Trouble (album de Natalia Kills)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Trouble (chanson de Natalia Kills) pour le single de Natalia Kills

Trouble

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Trouble présent sur la pochette de l'album

Album par Natalia Kills
Sortie Drapeau du CanadaDrapeau des États-Unis 3 septembre 2013
Drapeau de la France 9 septembre 2013
(voir historique de sortie)
Enregistré Avril 2012Février 2013
Enourmous Studios
Record Plant
(Los Angeles, États-Unis)
Jungle City Studios
(New York, États-Unis)
Emile’s Studio
(New York, États-Unis)
Durée 53:54
Langue Anglais
Genre Pop, électro-rock, new wave, dance
Format CD, téléchargement numérique
Producteur Jeff Bhasker (exéc.), Guillaume Doubet, Emile Haynie, Glass John
Label will.i.am, Cherrytree, Interscope, Dandyville
Critique

Albums par Natalia Kills

Singles

  1. Problem
    Sortie : 12 mars 2013
  2. Saturday Night
    Sortie : 28 juin 2013
  3. Outta Time
    Sortie : 26 août 2013
  4. Trouble
    Sortie : 8 avril 2014

Trouble est le deuxième album studio de l’artiste anglaise Natalia Kills. Sorti le 3 septembre 2013 outre-Atlantique sous le label Interscope, il est bâti par plusieurs producteurs incluant Jeff Bhasker, Emile Haynie ainsi que Glass John. La composition de l’opus a essentiellement été réalisée par Bhasker, tandis que divers collaborateurs tels que Haynie ou encore Guillaume Doubet y ont contribué, tout comme pour sa production. Kills a également été créditée en tant que coréalisatrice de chaque morceau inclus. Musicalement, l’album incorpore plusieurs influences électro-rock et new wave des années 1980.

Trouble aborde des thèmes profondément personnels de la vie de Kills, dépeignant son enfance, ses relations et son adolescence, qui sont abordés plus en détail que dans son premier album Perfectionist, distribué en 2011. Il marque aussi un virage quant à la sonortié de cet album, mêlant des instrumentales plus axées sur la guitare avec une musique « pop à fort impact » [1]. Au moment de sa sortie, Trouble a reçu des avis généralement positifs des critiques de musique contemporaine, qui ont noté l’évolution de Kills en tant que compositrice et favorisé la production de l’album. Le disque a fait son entrée dans le hit-parade américain Billboard 200 à la soixante-dixième place avec un chiffre de vente hebdomadaire de 6 000 exemplaires sur le continent Américain, à sa parution. De ce fait, il s’agit à la fois de la plus haute position dans ce classement pour un album de Kills et aussi de l’opus qui a recueilli les ventes les plus faibles lors de sa première semaine d'exploitation.

La large promotion de l’album a inclus une dissémination de singles, de multiples interprétations scéniques et des entrevues pour des magazines et sites web. En septembre 2012—un an avant la parution officielle de Trouble—un vidéoclip pour le titre Controversy a été publié, mais le premier single officiel, Problem, n’a été dévoilé qu’en mars 2013. Un deuxième single, Saturday Night, a été publié trois mois plus tard par l’intermédiaire des détaillants numériques. Ce dernier a été un « tube moyen », particulièrement en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis, atteignant la 23e place des hit-parades néo-zélandais et la 6e place des classements américains. Ensuite, le morceau Outta Time a été offert numériquement en tant que single promotionnel pour la sortie de l’album, suivi par la parution d’un clip-vidéo pour la chanson-titre Trouble et d’un remix officiel de la chanson en collaboration avec la musicienne Peaches, entre les mois de février et avril 2014.

Genèse et production[modifier | modifier le code]

L’instrumentation de Trouble comprend le jeu de guitare de Danielle Haim.

Kills a démarré sa carrière musicale sous le nom de scène Verbalicious, avec la publication du Don't Play Nice en fin février 2005. La chanson a été un échec commercial et Kills a été exclue de son ancienne maison de disques, par conséquent, aucun album n'a été matérialisé. En janvier 2008, la chanteuse à signé chez will.i.am Music Group et est apparue sur le single de l'artiste français M. Pokora, They Talk Shit About Me. En avril 2011, elle a finalement publié son premier album studio, Perfectionist, un succès commercial modéré qui a produit quatre singles.

Au début du mois d'avril 2012, Kills est entrée en studio afin de préparer et enregistrer du nouveau matériel aux côtés des producteurs Jeff Bhasker, Emile Haynie et The Smeezingtons[2],[3]. En outre, elle a également collaboré avec la rappeuse Angel Haze[4]. Trouble a été terminé en février 2013, comme l'a confirmé Kerli [5]. L'album a été enregistré aux studios Enormous, Record Plant et Jungle City.

Avant la sortie de l'album, une chanson intitulée Feel Myself a fait surface en ligne. Elle a été divulguée en avril 2013 et n'a pas été incluse sur la version finale de l'album[6],[7]. Le disque a été nommé d'après sa chanson titre [8]. Selon Kills, l'album a été nommé ainsi car « les ennuies l'on suivie depuis sa naissance ». Elle déclara : « J'ai cette terrible histoire infantile : quand je suis né, ma famille avait beaucoup d'argent, mais lorsque j'ai eu 11 ans, mon père a été accusé d'être un criminel, et nous lui rendions visite en prison. La police a pris tout—toutes les voitures, toutes les maisons. »[9].

Bhasker a été aidé par d'autres musiciens sur certaines tâches, comme pour l'instrumentation des pistes. Tout comme lui, Danielle Haim du groupe Haim et Jimmy Messer ont misé sur leurs jeux de guitare ; la programmation a également été prise en charge par Doubet, Mike Will Made It et Haynie. Pawel Sek et Messer ont endossés les rôles d’ingénieurs pour quelques chansons, tout comme Tyler Sam Johnson et Rob Suchecki. En termes de post-production de l'album, le mixage audio a été réalisé par Bhasker et Tony Maserati, tandis que le mastering a été contrôlé par Chris Athens dans son studio d’enregistrement éponyme.

Composition[modifier | modifier le code]

Musicalité et lyrisme[modifier | modifier le code]

Selon Kills, Trouble représente une résignation intégrante par rapport à son premier album studio. Musicalement, les traces de synthpop trouvables dans Perfectionist ont été supprimées en faveur d’une harmonie pop à « fort impact », orienté punk. La chanteuse a décrit cette sonorité comme le mélange de fortes percussions aux allures hip-hop avec des instrumentales menées par une guitare électrique[1]. Rédactrice pour le New Zealand Herald, Paula Yeoman a jugé la musique de l'album comme une « pop plus sombre », tout en observant des ressemblances avec les œuvres de Lana Del Rey, Lady Gaga ou encore Gwen Stefani [10]. Matt Collar d’AllMusic, a toutefois estimé que le ton global du disque a été influencé par les attitudes de Grimes et de Courtney Love [11].

De même, le lyrisme de Trouble s’écarte de celui que l’on pouvait retrouver dans Perfectionist. Alors que ce dernier explorait les ambitions et le perfectionnisme de Kills, celui-ci narre son enfance et son adolescence, périodes durant lesquelles elle a quitté son domicile très tôt et a développé des comportements dangereux [1]. L’interprète a déclaré qu’elle a conceptualisé l’album afin de représenter ses expériences en tant qu’adolescente et avec des sentiments de « perte totale du contrôle »[12]. Elle a considéré que cette tentative était « relativement difficile », car il s'agit de la confrontation de ses problèmes passés, bien que Kills désirait en tenir compte dans les paroles des chansons, sentant que ceux-ci l’aiderait à définir sa personnalité[1]. Elle a également affirmé « une fois que je commence à composer, je ne peux plus m’arrêter » et a comparé ce processus à une « confession » [13].

