Tremplin de Lysgårds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tremplin de Lysgårds
Image illustrative de l'article Tremplin de Lysgårds
Les tremplins de Lysgårds
Généralités
Pays Drapeau de la Norvège Norvège
Ville Lillehammer
Coordonnées 61° 07′ 30″ N 10° 29′ 14″ E / 61.125, 10.487222 ()61° 07′ 30″ Nord 10° 29′ 14″ Est / 61.125, 10.487222 ()  
Création 1993
Caractéristiques
Point K K-90
K-123
Taille HS HS100
HS138
Record Drapeau : Autriche Daniela Iraschko
(106,5 m le 11 novembre 2010[1])
Drapeau : Suisse Simon Ammann
(146,0 m le 6 décembre 2009)
Compétitions
Jeux olympiques 1994
Coupes du monde 1993 · 1995 · 1996 · 1997 · 1998 · 1999 · 2004 · 2005 · 2006 · 2007 · 2008 · 2009 · 2010 · 2011 · 2012 H-2012 F · 2013 H-2013 F · 2014 H-2014 F

Les tremplins de Lysgårds ou Lysgårdsbakken sont des tremplins de saut à ski situés à Lillehammer en Norvège. Construits en 1993, ils accueillent les compétitions de saut à ski et des sauts du combiné nordique des Jeux olympiques d'hiver de 1994. Le site est capable d'accueillir 35 000 personnes. Il est également utilisé pour les cérémonies d'ouverture et de clôture des mêmes Jeux.

Ces tremplins de Lysgårds, de concert avec Holmenkollen à Oslo et Granåsen à Trondheim, sont les plus importants tremplins de saut à ski de Norvège.

Construction[modifier | modifier le code]

Stands et cabines des commentateurs.

Au moment de l'attribution des Jeux olympiques d'hiver de 1994 à Lillehammer, il est prévu d'utiliser le tremplin de Balberg (en), qui existe déjà à Fåberg (en) au nord de Lillehammer[2]. Ce site est cependant rejeté par les diffuseurs des Jeux et la construction d'un nouveau site à Lysgård est décidée[3]. Le financement du site est assuré par une subvention accordée par le parlement norvégien le 1er août 1990. L'entreprise d'architecture Økaw Arkitekter (en) est engagée. La construction des tremplins dure de 1990 à décembre 1992. La zone des places assises est faite avec des éléments de béton préfabriqués et des barres de métal. Des bâtiments temporaires et des installations pour la cérémonie d'ouverture sont mis en place en décembre 1993 et démontés après les jeux[4]. Cela inclut 70 cabines de commentateurs, un centre de médias et des bureaux pour le personnel technique[5]. Le site est construit en partie sous le niveau du sol pour protéger les athlètes du vent et pour limiter l'impact visuel des tremplins[6]. L'association nationale des architectes norvégiens lui attribue le Betongtavlen (en), un prix qui récompense une construction où le béton est bien utilisé en termes environnementaux, esthétiques et techniques, en 1993[7]. En 2007, le grand tremplin est rénové. Le point K passe de 120 à 123. De plus, du plastique est installé pour que les deux tremplins puissent être utilisés en été[8].

Description[modifier | modifier le code]

Vue depuis le grand tremplin avant la rénovation de 2007.

Le site a une capacité de 35 000 places dont 7 500 places assises[4]. En outre, jusqu'à 25 000 personnes peuvent suivre les Jeux depuis des zones libres proches du site[9]. En plus des tremplins, il y a le bâtiment de départ, une tour pour les juges qui comprend un espace de bureaux pour les organisateurs et les juges, un bâtiment pour les médias et une salle technique sous les stands. Il y a aussi une installation qui produit de la neige à haute pression. La tour du grand tremplin est accessible par un télésiège[5]. Pendant les Jeux olympiques, les spectateurs se rendent aux tremplins principalement par le rail[10].

Le tremplin « normal » a un point K à 90 mètres et une taille (HS) de 100 mètres. Sa hauteur est de 112 mètres et la piste d'élan est longue de 82 mètres. Avant 2007, le grand tremplin avait un point K à 120 mètres, une hauteur de 137 mètres et une piste d'élan de 96,6 mètres[5]. Depuis 2007, le « HS » est de 138 mètres, et le point K de 123 mètres[8].

Compétitions[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Pendant les Jeux olympiques d'hiver de 1994, le site accueille les trois épreuves de saut à ski, les deux épreuves de combiné nordique et les cérémonies d'ouverture et de clôture[4]. Les épreuves de saut à ski sont le petit tremplin individuel, le grand tremplin individuel et le grand tremplin par équipes[11] et les épreuves de combiné nordique sont le petit tremplin individuel et par équipes[12].

Coupe du monde de saut à ski[modifier | modifier le code]

Les tremplins en été 2004.

Dans le cadre de la Tournée nordique, une étape annuelle de la Coupe du monde de saut à ski est organisé sur le tremplin K-120 de Lysgårds.

Ce site accueille le 3 décembre 2011 la toute première épreuve de la Coupe du monde féminine de saut à ski sur le tremplin K-90[13],[14]. À cette occasion, afin de promouvoir le saut à ski féminin, la FIS a choisi de coupler ce concours avec la troisième épreuve de coupe du monde 2011/2012 masculine, exceptionnellement également sur le K-90 au lieu de l'habituel K-120 ; les manches des dames et des hommes sont intercalées, pour une retransmission télévisée continue de 2h30[15].

Le tremplin K-90 de Lysgårds est également choisi pour l'ouverture de la saison de Coupe du monde de saut à ski 2012/2013 avec pour la toute première fois une compétition par équipes mixtes le 23 novembre 2012, suivie le 24 novembre 2012 par l'ouverture de la saison de coupe du monde féminine, puis de la saison masculine. Le 25 novembre, une autre compétition masculine a lieu sur le K-120 de Lysgårds[16].

Coupe du monde de combiné nordique[modifier | modifier le code]

Le Tremplin de Lysgårds accueille assez régulièrement la Coupe du monde de combiné nordique depuis 1993. Les courses de ski de fond sont disputées au Sjusjøen Skisenter depuis sa construction en 2003[17].

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [PDF] (en) Lillehammer Olympic Organizing Committee, 1994 Winter Olympics Report, volume II, Lillehammer, Norvège,‎ 1994b (lire en ligne)
  • [PDF] (en) Lillehammer Olympic Organizing Committee, 1994 Winter Olympics Report, volume III, Lillehammer, Norvège,‎ 1994c (lire en ligne)
  • [PDF] (en) Lillehammer Olympic Organizing Committee, 1994 Winter Olympics Report, volume IV, Lillehammer, Norvège,‎ 1994d (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :