Troo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Troô redirige ici.
Troo
Image illustrative de l'article Troo
Blason de Troo
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Vendôme
Canton Montoire-sur-le-Loir
Intercommunalité Communauté de communes Vallées Loir et Braye
Maire
Mandat
Jean-Luc Nexon
2014-2020
Code postal 41800
Code commune 41265
Démographie
Population
municipale
321 hab. (2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 40″ N 0° 47′ 55″ E / 47.7777777778, 0.79861111111147° 46′ 40″ Nord 0° 47′ 55″ Est / 47.7777777778, 0.798611111111  
Altitude Min. 58 m – Max. 154 m
Superficie 14,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte administrative de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Troo

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Troo

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Troo

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Troo

Trôo (nommée également Trôo ou Troô non officiellement) est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre.

La commune de Trôo est située à 7 km à l'ouest de Montoire, chef-lieu de canton et à 25 km à l'ouest de Vendôme, sous-préfecture. Elle est à peu près équidistante des villes de Blois, Tours et Le Mans.


Trôo est une ancienne cité troglodytique construite sur un coteau de tuffeau qui domine la vallée du Loir. Sa situation privilégiée, son élévation de 60 mètres au-dessus de la vallée et un réseau complexe de galeries souterraines creusées dans le tuffeau en firent un site défensif de premier ordre. Au XIIe siècle, elle était une place forte du Comté du Maine, alors domaine des Plantagenêt. Trôo fut également au Moyen Âge un site religieux important avec statut d'archidiaconé qui couvrait les régions de Trôo et Saint-Calais. En 1230, un décret de l'évêque du Mans réduisit Trôo au rang de doyenné qui comptait néanmoins 45 paroisses, 3 abbayes, des prieurés et une vingtaine de chapelles. La cité compte encore de nombreux vestiges de cette époque florissante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Trôo était située sur la limite des Cénomans.
Les Celtes s'y sont établis et y ont élevé sur le sommet de la colline un oppidum protégé par une grosse motte et chargé de défendre la frontière contre les agressions ennemies, tandis que les grottes nombreuses dont beaucoup sont encore habitées servent de demeures à la population.
Les Romains qui n'aimaient pas les contrées percées de souterrains laissèrent Trôo pour établir à Sougé leur camp retranché.
Trôo resta toutefois chef-lieu de la Condita Labricensis et lorsque le christianisme fut solidement implanté dans le pays, les évêques du Mans en firent le siège d'un archiprêtré dont l'étendue comprenait les doyennés de Trôo, La Chartre et Saint-Calais.

Au Moyen Âge quand Geoffroy Martel, comte d'Anjou et de Vendôme administrait le comté du Maine au nom du jeune comte Hugues IV, il entoura la ville de murailles, qui forment l’enceinte du castrum. À l'intérieur du château, il fonda, vers 1050, la collégiale Saint-Martin où il établit 7 chanoines.
On sait qu'à cette époque, Trôo possédait l'église de Saint-Mandé, mais on ignore la date de sa fondation. Elle fut détruite à la Révolution.

Foulque le Jeune ayant épousé Erembourg du Maine, unique héritière d'Élie, comte du Maine Trôo devint la propriété de ce puissant seigneur. Il répara l'enceinte du château et la flanqua de nombreuses tours, construisit la porte de Sougé[1] et éleva un superbe donjon.
En 1124, Foulque fonda le prieuré des Marchais où il mit 12 moines de Marmoutiers, et bâtit pour ce prieuré une grande église dédiée à Notre-Dame. Cette église fut en grande partie détruite à la Révolution.
Au XIIe siècle une maladrerie pour les lépreux fut construite à l'extérieur de la ville qui comptait 5 000 habitants[2].

En 1188, Philippe Auguste ayant déclaré la guerre à son vassal devenu trop puissant, il vint mettre le siège devant Trôo. Henri II et Richard Cœur de Lion, son fils, s'enfuirent à son approche. Le château résista mais la ville fut prise et brûlée.
En 1194, après la bataille de Fréteval qui voit la défaite de Philippe Auguste, un certain Markadé, chef d'une troupe de mercenaires brabançons, alliés à Richard Cœur de Lion, s'empare de Trôo et s'y établit en gouverneur.
En 1200, Jean Sans Terre assigne à sa femme Isabelle la ville de Trôo avec La Flèche et Château-du-Loir.
En 1294, Pierre Le Royer, né à Trôo, fils d'un officier du comte de Vendôme devient évêque du Mans.

Vers 1380, des compagnies sous le commandement de Robert Marcault occupent Trôo et ravagent la ville et la région.

En 1547, Antoine de Bourbon, roi de Navarre et duc de Vendôme vint passer quelques jours au château de la Voûte à Trôo avec sa femme Jeanne d'Albret. Cette même année, les protestants incendièrent le prieuré des Marchais. La monographie de Trôo, indique que le 4 janvier 1548, un calviniste nommé Le Grandami a été brûlé vif sur la motte. Peut-être s'agissait-il de l'incendiaire du prieuré? À l'automne, au même endroit, un autre fut fouetté et marqué d'une fleur de lys.
En 1562, les protestants prirent la ville, la pillèrent et saccagèrent complètement la collégiale.
En 1576, ils reviennent mais elle résiste aux attaques.
En 1590, Trôo s'étant soumis à Henri IV celui-ci fait démanteler ses murailles et son château.

Au début du XVIIe siècle 24 paroisses sont détachées de son doyenné pour former celui de La Chartre-sur-le-Loir.
À la Révolution, tous les chanoines furent chassés.

Géographie[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

De Paris (200 km), on se rend à Trôo en voiture par les autoroutes A10 ou A11, ou par le TGV (Paris-Montparnasse-Vendôme en 42 minutes).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2001 Jacques Arlot    
mars 2001 avril 2010 Christiane Morin    
juin 2010 mars 2014 Jean-Pierre Mouret    
mars 2014 en cours Jean-Luc Nexon    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 321 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 119 1 039 1 050 931 998 938 913 885 941
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
900 855 863 800 786 783 821 793 754
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
756 767 737 669 671 639 577 602 543
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
549 433 428 337 320 301 323 329 321
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2007, la commune occupait le 21 152e rang au niveau national, alors qu'elle était au 21 560e en 1999, et le 188e au niveau départemental sur 291 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (36,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,1 %, 15 à 29 ans = 7,3 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 22 %, plus de 60 ans = 33,5 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 17,6 %, 15 à 29 ans = 6,1 %, 30 à 44 ans = 17 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 39,4 %).
Pyramide des âges à Troo en 2007 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,8 
7,9 
75 à 89 ans
12,1 
25,6 
60 à 74 ans
25,5 
22,0 
45 à 59 ans
20,0 
20,1 
30 à 44 ans
17,0 
7,3 
15 à 29 ans
6,1 
17,1 
0 à 14 ans
17,6 
Pyramide des âges du département du Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La collégiale Saint-Martin.
Maladrerie Sainte-Catherine

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Trôo (LoirCher).svg

Les armoiries de Trôo se blasonnent ainsi :

D'argent aux trois flammes de gueules.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Le petit guide de Trôo, par Évelyne Serdjénian, 1re édition: juin 2000 (troisième édition avec mises à jour, prévue pour 2011 par le Syndicat d'initiative de Trôo)
  • Revue Le Bas Vendômois, d'histoire et traditions populaires publiée de 1980 à 2007, dont Évelyne Serdjénian a été responsable à partir de 1993.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]