Répertoire[modifier | modifier le code]

Daddy's Girl contient un échantillon de la chanson Rich Girl du duo américain Hall & Oates.

Television et Rabbit Hole sont des morceaux qui font opposer leurs parties lyriques « sombres et sinistres » à leurs productions entraînantes[14]. La toute première, qui a été décrite par Romy Olutski du Harper's Bazaar comme une chanson « plus alternative », s’ouvre avec des bruits de sirènes de police et inclut une instrumentation qui introduit progressivement des guitares électriques ainsi que des percussions, accompagnées par un effect vocoder. L’autre, quant à elle, contient des références explicites aux drogues récréatives et aux relations sexuelles tout en utilisant la métaphore « tomber dans le terrier du lapin » pour parler du fait de « tomber amoureux » et de « tomber dans un piège »[15],[16]. Le titre Problem, dénommé comme un morceau pop, est influencé par plusieurs styles de musique rock comme le garage mais aussi le pop rock ; ce dernier genre est également incorporé dans la piste éponyme de l’opus, dans laquelle l’interprète est retrouvée en train de chanter avec une voix brute et « épuisé », qui est elle-même soutenue par « des chœurs aux influences rock arena »[17].

Daddy's Girl, qui a été désignée par Kills comme sa chanson favorite de l’album, comprend un échantillon du single Rich Girl du duo musical américain Hall & Oates, sur un « rythme sourd »[18],[14]. Qualifiée de « chanson d’amour », elle parle du support et de la « dévotion » que portait la mère de Kills pour son père alors qu’il était incarcéré [18]. Le deuxième single, Saturday Night, emploie des synthétiseurs sur une instrumentale « orientée-new wave » [19],[20]. La piste a été décrite comme « autobiographique » et évoque le fait de grandir dans un foyer dans lequel des violences conjugales se produisent[19] ; Kills l'a également qualifié de morceau qui « nous fait sentir bien quand tout ne l’est pas »[21]. Les seules ballades sentimentales de cet album sont Devils Don't Fly et Marlboro Lights. Le principal instrument utilisé dans le second titre est le piano, tandis que le premier incorpore davantage d’instrumentation, comprenant notamment un orgue et des claviers [14],[22]. Rédacteur pour Idolator, Sam Lansky a interprété le lyrisme de Devils Don't Fly comme « conceptuellement vif » [14]. D’après Lansky, la huitième piste, Outta Time, est une « survivance [des] groupes féminins en vogue dans les années 1960 » [14].

Pochette[modifier | modifier le code]

La pochette de Trouble montre Kills portant une robe Prabal Gurung au milieu d’objets tels que des bouteilles de champagne, des voitures de police, des montres et un rouge à lèvres[23]. Kills a réalisé elle-même le collage présent sur la pochette en imprimant des photos fournies par Getty Images et en les découpant[24]. Elle a comparé cette jaquette à un « panneau d’affichage d’une petite fille inspirée »[25]. Kills a déclaré que l’album était « comme un collage de tous les mauvais souvenirs et pires erreurs [qu’elle n’avait] jamais faites ou ressentis » et qu’elle voulant concevoir un vrai collage de « tous les éléments et moments » qui sont mentionnés dans le disque. Bianca Gracie d’Idolator la décrite comme une pochette « kitsch années 1980 »[26]. Kills a indiqué que le symbolisme derrière le champagne et les montres Rolex sur la couverture est lié à la chanson Daddy's Girl, dans laquelle on retrouve les paroles : « Laisse-les prendre tout ce qu’on a / Le doux Rozay, le Cartier / Arrête le gardien, appelle ton nom / Je te donne toute ma liberté, chéri ». Elle a conclu en ajoutant que cela signifiait qu’elle échangerait volontiers toutes les possessions de sa famille afin de voir son père revenir vers eux.

La bouteille de champagne représente le choix de boisson alcoolisée de son père, les menottes symbolisent les problèmes juridiques de Killes à l’adolescence et les perles et les roses représentent les cadeaux que ses petits amis lui ont offerts pour la « rendre heureuse à nouveau »[25]. La pochette comprend aussi des extraits de vernis à ongles dégoulinant de chaque côté ; la chanteuse à dit qu’elle voulait que le visuel soit « en pleine fonte pour le ressentir » [25], lui rappelant aussi les moments où elle avait 16 ans, lorsqu’elle vivait seul et qu’elle essayait de s’appliquer du rouge à lèvres mais qu’elle ne le faisait pas correctement, commentant : «  ... chaque fois que j'essayais de me faire les ongles, ça se terminait en un bordel total. Je finissait essentiellement en peignant tout mon doigt ... et ça coulait partout. Et cette sensation est un type de folie, mêlant une fonte et un ruissellement des sentiment qui nous donne l’impression qu’on possède le contrôle, qu’on peut tout faire et vivre mieux que tout le monde autour de nous ... Et puis on fout tout en l’air ... Je voulais vraiment trouver un moyen de capturer ce sentiment et c'est ma façon de [poser du vernis sur la couverture] »[25].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Notation des critiques

Compilation des critiques
Périodique Note
AllMusic 3.5/5 stars[11]
Idolator 4/5 stars[14]
The New Zealand Herald 3.5/5 stars[10]

Trouble a induit des réponses positives de la part des critiques de musique. Rédacteur pour le site web AllMusic, Matt Collar a estimé qu’il s’agit d’un « pantomime dance-pop que des artistes ont essayé de reproduire depuis que Madonna a conçu et chanté un texte sur une expérience sexuelle de manière si révélatrice qu’elle lui rendit sa virginité ». Collar a référencé la personnalité de Kills, commentant qu’elle était semblable à celle de Pink ou de Lady Gaga, et que le « concept se cachant derrière celle-ci [...] commence à se sentir un peu simpliste ». Néanmoins, il a songé que Kills avait « assez de sa propre personnalité pour retenir votre attention ». Collar a attribué à l'album une note de trois points et demi sur cinq[11]. Sam Lansky d’Idolator a estimé que Kills a évolué dans l’écriture des chansons et a ajouté qu’elle leur apportait « une richesse et une authenticité » plus importante. Qualifiant le disque de « génial », le rédacteur a également fait le rapprochement avec les travaux de Bhasker[14]. Paula Yeoman du New Zealand Herald a également décerné à l'album une note de trois points et demi sur cinq, le dénommant comme un opus « que tout amateur de pop décent devrait y prêter attention »[10]. À la fin de l’année 2013, Mike Wass d’Idolator a choisi Trouble comme son album préféré de l'année[27]. David Byrne et Tony Peregrin du Windy City Times ont rapporté que l’album était un des « excellents efforts » de l’année 2013[28]. Le disque a fait son entrée dans le hit-parade américain Billboard 200 au soixante-dixième rang, devenant l’album le plus haut placé de la chanteuse dans ce classement. Son lancement a engendré un chiffre de vente de plus de 6 000 exemplaires — soit la moitié du nombre total de copies vendues de son précédent opus, Perfectionist[29].

Promotion[modifier | modifier le code]

Controversy est sorti à la mi-septembre 2012 en tant que « buzz single » extrait de l'album, avec un clip[30]. Lors d'une interview avec le magazine Glamour, Kills s'exprime sur le fait qu'elle ait décider de publier la chanson en tant que buzz single : « J'ai dévoilé Controversy car, premièrement, c'est un collage verbal de choses que nous voyons quotidiennement, que nous préférons oublier, en particulier dans l'ère d'Internet et où nous pouvons littéralement voir tout et n'importe quoi instantanément. C'est la devise du monde actuel : nous rirons et plaisantons tous quand c'est quelqu'un d'autre qui souffre »[réf. souhaitée].

Natalia Kills lors d’un concert à Los Angeles en février 2014.

