Triarticulation sociale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La triarticulation de l'organisme social (ou triarticulation sociale, triarticulation sociétale, tripartition sociale, de l'allemand Dreigliederung des sozialen organismus) est une vision de la société proposée par Rudolf Steiner. Celle-ci mènerait à une organisation de la société nécessitant au préalable que les hommes se connaissent véritablement, pour créer des formes qui correspondent à leur être entier.

Selon ce modèle, il s'agirait d'instaurer :

  • la liberté dans l'esprit (chaque individu doit développer ses facultés personnelles…) et dans le domaine culturo-spirituel (liberté de l'éducation non asservie à l'état, liberté de la recherche scientifique et spirituelle, liberté de la création artistique…)
  • l'égalité dans l'âme (chaque homme est soumis aux mêmes lois de naissance, de vie et de mort…) et dans le domaine politico-juridique (les mêmes droits et devoirs pour tous, liés à la capacité de juger)
  • la fraternité dans le corps (nous sommes tous habitants et frères sur Terre) et dans le domaine économique (entraide au lieu de compétition).
Représentation schématique de la tri-articulation sociale

Trois grands domaines d'activité[modifier | modifier le code]

La « triarticulation de l'organisme social » désigne l'interaction des trois grandes domaines d'activité de la société :

  • le domaine de l'économie (production, circulation et consommation des biens et des services) ; englobe tous les produits de la nature ou de la production humaine.
  • le domaine du droit et de la politique (élaboration et suivi des règles permettant la vie en société) ; concerne les relations de personne à personne.
  • le domaine spirituel et culturel au sens large (le spirituel, la culture, le social, l'écologie, l'humain) ; concerne ce qui est issu de chaque individualité et doit être incorporé à l'organisme social.

Une société saine[modifier | modifier le code]

La société (ou « organisme social ») fonctionne sainement lorsque les trois pouvoirs agissent à la fois de manière autonome et coordonnée en collaboration respectueuse pour le bien de tous. Autrement dit lorsque s'applique, dans chacun des trois domaines, la valeur apte à la nourrir :

  • L’égalité dans le domaine juridique,
  • La liberté dans le domaine culturel,
  • La fraternité dans le domaine économique.

Une pathologie de l'organisme social[modifier | modifier le code]

Actuellement, selon ce principe, au niveau mondial le domaine économique tenterait d'imposer sa domination sur les intérêts légitimes des deux autres.

De plus, actuellement, la liberté prédomine dans ce domaine (voir le libéralisme économique), alors que la réflexion sur la fraternité dans le domaine des échanges, du travail et de l'économie est cantonnée à l'économie sociale et solidaire.

La liberté dans l'économie a donné le capitalisme, l'égalité dans l'économie le communisme, mais pour un fonctionnement sain de la société ce sont les valeurs de fraternité et de solidarité qui doivent s'appliquer dans l'économie (chacun travaille pour les autres et les besoins de chacun sont satisfaits par le travail des autres…).

La société civile — le 3e pouvoir[modifier | modifier le code]

En ce moment, la société civile se découvre comme l'institution principale du domaine spirituel et culturel, et comme l'un des trois pouvoirs majeurs de la société (le Marché, l'État, la société civile).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rudolf Steiner, Éléments fondamentaux pour la solution du problème social, Éditions Anthroposophiques Romandes, Genève
  • Nicanor Perlas, La société civile : le 3e pouvoir - Changer la face de la mondialisation, Préfaces de Bernard Ginisty, Agnès Bertrand et Mohammed Taleb ; Éditions Yves Michel, 2003.
  • Henri Nouyrit, Fraternité, égalité, liberté, Éditions Triades, Paris, 2002
  • Paul Coroze, Rudolf Steiner et la tripartition sociale, Éditions Triades, Paris, 1968
  • Rudolf Steiner, Cours d'économie et Séminaire, Éditions Anthroposophiques Romandes, Genève, 2004
  • Rudolf Steiner, Économie sociale ou comment renouveler nos conceptions, Éditions Anthroposophiques Romandes, Genève, 1975
  • Christopher J. Budd, Prélude en économie, Collection Nouvelle Économie, Montezillon (Suisse), 1989
  • Christof Lindenau, Les forces germinatives de la tripartition sociale et comment les cultiver, Éditions Devenir, Troyes, 1986
  • Gérard Klockenbring, L'argent, l'or et la conscience, Collection Nouvelle Économie, Montezillon (Suisse), 1989

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]