Tremblement d'étoile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un tremblement d'étoile (starquake en anglais) est un phénomène astrophysique rare qui se produit lorsque la croûte d'un magnétar subit un ajustement soudain sous l'effet de la pression exercée sur sa structure cristalline par son champ magnétique[1]. Le phénomène est analogue à un tremblement de terre.

Étudiés par l'astérosismologie, les tremblements d'étoile seraient à l'origine de certaines émissions de rayon gamma que les astrophysiciens détectent parfois dans les sursauteurs gamma mous[2].

Observation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : astérosismologie.

L'astérosismologie nécessite des instruments de pointe. L'un d'eux est le télescope spatial CoRoT, lancé à la fin 2006[3]. Propulsé à 895 kilomètres d'altitude, il peut capter de faibles oscillations émises au centre de plusieurs étoiles[Lesquelles ?].

Un autre centre de recherche spécialisé dans ce type d'observations est la base antarctique Concordia, située au sommet du dôme C en Antarctique. On y planifie l'installation du Sismomètre interférentiel à mesurer les oscillations des intérieurs stellaires (SIAMOIS), qui est destiné à poursuivre le programme de CoRoT à l'horizon 2013[4],[5].

SGR 1806-20[modifier | modifier le code]

Une vue d'artiste de SGR 1806-20.
Article détaillé : SGR 1806-20.

Le 27 décembre 2004, on observe une explosion à la surface de la magnétar SGR 1806-20[6]. D'une durée d'un dixième de seconde et d'une puissance estimée à 1036 kilowatts, l'émission d'énergie de l'explosion équivaut à celle émise par le Soleil en 100 000 ans[6]. On estime que si l'astre avait été situé à moins de 10 années-lumière de la Terre, l'explosion aurait pu causer une extinction de masse[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Christopher Thompson et Robert C. Duncan, « The soft gamma repeaters as very strongly magnetized neutron stars - I. Radiative mechanism for outbursts », MNRAS, vol. 275, no 2,‎ 1995, p. 255-300 (résumé, lire en ligne)
  2. (en) Alaa I. Ibrahim, Tod E. Strohmayer, Peter M. Woods, Chryssa Kouveliotou, Christopher Thompson, Robert C. Duncan, Stefan Dieters, Jean H. Swank, Jan van Paradijs et Mark Finger, « An Unusual Burst from Soft Gamma Repeater SGR 1900+14: Comparisons with Giant Flares and Implications for the Magnetar Model », The Astrophysical Journal, vol. 558, no 1,‎ 2001, p. 237-252 (résumé, lire en ligne)
  3. A. B., « Sismologie stellaire », sur http://corot.oamp.fr
  4. Benoît Mosser, « SIAMOIS », sur http://www.lesia.obspm.fr,‎ 12 décembre 2010
  5. « "Sismomètre interférentiel à mesurer les oscillations des intérieurs stellaires" / Seismic Interferometer Aiming to Measure Oscillations in the Interior of Stars »,‎ mars 2009 (dernière mise à jour)
  6. a, b et c (en) « Huge 'star-quake' rocks Milky Way », sur http://news.bbc.co.uk, BBC,‎ 18 février 2005 (dernière modification)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) T. B. Mitchell, J. J. Bollinger, W. M. Itano et D. H. E. Dubin, « Stick-Slip Dynamics of a Stressed Ion Crystal », Physical Review Letters, vol. 87, no 18,‎ 10 octobre 2001, p. 183001 1-4 (résumé, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]