Le 25 août 2013, Kills a participé à une soirée de préparation en l'honneur des MTV Video Music Awards à Brooklyn, durant laquelle ont été interprétés plusieurs titres issus de Trouble. Elle a déclaré avoir travaillé dur sur cette prestation afin de « faire quelque chose sur scène qui soit à distance précise » de la pochette de l'album et de la musicalité des morceaux [18]. Deux jours plus tard, la chanson Outta Time a été offerte en téléchargement gratuit via une lettre d'information envoyée par Polydor[31]. Le second opus de l'artiste a officiellement été publié le 3 septembre 2013 en téléchargement légal sur le continent nord-américain et en version CD dans certains pays à travers le monde[32],[33]. Étant le second single promotionnel, Outta Time a été publié sur iTunes en tant que Single Gratuit de la Semaine, coïncidant avec la sortie nord-américaine de Trouble [34]. Le même jour, une lyric video pour le morceau a été dévoilée sur YouTube [35]. En outre-Atlantique, la version physique de l'album était disponible dans les bacs entre les 10 et 17 septembre 2013, aux États-Unis et au Canada, respectivement.

Le 3 septembre, elle a également livré une entrevue pour le Glamour et, par la même occasion, a dévoilé le morceau Boys Don't Cry en avant-première sur le site-web du magazine[36]. Le 18 octobre 2013, un remix de la chanson a été dévoilé via Cosmopolitan[37]. De façon à avancer dans la promotion de l'album et des singles, Kills a été interviewée par un certain nombre de magazines et de sites-web, tels que Billboard [18], Teen Vogue [38], Ladygunn [39], Refinery29[40] et Playboy[22]. Le 9 octobre 2013, elle a donné un concert dans une boite de nuit à Chicago [41] et un autre à l'Hotel Roosevelt d’Hollywood le 31 décembre 2013 [42]. Elle avait également été conviée à une représentation acoustique par Yahoo! Music[43]. Lors d'un voyage promotionnel en Nouvelle-Zélande, elle a répondu présente lors de la cérémonie des Vodafone New Zealand Music Awards[44].

Singles[modifier | modifier le code]

Problem a été publié en tant que premier single officiel extrait de l'album le 12 mars 2013. Après sa sortie, un clip a été dévoilé, retraçant les premières années de Kills à Hollywood lorsqu'elle vivant dans des « motels rustiques » et son manque d'argent, utilisés comme thèmes principaux. Le mannequin ivoirien Adonis Bosso joue le rôle du petit-ami fictionnel de Kills dans la vidéo[réf. souhaitée]Saturday Night est sorti le 2 juillet 2013 en tant que deuxième single, avec un clip sorti quelques jours plus tard[4]. Celui-ci montre de multiples références aux problèmes familiaux de la chanteuse, tels que l'abus physique, des « magouilles » d'argent et des problèmes avec la loi et la drogue[45].

Liste des pistes[modifier | modifier le code]

No Titre Auteur(s) Producteur(s) Durée
1. Television Natalia Kills, Jeff Bhasker, Guillaume Doubet Bhasker, Doubet [a] 5:54
2. Problem Natalia Kills, Bhasker, Doubet, Sky Montique Bhasker, Doubet [a], Emile Haynie [b] 3:43
3. Stop Me Natalia Kills, Bhasker, Haynie Haynie, Bhasker 3:45
4. Boys Don't Cry Natalia Kills, Bhasker Bhasker, Haynie [b] 3:36
5. Daddy's Girl Natalia Kills, Doubet, Daryl Hall Bhasker, Doubet [a] 3:33
6. Saturday Night Natalia Kills, Bhasker Bhasker 4:46
7. Devils Don't Fly Natalia Kills, Bhasker, Glass John Bhasker, Glass John [a] 4:37
8. Outta Time Natalia Kills, Bhasker Bhasker 3:42
9. Controversy Natalia Kills, Bhasker, Doubet Bhasker, Doubet [a] 4:51
10. Rabbit Hole Natalia Kills, Bhasker, Doubet Bhasker, Doubet [a], Glass John [b] 3:14
11. Watching You Natalia Kills, Bhasker, Haynie Haynie, Bhasker 3:49
12. Marlboro Lights Natalia Kills, Bhasker Bhasker 4:05
13. Trouble Natalia Kills, Bhasker Bhasker, Haynie [b], Doubet [b] 4:19
53:54
Notes
a  coproducteur
b  producteur supplémentaire
  • Problem contient des éléments et des extraits de King of the Beats du groupe américain Mantronix.
  • Daddy's Girl contient des éléments et des extraits de Rich Girl, interprété par Hall & Oates et écrite par Daryl Hall.
  • Controversy contient des éléments et des extraits de Young at Heart, interprété par Frank Sinatra.
  • Rabbit Hole contient des éléments et des extraits de Hollaback Girl, interprété par Gwen Stefani.

