Tricot rayé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tricot rayé
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Tricot rayé » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Tricot rayé commun
Tricot rayé commun
Taxons concernés

trois espèces du genre Laticauda

Les tricots rayés sont des serpents marins du genre Laticauda de Nouvelle-Calédonie.

Ils se nourrissent en mer (prédateurs de murènes et de congres [1],[2],[3]) mais vivent la plupart du temps sur terre[1],[3] pour digérer, muer, se reproduire ou pondre.

Ils passent la moitié du temps sur terre, et l'autre moitié dans l'eau[3].

Serpents au venin mortel (leur morsure équivaut à dix fois celle du cobra royal), ils ne sont pas du tout agressifs et restent très craintifs.

Ils ne sont dangereux que lorsqu'ils se sentent dérangés, menacés ou observés. Les morsures sont extrêmement rares[réf. souhaitée] (mais doivent être traitées immédiatement).

Certains disent que du fait d'une bouche trop petite, le seul endroit où il peut mordre est la peau entre les doigts, mais d'autres sources indiquent qu'il peut mordre où il veut[4],[5].

Les enfants de Nouvelle-Calédonie ont l'habitude de jouer avec eux[6],[7].

Trois espèces cohabitent :

Les deux espèces L. laticaudata et L. saintgironsi, bien que d'apparence similaire ont des divergences profondes[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Guide Lagon », sur www.cebc.cnrs.fr (consulté le 4 avril 2015)
  2. Xavier Bonnet & Thomas Fauvel, « Amélioration des connaissances sur les tricots rayés en province Sud et leur utilisation en tant que bio-indicateurs », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c, d, e et f [PDF]F. Brischoux (pages 28, 69, 174, 309), « Thèse: Ecologie des tricots rayés de Nouvelle-Calédonie », sur cebc.cnrs.fr,‎ (consulté le 4 avril 2015)« En Nouvelle Calédonie, sont présentes deux espèces de Laticauda, appelées localement tricots rayés. Il s’agit de L. saintgironsi (le tricot rayé jaune, endémique, Cogger & Heatwole 2006 ;Fig 2) et de L. laticaudata (le tricot rayé bleu ;Fig 2 ). (...)nous avons eu affaire à un rebondissement inattendu: (...) deux espèces sympatriques de tricots rayés de Nouvelle-Calédonie a très rapidement montré que, sous des apparences très semblables, ces animaux étaient complètements différents.(...) L. laticaudata et L. saintgironsi exhibent des divergences profondes, quel que soit le paramètre examiné. En caricaturant, on pourrait dire que ces deux espèces de serpents n'ont en commun que leurs anneaux noirs. La vie sous-marine (..) moitié de leur temps. Ces animaux passent l'autre moitié de leur vie à terre. »
  4. « Notre si beau tricot rayé », sur legratuit.nc (consulté le 4 avril 2015)« Attention au mythe de sa bouche trop petite pour lui permettre de mordre notre chair épaisse ! Archi faux ! Les tricots rayés peuvent mordre n’importe quelle partie de notre corps. »
  5. « LE TRICOT RAYE », sur nouvelle-caledonie-tourisme.fr/ (consulté le 4 avril 2015)« peuvent mordre n’importe quelle partie du corps »
  6. « Fiche espèce n°1254 créée par Eric GUIDOUX : », sur fran.cornu.free.fr (consulté le 4 avril 2015)« Les enfants jouent fréquemment avec ces serpents sur terre et les accidents peuvent être fatales »
  7. Thierry Montoriol, « Nouvelle-calédonie: les sortilèges de la mer de corail », Bateaux,‎ , page 2 et 3 (lire en ligne)« il est le seul avec lequel les enfants ont l’habitude de jouer sans danger(...) de tricots rayés assez dociles pour que les enfants jouent avec leurs queues. »
  8. a et b « Laticauda laticaudata (Linnaeus, 1758) », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 4 avril 2015) : « Tricot rayé bleu, Tricot rayé à lèvres sombres, Plature à bandes ( French ) »
  9. « Laticauda saintgironsi Cogger & Heatwole, 2006 », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 4 avril 2015)
  10. Harold HEATWOLE et François BRISCHOUX, « Présence suspectée du tricot rayé à lèvres jaunes Laticauda colubrina (Schneider, 1799) (Elapidae, Laticaudinae) à Wallis et Futuna », Bull. Soc. Herp. Fr., no 147 : 347-350,‎ (lire en ligne)
  11. a et b « Laticauda colubrina (Schneider, 1799) », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 4 avril 2015)« Tricot rayé jaune, Tricot rayé à lèvres jaunes, Plature couleuvrin ( French ) »

Sources[modifier | modifier le code]

  • Notes du Centre d'études biologiques de Chizé (UPR1934 CNRS), CNRS DR15 - La Lettre de la Délégation n° 202.