trudering avait jadis une population totale de 6 801 personnes. On a retrouvé les écrits de Monsieur Andreas Empl[26] concernant l'incorporation de Trudering, lors de la célébration de ses 1 200 ans d'âge.
12/11/1933 Christi Himmelfahrt Consécration de l'église Christi Himmelfahrt à Waldtrudering.
09/01/1939 L'aéroport de Riem Le jour du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le premier avion décolle de l'aéroport de Riem. L'autorisation d'exploiter commercialement l'aéroport nouvellement créé n'est accordée que quatre mois plus tard.
Septembre 1940 Inondation Inondation du siècle à Kirchtrudering.
13/06/1944 Raid aérien 29 personnes, dont de nombreux enfants et un prêtre meurent dans la cave du presbytère de l'église Saint-Pierre-et-Paul tués par une bombe antipersonnel lors d'un raid aérien.
À partir de 1945 Construction d'après guerre Une grande activité de construction a été enregistrée après la Seconde Guerre mondiale, quand Trudering a offert à de nombreuses personnes déplacées[27] une nouvelle maison (un peu moins de 90 pour cent du parc immobilier d'aujourd'hui date d'après 1948).
05/08/1955 100 tombes Au sud de la rue Emplstraße une centaine de tombes modestement meublées datant du VIIe siècle sont découvertes.
06/02/1958 Crash d'un avion Dans un accident d'avion à Riem, un écrasement avec tout son équipage et 23 personnes sont tuées, dont huit joueurs de l'équipe de football Manchester United.
06/04/1972 Trudering en mutation Le point culminant de la célébration des 1 200 ans de Trudering est la reconstitution historique de Trudering, en période de mutation, avec 400 participants.
04/05/1973 Wilhelm Busch La société Truderinger Musikverein eV a été fondée dans la taverne Obermaier Gasthof. Monsieur Wilhelm Busch a écrit un récit de voyage se déroulant en 1859 dans une chapelle de Trudering sous une ambiance de fête. Elle est depuis devenue un élément important des événements locaux et des festivals, religieux comme laïques.

Politique[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

La population vivant dans le district est de 62 756 personnes (le 31/12/2010 et seulement 35 394 personnes le 25/05/1987) dont :

  • 4 311 hommes et 5 195 femmes de plus de 65 ans
  • parmi les enfants de moins de 15 ans : 5 977 garçons et 5 484 filles.

Les étrangers représentent 11 078 personnes, soit 17,7 % des habitants.

Tableau démographique[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous, le tableau démographique du district 15 de Munich, Trudering-Riem :

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'éducation et la culture sont représentées par :

  • 18 écoles (pour la période scolaire 2009/2010) :
    • Dix écoles primaires (sept école de type Grundschule et deux de type Hauptschule) avec 3 461 élèves
    • Deux écoles dans l'éducation alimentaire avec 331 élèves
    • Trois écoles de formation professionnelle avec 3 317 étudiants
  • Deux bibliothèque publiques, dont une municipale.

Deux écoles primaires et une école secondaire sont au centre des expositions de Riem. Malgré le nombre élevé d'habitants, Trudering-Riem est toujours sans école primaire (de type Realschule) et sans l'école secondaire (de type Gymnasium). Les écoles secondaires (Realschule) et lycées (Gymnasium) sont dans les districts voisins de Berg am Laim et Neuperlach. Mais beaucoup des élèves de Waldtrudering vont au Gymnasium de Haar à sa périphérie limitrophe Est. La construction de son propre lycée est planifiée sur la Friedenspromenade depuis des années par la ville de Munich, elle sera en service en 2012. Cela pour que les étudiants puissent accéder, pour une grande partie, à l'école en bus.

Religion[modifier | modifier le code]

Église catholique Christi Himmelfahrt à Waldtrudering

Catholique[modifier | modifier le code]

  • Christi Himmelfahrt à Waldtrudering (l'Ascension du Christ)
  • Saint Florian à Messestadt Riem
  • Saint François-Xavier à Trudering (Franz Xaver)
  • Saint Martin dans le Vieux-Riem
  • Saint Pierre et Paul à Kirchtrudering (Peter und Paul)
  • Saint Augustin à Michaeliburg/Strasstrudering (Augustinus)

Protestante[modifier | modifier le code]

  • Église de Sophie à Messestadt (Sophienkirche)
  • Église de la Paix à Waldtrudering (Friedenskirche)

Structures commerciale et de service[modifier | modifier le code]

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'Aéroport de Munich-Riem a été fermé en 1992.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Institution scientifique[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Institutions et service public[modifier | modifier le code]

Clubs sportifs[modifier | modifier le code]

Sources utilisées[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Trudering - Waldtrudering - Riem, de M Willibald, Karl, ISBN 3-937200-06-1, Volk Verlag
  • 772 - 1972, 1200 Jahre Trudering, HALLO Werbeverlag (1972), ASIN B003AN1P44
  • 1200 Jahre Trudering, de M Brückl, Josef, ISBN B001V8ULRW

