Trioceros hoehnelii

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Trioceros hoehnelii

Description de cette image, également commentée ci-après

Trioceros hoehnelii

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Sauria
Infra-ordre Iguania
Famille Chamaeleonidae
Genre Trioceros

Nom binominal

Trioceros hoehnelii
(Steindachner, 1891)

Synonymes

  • Chamaeleon hoehnelii Steindachner, 1891
  • Chamaeleo leikipiensis Steindachner, 1891
  • Chamaeleo bergeri Sternfeld, 1912
  • Chamaeleon bitaeniatus altaeelgonis Loveridge, 1935
  • Trioceros hoehnelii altaeelgonis (Loveridge, 1935)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 04/02/77

Trioceros hoehnelii est une espèce de sauriens de la famille des Chamaeleonidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre jusqu'à 4 000 m d'altitude en Ouganda et au Kenya[1].

Description[modifier | modifier le code]

Trioceros hoehnelii est de petite ou moyenne taille, et peut mesurer jusqu'à 26 cm de longueur. La coloration est très variable. Le matin, on peut voir ce caméléon dorer au soleil, entièrement noir afin de capter de l'énergie thermique de la lumière du soleil.

Cette espèce possède une unique corne sur le rostre. Les mâles sont souvent plus grands que les femelles avec un plus grand casque, une corne et la pase de la queue plus large.

Éthologie[modifier | modifier le code]

La plupart des caméléons en Afrique de l'Est se montrent territoriaux et Trioceros hoehnelii ne déroge pas à la règle. Si des mâles sont placés ensemble, ils se sifflent l'un à l'autre, virent au noir, et compriment leurs corps pour sembler plus grands.

Trioceros hoehnelii aime manger les petits insectes et les araignées qu'il attrape en déroulant sa langue gluante : Déroulée, elle peut être plus longue que le corps.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce est nommée en l'honneur de Ludwig von Höhnel[2].

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Loveridge, 1935 : Scientific results of an expedition to rain forest regions in Eastern Africa. I. New reptiles and amphibians from East Africa. Bulletin of the Museum of Comparative Zoology at Harvard College, no 79, p. 1-19 (texte intégral).
  • Steindachner, 1891 : Bericht über die von Herrn Linienschiffsleutenant Ritter von Höhnel während der Graf Samuel Telekis ostafrikanischer Expedition gesammelten Reptilien. Sitzungsberichte der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften, Mathematisch-Naturwissenschaftliche Classe, vol. 100, no 1, p. 289-316 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Beolens, Watkins & Grayson, 2009 : The Eponym Dictionary of Reptiles. Johns Hopkins University Press, p. 1-296