Trois couronnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois couronnes
Pyrenees topographic map-fr.svg
Trois couronnes
Trois couronnes
Géographie
Altitude 837 m, Erroilbide
Massif Pyrénées
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque
Provinces d'Espagne Guipuscoa
Géologie
Roches Granite
Parc naturel d'Aiako Harria
Image illustrative de l'article Trois couronnes
Parc naturel d'Aiako Harria
Identifiant 142968
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Coordonnées 43° 16′ 59.97″ N 1° 47′ 04.74″ O / 43.283325, -1.7846543° 16′ 59.97″ Nord 1° 47′ 04.74″ Ouest / 43.283325, -1.78465  
Superficie 6 193 ha

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Parc naturel d'Aiako Harria

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Parc naturel d'Aiako Harria

Les Trois couronnes[1],[2] ou Aiako Harria[3],[4], désignent un massif de montagnes et un parc naturel situé à l'extrémité orientale de la province du Guipuscoa, dans la Communauté autonome du Pays basque. Le parc a été déclaré espace naturel protégé en avril 1995, et possède une superficie de 6 193 ha. Ce parc repose sur les roches les plus anciennes du Pays basque, des granites qui commencèrent à se former il y a 270 millions d’années.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette zone montagneuse est située à la limite occidentale des Pyrénées qui rencontrent la mer entre l'embouchure de la Bidassoa et celle de l'Urumea. Elle est constituée d'un massif paléozoïque dans lequel affleurent des minéraux parmi les plus anciens de la région.

Les Trois couronnes est une succession de vallées à pentes à forte déclivité, et s'étend sur les terres des municipalités de Errenteria, Oiartzun, Irun, Hernani et Saint-Sébastien.

Les trois sommets principaux sont Irumugarrieta (806 m), Txurrumurru (827 m) et Erroilbide (837 m), connus sous le nom des Trois couronnes, les Batailles ou encore le profil de Napoléon que l'on peut imaginer de Biarritz.

Flore[modifier | modifier le code]

Bien qu'une partie soit couverte par des peuplements de pins, des espèces de la forêt d'origine subsistent, comme la chênaie-hêtraie d'Añarbe (Navarre), la chênaie (chêne tauzin) d'Endara ou la hêtraie d'Oianleku, (Guipuscoa). Outre ces forêts, le parc présente des zones végétales de grande valeur par leur diversité biologique et par leur singularité parmi lesquelles il faut souligner la présence de petites mousses (sphaignes), de rochers siliceux et d'organismes propres aux petits ruisseaux des zones abritées.

Faune[modifier | modifier le code]

La faune possède un caractère typiquement euro-sibérien, présentant plus de 147 espèces de vertébrés parmi lesquelles des espèces forestières comme le chevreuil et le sanglier, montagnardes comme le vautour fauve et aquatiques comme le saumon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, les Romains y exploitaient le cuivre[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Revue générale, Volume 64, Comptoir universel d'imprimerie et de librairie, 1896.
  2. (en) William Hill James, Battles Round Biarritz, M'Lagan and Cumming, 1899, Université de Californie.
  3. [PDF] Basquetour, Agence basque de tourisme pour le département de l'industrie, de l'innovation, du commerce et du tourisme du Gouvernement basque.
  4. Peñas de Aya en espagnol ou Aiako Harria, littéralement « la pierre de Aia », en basque.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]