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte du district n° 15 sur openstreetmap
  2. St. Peter und Paul
  3. La Bajuwarenstraße, la rue bavaroise (en ancien bavarois).
  4. Aussi Truchteri, à partir d'autres sources
  5. Munich fut fondée en 1158, (voir l'histoire de Munich en allemand et l'histoire de la Bavière)
  6. Musée de la Préhistoire à Munich sur le Wikipedia allemand
  7. Fagana sur wikipédia allemand
  8. Lex Baiuvariorum : la loi bavaroise
  9. Oberföhring sur le wikipedia allemand
  10. l'Isar est une des trois rivières traversant Munich, les deux autres se nomment le Würm (Amper) et le Eisbach
  11. Hiltiprant ou Hiltiprand ou Hildebrand - anglais ou Hildebrand - allemand (Hilti : "se battre" et Brant : "Épée") est un héros des légendes de Dietrich von Bern et le personnage principal de la chanson d'un héros.
  12. Il s'agit du texte du chant de Hildebrand écrit en vieux bavarois : Ik gihorta ðat seggen, ðat sih urhettun ænon muotin, Hiltibrant enti Haðubrant untar heriun tuem. sunufatarungo: iro saro rihtun, garutun sê iro guðhamun, gurtun sih iro suert ana, helidos, ubar hringa do sie to dero hiltiu ritun. Hiltibrant gimahalta, [Heribrantes sunu,] her uuas heroro man, ferahes frotoro; her fragen gistuont fohem uuortum, hwer sin fater wari fireo in folche, . . . . . . . «eddo hwelihhes cnuosles du sis. ibu du mi enan sages, ik mi de odre uuet, chind, in chunincriche: chud ist mir al irmindeot.» Hadubrant gimahalta, Hiltibrantes sunu: «dat sagetun mi usere liuti, alte anti frote, dea erhina warun, dat Hiltibrant hætti min fater: ih heittu Hadubrant. forn her ostar giweit, floh her Otachres nid, hina miti Theotrihhe enti sinero degano filu. her furlaet in lante luttila sitten prut in bure, barn unwahsan, arbeo laosa: her raet ostar hina. des sid Detrihhe darba gistuontun fateres mines. dat uuas so friuntlaos man: her was Otachre ummet tirri, degano dechisto miti Deotrichhe. her was eo folches at ente, imo was eo fehta ti leop: chud was her. . . chonnem mannum. ni waniu ih iu lib habbe» . . . «wettu irmingot, [quad Hiltibrant] obana ab hevane, dat du neo dana halt mit sus sippan man dinc ni gileitos» . . . want her do ar arme wuntane bauga, cheisuringu gitan, so imo se der chuning gap, Huneo truhtin: «dat ih dir it nu bi huldi gibu.» Hadubrant gimahalta, Hiltibrantes sunu: «mit geru scal man geba infahan ort widar orte. . . . . . . . . . . . du bist dir, alter Hun, ummet spaher, spenis mih mit dinem wortun, wili mih dinu speru werpan. pist also gialtet man, so du ewin inwit fortos. dat sagetun mi seolidante westar ubar wentilseo, dat inan wic furnam: tot ist Hiltibrant, Heribrantes suno.» Hiltibrant gimahalta, Heribrantes suno: «wela gisihu ih in dinem hrustim, dat du habes heme herron goten, dat du noh bi desemo riche reccheo ni wurti. - welaga nu, waltant got», quad Hiltibrant, «wewurt skihit. ih wallota sumaro enti wintro sehstic ur lante, dar man mih eo scerita in folc sceotantero: so man mir at burc enigeru banun ni gifasta, nu scal mih suasat chind suertu hauwan, breton mit sinu billiu, eddo ih imo ti banin werdan. doh maht du nu aodlihho, ibu dir din ellen taoc, in sus heremo man hrusti giwinnan, rauba birahanen, ibu du dar enic reht habes.» - «der si doh nu argosto quad Hiltibrant ostarliuto, der dir nu wiges warne, nu dih es so wel lustit, gudea gimeinun: niuse de motti hwerdar sih hiutu dero hregilo rumen muotti, erdo desero brunnono bedero uualtan.» do lettun se ærist asckim scritan, scarpen scurim: dat in dem sciltim stont do stoptun to samane staimbort chludun, heuwun harmlicco huitte scilti, unti im iro lintun luttilo wurtun, giwigan miti wabnum . . .
  13. Pupinhusir : Maisons des Poponen (Poapo/Poppo/Pubo)
  14. Situli qui deviendra une partie du quartier Freimann
  15. Ratolte qui appartient aussi au fondateur du clan des Freimann
  16. Un Tagwerk représentait 3407m² en bavière à cette époque
  17. De l'ancien bavarois : Haidt ou Hoad
  18. Cela est peu connu
  19. Près de Wasserburg
  20. August Erlacher, 1853 - 1956 - Artiste peintre
  21. Le château de Cuno était situé à un kilomètre de Trudering
  22. La grotte d'Uta se situe à proximité de la rue Wasserburger Landstr.
  23. La résidence des Agilolfings se trouvait à Ratisbonne
  24. Théodon Ier, 508-512 duc de Bavière, voir Herzog Theodo I. (sur le wikipedia allemand) et Chronologie de la Bavière
  25. La statue de Marie est sur la place de l'hôtel de ville de Munich : Marienplatz
  26. Andreas Empl était l'ancien président du club des Truderingers et du Conseil municipal de Trudering
  27. essentiellement de la Backa, en Transylvanie et des Sudètes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]