Crédits[modifier | modifier le code]

Les crédits musicaux sont issus du livret de l'album Trouble[24].

  • Jeff Bhasker – producteur, programmation, guitare, claviers, ingénieur, compositeur, mixage, piano, orgue, chœurs, producteur exécutif
  • Guillaume Doubet – coproducteur, compositeur, programmation
  • Natalia Kills – compositrice, chant
  • Glass John – programmation, coproducteur, compositeur
  • Pawel Sek – ingénieur, chœurs
  • Tony Maserati – mixage
  • Chris Tabron – mixage
  • Justin Hergett – mixage (assistant)
  • James Krausse – mixage (assistant)
  • Chris Athens – mastering
  • Emile Haynie – production supplémentaire, programmation, producteur, compositeur, claviers
  • Mike Will – programmation
  • Tyler Sam Johnson – ingénieur
  • Rob Suchecki – ingénieur
  • Jimmy Messer – guitare, ingénieur
  • Danielle Haim – guitare

Classements[modifier | modifier le code]

Classement par pays[modifier | modifier le code]

Classement (2013) Meilleure
position
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard 200)[46] 70

Historique de sortie[modifier | modifier le code]

Pays Date Label Format(s)
Drapeau des États-Unis États-Unis[32] 3 septembre 2013 Interscope Records Téléchargement légal
Drapeau du Canada Canada[33]
Drapeau de l'Australie Australie[47] 6 septembre 2013
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[48]
Drapeau de la République tchèque République tchèque [49] 9 septembre 2013
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[50]
Drapeau de la France France[51]
Drapeau de l'Espagne Espagne[52]
Drapeau de l'Italie Italie[53]
Drapeau des États-Unis États-Unis[54] 10 septembre 2013 Universal Music CD
Drapeau du Canada Canada 17 septembre 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Lewis Corner, « Natalia Kills interview: 'I thought I would be dead by now' », Digital Spy. Hearst Magazines UK,‎ 7 août 2013 (consulté le 21 décembre 2013)
  2. (en) Christina Lee, « Natalia Kills's "Problem": Hear Her Grimy New Single », Idolator et Spin Media,‎ 9 mars 2013
  3. (en) « Day 3 in the studio with... », Twitter,‎ 4 avril 2013
  4. a et b « In the studio with @AngelHaze... », Twitter,‎ 17 mars 2012
  5. (en) « Twitter / kerlimusic: Heard my girl @NataliaKills », Twitter.com,‎ 7 septembre 2013
  6. (en) James Nicole, « Natalia Kills Shares Her Favorite Hobby in "Feel Myself" », Fuse,‎ 25 avril 2013
  7. (en) Sam Lansky, « Natalia Kills' "Feel Myself": Hear The Dark, Clattering Track », Idolator,‎ 26 avril 2013
  8. (en) « The Top Things People Would Be Shocked to Know About Me », HuffPost Canada et TheHuffingtonPost.com, Inc.,‎ 12 juillet 2013
  9. (en) Sergio Kletnoy, « MC@Play: Natalia Kills », Marie Claire et Hearst Communication, Inc.,‎ 15 août 2013
  10. a, b et c (en) Paula Yeoman, « Album review: Natalia Kills, Trouble », The New Zealand Herald, APN Holdings NZ Limited,‎ 15 septembre 2013 (consulté le 24 septembre 2013)
  11. a, b et c (en) Matt Collar, « Trouble - Natalia Kills », AllMusic. Rovi Corporation. (consulté le 23 décembre 2013)
