Triptyque de l'Annonciation d'Aix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Triptyque de l'Annonciation d'Aix
Image illustrative de l'article Triptyque de l'Annonciation d'Aix
Artiste attribué à Barthélemy d'Eyck
Date 1443-1445
Type Huile sur bois
Dimensions (H × L) 155 × 350 cm
Localisation Église de la Madeleine d'Aix-en-Provence
Musée Boijmans Van Beuningen (Rotterdam)
Musée royal d'art ancien (Bruxelles)
Rijksmuseum (Amsterdam)

Le Triptyque de l'Annonciation d'Aix est un retable peint daté des années 1443-1445 autrefois conservé dans la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence et aujourd'hui démembré en six panneaux dispersés entre trois musées et, en temps habituel, l'église du Saint-Esprit à Aix-en-Provence.

Historique[modifier | modifier le code]

La provenance du retable est bien connue grâce à sa description dans un document d'archives. Il est commandé le 9 décembre 1442 dans le testament d'un drapier aixois, Pierre Corpici, fournisseur du roi René d'Anjou, pour être placé sur l'autel de sa chapelle dans la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence. Il commande avec une prédelle en partie basse ainsi qu'un superciel en partie haute dont on ne sait pas s'ils ont été réalisés. Le tableau est achevé soit pour le jour de l'Annonciation 1444 soit en 1445. En 1618, l'ensemble est déplacé de la chapelle au baptistère de la cathédrale. En 1623, il est toujours décrit avec ses volets ce qui n'est plus le cas en 1679. En 1791, la partie centrale est toujours placée au même endroit selon le maire de l'époque, Alexandre de Fauris de Saint-Vincens. Celui-ci le fait déplacer dans l'église de la Madeleine après la Révolution française[1]. Cette dernière église étant fermée pour des raisons de sécurité depuis 2006, le tableau a été transféré dans une autre église d'Aix, l'église du Saint-Esprit[2].

On retrouve la trace du volet gauche vers 1900 avec le prophète Isaïe et la Madeleine au revers mais mutilé, ayant perdu son entourage de colonnes et la nature morte en partie supérieure. Il appartient alors à la collection Cook de Richmond. Dès 1909, l'historien de l'art flamand Georges Hulin de Loo fait le rapprochement avec l'Annonciation d'Aix. La Nature morte aux livres est retrouvée la même année lors d'une vente à Amsterdam et achetée par le Rijksmuseum[3]. .

Le panneau droit, resté lui complet, réapparait lors d'une vente à Paris en mars 1923, le catalogue indiquant une provenance d'une résidence des environs d'Aix-en-Provence. Il est alors acheté par les Musées royaux des beaux-arts de Belgique à la demande justement de Hulin de Loo. L'ensemble de ces panneaux sont présentés ensemble dans une exposition pour la première fois en 1929 au musée du Louvre[4].

Composition[modifier | modifier le code]

Attribution[modifier | modifier le code]

Après des attributions fantaisistes au début du XIXe siècle, les historiens de l'art français y voient un artiste français, peut-être de Bourgogne, passé en Flandres et actif en Provence. C'est le cas notamment lors de l'exposition sur les Primitifs français en 1904 au pavillon de Marsan au musée du Louvre. À l'inverse, un certain nombre d'historiens de l'art flamands y voient un artiste flamand s'étant installé dans le midi de la France. Georges Hulin de Loo y voit notamment des caractères « eyckiens » dans le tableau et forge pour la première fois le nom conventionnel de « Maître de l'Annonciation d'Aix ». Charles Sterling suit cette hypothèse. Dès 1904, le critique belge Hulin de Loo le rapprocha de l'auteur du Portrait d'homme de 1456. Depuis, il est généralement admis aujourd'hui par les historiens de l'art, tels que Charles Sterling, Michel Laclotte, Dominique Thiébaut, Nicole Reynaud, qu'il s'agit de Barthélemy d'Eyck, peintre actif à la cour du roi René d'Anjou, originaire du diocèse de Liège[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thiébaut, op. cit., p. 124-125
  2. « Plan-guide », sur Office de tourisme d'Aix-en-Provence (consulté le 7 janvier 2010)
  3. Thiébaut, op. cit., p. 125-126
  4. Thiébaut, op. cit., p. 126
  5. Thiébaut D., in Laclotte M. et Thiébaut D., L’École d’Avignon, Paris, 1983, p. 219

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jan Białostocki, L'art du XVe siècle des Parler à Dürer, Paris, Le Livre de Poche, coll. « La Pochothèque »,‎ 1993 (ISBN 2-253-06542-0)
  • Dominique Thiébaut (dir.), Primitifs français. Découvertes et redécouvertes : Exposition au musée du Louvre du 27 février au 17 mai 2004, Paris, RMN,‎ 2004, 192 p. (ISBN 2-7118-4771-3), p. 124-130
  • Yves Bottineau-Fuchs, Peindre en France au XVe siècle, Arles, Actes Sud,‎ 2006, 330 p. (ISBN 2-7427-6234-5), p. 119-126
  • Nicole Reynaud, « Barthélémy d'Eyck avant 1450 », Revue de l'Art, vol. 84, no 84,‎ 1989, p. 22-43 (lire en ligne)
  • Yoshiaki Nishino, « Le Triptyque de l'Annonciation d'Aix et son Programme iconographique », Artibus et Historiae, vol. 20, no 39,‎ 1999, p. 55-74 (lire en ligne)
  • Rose-Marie Ferré, « Le retable de l’Annonciation d’Aix de Barthélemy d’Eyck : Une pratique originale de la vision entre peinture et performance », European Medieval Drama, vol. 12,‎ 2008, p. 163-183 (ISSN 1287-7484, lire en ligne)

Catalogues d'exposition[modifier | modifier le code]

  • 1966 : Dans la lumière de Vermeer, Paris, Musée de l'Orangerie, 24 septembre - 28 novembre 1966.

Articles connexes[modifier | modifier le code]