Triumph Trident

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Trident est un modèle de moto construit par la firme britannique Triumph.

750 Trident T150 et T160[modifier | modifier le code]

Triumph Trident
Trident face.jpg
Triumph Trident
Constructeur Triumph
Années de production 1969 - 1976
Prix à sa sortie 1 700 €
Type Sportive
Moteur et transmission
Moteur(s) 3 cylindres en ligne, 4 temps refroidi par air
Distribution 2 ac dans les carters, 2 soupapes par cylindre
Cylindrée 740,4 cm³ (67 x 70 mm)
Puissance maximale 58 ch à 7 500 tr/min ch
Alimentation 3 carburateurs Amal ∅ 27 mm
Embrayage monodisque à sec
Boîte de vitesses à 4 rapports
Transmission par chaîne
Vitesse maximale 190 km/h
Cadre, suspensions et freinage
Cadre simple berceau
Suspension avant (débattement) fourche télescopique
Suspension arrière (débattement) 2 combinés
Frein avant tambour double came ∅ 203 mm
Frein arrière tambour simple came ∅ 178 mm
Poids et dimensions
Empattement 1 473 mm
Hauteur de selle 813 mm
Poids à sec 212 kg
Réservoir (réserve) 19,5 ℓ litres

Dès le début des années 1960, deux ingénieurs, Bert Hopwood et Doug Hele, réfléchissent à un nouveau moteur, dérivé de celui équipant la Speed Twin. La demande principale était d'offrir un moteur de plus grosse cylindrée, en réduisant les vibrations. Le trois cylindres est obtenu en ajoutant un cylindre et deux paliers de vilebrequin au bicylindre. Mais la direction de l'usine n'est pas persuadée que cette nouvelle architecture puisse être commercialement rentable. Les deux ingénieurs développent donc la Trident sans le soutien de l'usine.

Un premier prototype nommé P1 apparaît en 1965. Il utilise un moteur de 748 cm³ (63 x 80 mm), avec un transmission primaire par engrenage. La partie cycle provient d'une Bonneville.

Un deuxième prototype P2 naît en 1966. La cylindrée du moteur est en baisse, 740,4 cm³ (67 x 70 mm), et la transmission primaire se fait désormais par chaîne. Les cylindres sont en aluminium. Le prototype P2 entre en production en 1968 et reçoit le patronyme de Trident T150, car à l'instar de la Bonneville T120, elle est annoncée comme ayant une vitesse de pointe de 150 miles/h. Le démarrage se fait encore au kick.

En 1970, les garde-boues sont peints et arborent une bande centrale blanche, la démultiplication est raccourcie, la couronne passant de 52 à 53 dents.

Pour 1971, un nouveau cadre qui fait office de réservoir d'huile est conçu par Umberslade Hall. Il n'équipera toutefois que les Bonneville T120 et T140, les Trident conservant le simple berceau dédoublé sous le moteur. La version américaine reçoit un réservoir en forme de goutte violet et blanc comme sur la Bonneville. La version distribuée sur le vieux continent se contente d'un réservoir carré violet recouvert d'une peinture Regal Purple. Les deux versions sont distribuées avec des silencieux mégaphone.

En 1972, une boîte de vitesse à 5 rapports est disponible en option. La démultiplication finale est raccourcie, le pignon de sortie de boîte passe de 19 à 18 dents.

Pour 1973, la Trident se transforme en T150 V, avec l'adoption d'un frein à disque Lockheed de 250 mm de diamètre à l'avant. Les garde-boues ne sont plus peints, mais chromés.

En 1975, la Trident est renommée T160. Les cylindres sont inclinés, comme sur les BSA. Elle se pare d'un démarreur électrique et d'un disque de frein à l'arrière. Le sélecteur de vitesse migre du côté gauche de la moto.

La Trident s'est également illustrée en compétition.
En 1970, Malcolm Uphill termine premier au premier au TT. Mais la plus connue des Trident est Slippery Slam (Sam la glissante). Son pilote, Tom Dickie, lui donne ce surnom car un problème de lubrification projette de l'huile sur la roue arrière lors du Bol d'or.

