Transport ferroviaire au Royaume-Uni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Transport ferroviaire au Royaume-Uni

Description de cette image, également commentée ci-après

Locomotive Class 90.


Caractéristiques du réseau

Les transports ferroviaires au Royaume-Uni sont les plus anciens du monde, puisque c’est dans ce pays que les premières lignes commerciales ont été construites, dans le premier tiers du XIXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après avoir développé son réseau par des compagnies privées, l’ensemble fut nationalisé, puis privatisé via un système de franchises à la fin du XXe siècle par le gouvernement conservateur de Margaret Thatcher, qui voulait favoriser l’initiative privée, diminuer le rôle de l’État, faire faire des économies à l’État, et améliorer l’efficacité du fonctionnement des chemins de fer. Les lignes de chemin de fer, entretenues par Network Rail, sont louées à dix-neuf exploitants privés[1].

Au début du XXIe siècle, la privatisation des chemins de fer britanniques cause de grandes difficultés. La qualité de service et la sécurité sont généralement plus mauvaises qu’avant la privatisation, et que dans les pays européens où l’opérateur est resté public[réf. nécessaire].

De plus, les compagnies privées ne réussissent pas à être profitables. Seize des dix-neuf exploitants privés bénéficient de subventions[1]. De plus, en cas de perte, les opérateurs dans les trois secteurs jugés rentables, voient 50 à 80 % de leurs pertes prises en charge par l’État. La ligne la plus fréquentée du pays, Londres-Edimbourgh (17 millions de passagers par an[1]), a dû être abandonnée prématurément par GNER en 2006, considérant qu’il serait impossible d’y faire des bénéfices[1] ; l’exploitant suivant, National Express, décide de se retirer fin 2009[1]. L’État reprend donc l’exploitation à son compte pour l’année 2010[1].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le réseau ferroviaire britannique se décline sous deux formes répondant des caractéristiques techniques différentes :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Virginie Malingre, « La ligne de chemin de fer Londres-Edimbourgh est nationalisée provisoirement », Le Monde, 3 juillet 2009, p. 10

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]