Trie-la-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trie-la-Ville
La mairie de Trie-la-Ville.
La mairie de Trie-la-Ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes du Vexin Thelle
Maire
Mandat
Claude Vansteelant
2014-2020
Code postal 60590
Code commune 60645
Démographie
Population
municipale
321 hab. (2011)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 26″ N 1° 50′ 00″ E / 49.2906, 1.8333 ()49° 17′ 26″ Nord 1° 50′ 00″ Est / 49.2906, 1.8333 ()  
Altitude Min. 56 m – Max. 114 m
Superficie 4,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trie-la-Ville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trie-la-Ville

Trie-la-Ville est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Trie-la-Ville est une commune du Vexin français au confluent de la Troesne et de l'Aunette. La commune est située à 5 km de Gisors et de Chaumont-en-Vexin et à 17 km d'Auneuil.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1285, Renaud de Trie participe au tournoi de Chauvency-le-Château et s'y distingue : Jacques Bretel raconte ses exploits dans son long poème: Le Tournoi de Chauvency. En 1835, Trie-la-Ville est créée par démembrement de Trie qui prend le nom de Trie-Château.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Trie-la-Ville Blason Parti: au 1er d'or à la bande d'azur, au 2e fascé d'argent et de gueules; sur le tout, d'azur à la crosse d'or accostée des lettres G et F du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 2014 Claude Vansteelant   agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 321 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
375 358 365 355 321 300 341 317 298
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
336 341 300 315 315 322 277 262 307
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
258 214 245 244 248 280 270 270 377
1999 2006 2011 - - - - - -
327 339 321 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,8 %, 15 à 29 ans = 16,6 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 26,6 %, plus de 60 ans = 20,8 %) ;
  • 50,1 % de femmes (0 à 14 ans = 16,5 %, 15 à 29 ans = 17,1 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 26,5 %, plus de 60 ans = 20 %).
Pyramide des âges à Trie-la-Ville en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,6 
3,6 
75 à 89 ans
4,7 
17,2 
60 à 74 ans
14,7 
26,6 
45 à 59 ans
26,5 
21,3 
30 à 44 ans
20,0 
16,6 
15 à 29 ans
17,1 
14,8 
0 à 14 ans
16,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-l'Ascension
  • Église Notre-Dame-de-l'Ascension[5].
  • Manoir d'Illioré du XVIIe siècle.
  • Le château (XIXe/XXe siècle).

Le château de Trie-la-Ville est aujourd'hui le siège de l'association (loi 1901) « Musica Trie » dont l'objet est l'organisation de concerts de musique principalement classique [6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le château fut acquis en 1909 par Claude Casimir-Perier, homme politique et fils de l'ancien Président de la République, et son épouse, Pauline Benda, dite Madame Simone, célèbre comédienne de théâtre, grande centenaire française et fondatrice du prix Fémina.

Elle y accueillit ses amis Charles Peguy et Jean Cocteau, et surtout son amant Henri-Alban Fournier plus connu sous le nom d'Alain-Fournier.

Le château fut également un lieu de musique baroque dans les années 1960. En 1963 un américain mélomane, Michael Francis Gibson, y créa le « Cercle Musical de Trie » avec Anthony Sidey, célèbre facteur de clavecin, et Antoine Geoffroy-Dechaume.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Trie-la-Ville, Paris, Éditions du Valhermeil,‎ 1988, 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 310-311
  • Louis Régnier, Excursions archéologiques dans le Vexin français – ouvrage posthume – deuxième série : Trie-la-Ville, Gisors, Imprimerie Benard-Bardel et fils,‎ 1927, 170 p., p. 141-152

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]