Malgré toutes ces améliorations, la Trident ne peut rivaliser avec la Honda CB 750 Four offrant de meilleures prestations dynamiques, la fiabilité en plus.

Les coloris disponibles sont :

  • 1968 et 1969 : Aqua Marine
  • 1970 : Olympic Flame
  • 1971 et 1972: Violet/Blanc et Regal Purple
  • 1973, 1974 et 1975 : Noir/rouge
  • 1976 : Cheerokee Red et Sunflower

BSA Rocket 3[modifier | modifier le code]

BSA Rocket 3

Le concept de la Trident était déjà bien abouti en 1963, mais BSA, alors propriétaire de Triumph, retarde sa sortie. Il faut donc attendre 1968 pour qu'apparaissent les Triumph Trident et BSA Rocket 3. La principale différence entre les deux modèle vient de l'inclinaison de 15° vers l'avant du moteur dans la cadre de la BSA. Ce cadre est un double berceau. Elle n'est proposée qu'avec un coloris rouge à filets blancs.

La Rocket 3 aura une carrière moins longue que la Trident, elle disparaît en même temps que la firme en 1972.

X75 Hurricane[modifier | modifier le code]

X75 Hurricane

L'idée originale provient de Don Brown, alors directeur de la branche américaine de BSA. Il veut rajeunir la clientèle de BSA. Il décide, sans en informer sa direction, de confier le projet à un jeune designer de l'illinois, Craig Vetter.

Il élabore un prototype à partir d'une Rocket 3 en 1969. Bien que le projet soit approuvé par la direction, les difficultés financières font qu'il faut attendre 1972 pour que la X75 soit présentée au public, à Earl's Court, sous la marque Triumph.

La X75 propose un ensemble selle-réservoir en polyester de couleur rouge. Deux bandes jaune courent sur les côtés du réservoir et sur les flancs de selle. Le garde-boue avant est chromé.

L'autre particularité de la X75 est l'ensemble des trois silencieux d'échappement, qui font ressembler le côté droit de la moto à un orgue. Paradoxalement, bien que ce soit un élément permettant de reconnaître la X75, Craig Vetter avoue ne pas apprécier ce style.

Il serait sorti environ 2 000 exemplaires de la X75 Hurricane.

Dans les années 1990, le préparateur français Mécatwin rend hommage à la X75 en produisant la X90.

750 et 900 Trident Hinckley[modifier | modifier le code]

Triumph Trident 900, modèle 1996

En 1991, Triumph renaît avec un modèle mythique : la Trident. Elle se voit déclinée en deux cylindrées différentes, 750 et 900 cm³. Toutes les deux utilisent le tout nouveau moteur de trois cylindres en ligne quatre temps, annonçant respectivement 87 et 98 chevaux.

La partie cycle est constituée d'un cadre poutre en acier, de freins de 296 mm de diamètre à l'avant et de 255 mm à l'arrière.

Le deuxième millésime se voit grandement amélioré. Le réservoir reçoit une décoration bicolore du plus bel effet, de nombreux éléments tels que les rétroviseurs, la béquille latérale ou la ligne d'échappement sont remplacés par des éléments de meilleure qualité. La position de conduite est rendue plus confortable grâce à une selle plus basse et des repose-pieds plus bas et plus en avant.

Les deux modèles recevront une rampe de carburateurs Keihin la dernière année de leur commercialisation, en 1998.

Elles sont disponibles dans les coloris suivants :

  • 1991 et 1992 : British Racing Green, Cherry Red et Cherry Black
  • 1993 : British Racing Green/Cream, Diablo Black/Red et Candy Red/Black
  • 1994, 1995 et 1996 : British Racing Green/Cream, Diablo Black/Red (900 uniquement)
  • 1997 : Jet Black/Red, Quicksilver/Cobalt Blue, British Racing Green/Cream et Quicksilver (750 uniquement)
  • 1998 : Pacific Blue (750 uniquement), Jet Black/Red (900 uniquement) et Pacific Blue/Silver (900 uniquement)