Trois femmes (film, 1977)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trois femmes.

Trois femmes

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Desert Hot Springs, un site de tournage extérieur

Titre original 3 Women
Réalisation Robert Altman
Scénario Robert Altman
Acteurs principaux
Sociétés de production Lions Gate Film
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1977
Durée 124 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Trois femmes (3 Women) est un film américain de Robert Altman, sorti en 1977.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La jeune Pinky Rose, arrivée en Californie depuis le fin fond de sa campagne texane, est engagée dans le centre thermal de réadaptation pour troisième âge dirigé par le docteur Mass et mademoiselle Bunweil. Ils confient son apprentissage à « Millie » Lammoreaux, une autre Texane. C'est une femme très sophistiquée qui s’identifie à un svelte iris jaune, couleur qui compose tout son univers (sa garde-robe, son appartement et sa voiture). Millie récite à qui veut l’entendre ses trucs et recettes puisés dans des magazines féminins, et trouve en Pinky Rose un auditoire attentif et admiratif alors qu’elle vise vainement celui des messieurs-médecins du centre. Tous les midis, elle va les assommer avec ses palabres dans leur réfectoire où, un jour, elle appose au tableau d’affichage sa recherche de colocataire : Pinky postule immédiatement…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : 3 Women
  • Titre français : Trois Femmes
  • Réalisation : Robert Altman
  • Scénario : Robert Altman
  • Direction artistique : James Dowell Vance
  • Décors : James Dowell Vance
  • Costumes : Jules Melillo
  • Peintures murales : Bodhi Wind
  • Maquillages : Monty Westmore
  • Coiffures : Kaye Pownall
  • Photographie : Charles « Chuck » Rosher Jr.
  • Effets visuels : J. Allen Highfill (Modern Film Effects)
  • Son : Chris McLaughlin
  • Montage : Dennis M. Hill
  • Musique : Gerald Busby
  • Production : Robert Altman
  • Production : Tommy Thomson (exécutif) ; Robert Eggenveiler, Scott Bushnell (associés)
  • Société de production : Lions Gate Film (États-Unis)
  • Sociétés de distribution : Twentieth Century Fox (distributeur d'origine), Les Grands Films Classiques (France), Franfilmdis (France)
  • Pays d’origine : Drapeau des États-Unis États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Format : 35 mmcouleur (DeLuxe) — 2,35:1 (Panavision) — son monophonique
  • Genre : drame
  • Durée : 124 minutes
  • Dates de sortie : Drapeau : États-Unis 3 avril 1977, Drapeau : France 25 mai 1977
  • (fr) Classifications CNC : tous publics, Art et Essai (visa no 47650 délivré le 27 mai 1977)

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Thèmes et contexte[modifier | modifier le code]

Robert Altman l’a expliqué, il a réalisé son film à la suite d’un rêve où il a vu ses trois actrices réunies : Shelley Duvall, Sissy Spacek et Janice Rule.

Trois femmes larvées vont s’identifier l’une à l’autre avant de transmuter en entité père-mère-enfant. Il ne faut pas chercher plus d’explications et se laisser aller au gré des superbes et sombres images émergentes d’oniriques remous. On se plaît à regarder les drôles ou bizarres déambulations de Millie, Pinky et Willie, tour à tour baignées par l’eau des piscines et par la poussière du désert, fleurs en bouton ou chrysalides prêtes à s’ouvrir ou bien encore reptiles hermaphrodites en recherche de sexuation, tels que Willie les peint inlassablement sur ses longues fresques. Ces êtres embryonnaires trouveront leur forme définitive après avoir nécessairement ingéré, à l’instar des mantes religieuses, les quelques gènes mâles de leur commun et mauvais reproducteur, le peu reluisant Edgar. Au final, un remarquable travail conjugué des directeurs photographique et artistique, du compositeur de la musique adéquatement nauséeuse et de l’évidente osmose entre Altman et ses actrices. On se souviendra des airs ahuris de Millie passant de l’état floral évanescent à celui d’humain-chef de famille, de la frémissante rose Pinky passant du stade de femme-enfant à celui de caricature féminine jusqu’à son éclosion en idéale enfant et de Willie, passant de celui de muette génitrice frustrée à celui de mère caressante et aimante…

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]