Trinovantum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Trinovantum, selon une légende rapportée par Geoffroy de Monmouth dans son Historia regum Britanniae (1135), serait le nom originel de la ville de Londres.

Matière de Bretagne[modifier | modifier le code]

Brutus de Bretagne, fils d’Ascagne, petit-fils d’Énée est chassé d’Italie pour avoir tué son père accidentellement. Dans son exil il est accompagné d’un groupe important de Troyens. Après une longue navigation et de nombreuses aventures, ils débarquent dans une île nommée Albion où ils s’installent. Brutus rebaptise le pays de son nom, créant ainsi le royaume de l’île de Bretagne et institue un code de loi.

Il bâtit une ville, capitale du royaume, qu’il nomme Troia Nova, c’est-à-dire la « nouvelle Troie » en souvenir de leur origine. Il sera par la suite latinisé en Trinovantum. Toujours selon l’Historia regum Britanniae, le roi Lud, fils d’Heli, rebaptisera la ville en Caer Lud, qui donnera Caer Llundain et enfin London[1].

 
 
 
 
 
 
 
 
Énée
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ascagne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Corineus
roi de Cornouailles
 
 
 
 
 
Brutus
1er roi de Bretagne
 
 
 
 
 
Innogen
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guendoloena
reine de Bretagne
 
 
 
 
 
Locrinus
roi de Loegrie
puis de Bretagne
 
Kamber
roi de Cambrie
 
Albanactus
roi d’Albanie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maddan
roi de Bretagne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Les Trinovantes[modifier | modifier le code]

Geoffrey de Monmouth s’est vraisemblablement inspiré du nom d’un puissant peuple celte de la protohistoire de la Grande-Bretagne, les Trinovantes, pour Trinovantum. Ce peuple attesté par des sources antiques, Jules César (Commentaires sur la Guerre des Gaules), Auguste (Res Gestae Divi Augusti), Tacite (Les Annales), était localisé dans les actuels comtés d’Essex, de Sussex et une partie du territoire du Grand Londres.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (fr) Histoire des rois de Bretagne, traduit et commenté par Laurence Mathey-Maille, Édition Les belles lettres, coll. « La roue à livres », Paris, 2004, (ISBN 2-251-33917-5).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Cette étymologie est une fantaisie du chroniqueur gallois, l’origine du nom est Londinium, qui date de l’occupation romaine.