  12. (en) Romy Oltuski, « A Moment with Natalia Kills », Harper's Bazaar, Hearst Corporation,‎ 28 février 2014 (consulté le 20 avril 2014)
  13. (en) Alex Catarinella, « Natalia Kills Is the Music Industry's Best "Problem" Child », Elle, Hachette Filipacchi,‎ 25 juin 2013 (consulté le 19 mai 2014)
  14. a, b, c, d, e, f et g (en) Sam Lansky, « Natalia Kills' 'Trouble': Album Review », Idolator. Spin Media.,‎ 3 septembre 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  15. (en) Romy Olutski, « A Moment With Natalia Kills », Harper's Bazaar, Hearst Magazines,‎ 28 février 2014 (consulté le 20 mai 2014)
  16. (en) Andrew Plaskowsky, « Listen Up!: Natalia Kills reflects on upbringing in new album 'Trouble' », The Red and Black,‎ 10 September 2013 (consulté le 19 mai 2014)
  17. (en) Brad Stern, « Celine Dion, Natalia Kills, Tensnake + More: 5 Must-Hear Pop Songs Of The Week », MTV. Viacom Media Networks.,‎ 3 septembre 2013 (consulté le 20 janvier 2014)
  18. a, b, c et d (en) Jason Lipshutz, « Natalia Kills Gets Real on 'Trouble' Album: 'I Wanted To Confront Who I Am Head-On' », Billboard, Prometheus Global Media,‎ 8 août 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  19. a et b (en) Andrew Villagomez, « LISTEN: Natalia Kills' 'Problem' », Out, Here Media,‎ 11 mars 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  20. (en) « UK Dance-Pop Singer Natalia Kills Is Ready for "Saturday Night" - Song of the Day », Fuse,‎ 2 juillet 2013 (consulté le 8 septembre 2013)
  21. (en) Casey Lewis, « Go Behind the Scenes of Natalia Kills's New Music Video, "Saturday Night" », Teen Vogue, Condé Nast,‎ Juillet 2013 (consulté le 20 mai 2014)
  22. a et b (en) Vanessa Butler, « Singer & Songwriter Natalia Kills Celebrity Interview », Playboy, Playboy Enterprises,‎ 18 septembre 2013 (consulté le 28 septembre 2013)
  23. (en) Zeenat Wilkinson, « Fashion Plate: Natalia Kills », The New Zealand Herald, APN Holdings NZ Limited,‎ 5 décembre 2013 (consulté le 10 mars 2014)
  24. a et b Trouble, Natalia Kills, Trouble (album de Natalia Kills), 2013, Interscope Records, États-Unis
  25. a, b, c et d (en) Elijah Sarkesian, « Natalia Kills is Trouble », David Atlanta, DRT Media,‎ 4 septembre 2013
  26. Bianca Gracie, « Natalia Kills Unveils 'Trouble' Artwork & Release Date », Idolator. Spin Media.,‎ 29 juillet 2013 (consulté le 21 décembre 2013)
  27. (en) Robbie Daw, « Best Music 2013: Idolator Contributors Pick Their Favorite Albums », Idolator. Spin Media.,‎ 19 décembre 2013 (consulté le 23 décembre 2013)
  28. (en) David Byrne et Tony Peregrin, « Pop Making Sense », Windy City Times, Tracy Baim,‎ 7 janvier 2014 (consulté le 24 janvier 2014)
  29. (en) Keith Caulfield, « Chart Moves: Bastille's 'Bad Blood' Debuts, Fleetwood Mac's 'Opus' Opens, Little Big Town's 'Tornado' Celebrates Anniversary », Billboard, Prometheus Global Media,‎ 13 septembre 2013 (consulté le 22 septembre 2013)
  30. Natalia Kills - 'Controversy'. PopJustice. Retrieved August 30, 2013.
  31. (en) « Natalia Kills », Polydor/Universal Music,‎ 27 août 2013 (consulté le 21 décembre 2013)
  32. a et b (en) « iTunes - Music - Trouble by Natalia Kills », iTunes Store. Apple Inc.,‎ 3 septembre 2013 (consulté le 7 septembre 2013)
  33. a et b (en) « iTunes – Music – Trouble by Natalia Kills », iTunes Store. Apple Inc.,‎ 3 septembre 2013 (consulté le 7 septembre 2013)
  34. (en) « iTunes – Music – Outta Time – Single by Natalia Kills », iTunes Store. Apple Inc.,‎ 3 septembre 2013 (consulté le 7 septembre 2013)
  35. Mike Wass, « Natalia Kills Smokes a Cigar, Whips Her Ponytail In Hazy "Outta Time" Lyric Video: Watch », Idolator. Spin Media,‎ 4 septembre 2013 (consulté le 21 décembre 2013)
  36. (en) Mickey Woods, « Natalia Kills Premieres Boys Don't Cry Video: Obsessed », Glamour, Condé Nast Publications,‎ 3 septembre 2013 (consulté le 21 décembre 2013)
  37. (en) Natalia Kills, « Free Natalia Kills Download on Cosmopolitan.com », Cherrytree Records,‎ 18 octobre 2013
  38. (en) Natalia Kills, « Natalia Kills Interview with Teen Vogue », Cherrytree Records,‎ 20 novembre 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  39. (en) Natalia Kills, « Natalia Kills in Ladygunn Magazine », Cherrytree Records,‎ 18 novembre 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  40. (en) Natalia Kills, « Natalia Kills Interview with Refinery 29 », Cherrytree Records,‎ 17 octobre 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  41. (en) Natalia Kills, « Natalia Kills Live in Chicago Tonight », Cherrytree Records,‎ 9 octobre 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  42. (en) Natalia Kills, « Natalia Kills at Historic Hollywood Roosevelt Hotel on New Years Eve », Cherrytree Records,‎ 20 décembre 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  43. (en) Natalia Kills, « Natalia Kills Slays for Stripped-Down Set at Yahoo Music », Cherrytree Records,‎ 29 octobre 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  44. (en) « Natalia Kills - Trouble », Rip It Up,‎ 13 novembre 2013 (consulté le 7 février 2014)
  45. Stern, Bradley. (July 10, 2013) Natalia Kills Bares Her Soul in Stunning Video for "Saturday Night". MuuMuse. Retrieved August 30, 2013.
  46. (en) Keith Caulfield, « Chart Moves: Bastille's 'Bad Blood' Debuts, Fleetwood Mac's 'Opus' Opens, Little Big Town's 'Tornado' Celebrates Anniversary », Billboard (consulté le 26 avril 2013)
  47. (en) « iTunes – Music – Trouble by Natalia Kills », iTunes Store. Apple Inc. (consulté le 7 septembre 2013)
  48. (de) « Trouble: Amazon.de: Musik », Amazon.de (consulté le 7 septembre 2013)
  49. (en) « iTunes – Music – Trouble by Natalia Kills », iTunes Store. Apple Inc. (consulté le 7 septembre 2013)
  50. (en) « iTunes – Music – Trouble by Natalia Kills », iTunes Store. Apple Inc. (consulté le 7 septembre 2013)
  51. « iTunes – Musique – Trouble par Natalia Kills », iTunes Store. Apple Inc.,‎ 7 septembre 2013
  52. (es) « Trouble [Explicit]: Natalia Kills: Amazon.es: Tienda MP3 », Amazon.es,‎ 7 septembre 2013
  53. (it) « Trouble [Explicit]: Natalia Kills: Amazon.it: Musica MP3 », Amazon.it (consulté le 7 September 2013)
  54. « Trouble », Amazon.com (consulté le 28 décembre 2013)