Transport en Turquie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article présente diverses statistiques et informations sur les infrastructures de transport de la Turquie.

Routier[modifier | modifier le code]

Autoroutes en Turquie

En Turquie, 95 % du trafic passagers et 93 % du fret domestique se font par la route. La planification et la maintenance des réseaux routier, autoroutier, et de leurs infrastructures (Ponts,tunnels, etc) sont à la charge de la "Direction générale des routes de Turquie " (T.C. Karayolları Genel Müdürlüğü).

La Turquie compte 2 036 km d'autoroutes en services, 31 428 km de routes nationales et 30 920 km de routes départementales[1].

Le gouvernement mène une politique de développement de son réseau routier et autoroutier par le passage à double voies de nombreuses routes nationales et notamment par l'extension du réseau autoroutier (5 236 km supplémentaires) avec 11 nouveaux projets d'autoroutes. Le montage financier des ces projets est sous forme de BOT(Build-Operate-Transfer) : des entreprises privées construisent (build) et gèreront (operate) les autoroutes pendant une période donnée avant de rétrocéder (transfer) le tout aux pouvoirs publics. Les appels d'offres sont lancés en 2010.

Ces Projets d'autoroutes sont les suivants :

Article détaillé : Liste des autoroutes de Turquie.

Ferroviaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transport ferroviaire en Turquie.

La TCDD - Türkiye Cumhuriyeti Devlet Demir Yolları (littéralement, Chemins de Fer National de la République de Turquie) possède 10 984 km de 1 435 mm (4 pi 8 +1 / 2 po) de calibre, dont 2 336 km étaient électrifiés en 2005.

En 2004, le projet Marmaray était lancé; celui-ci consiste à relier les parties européenne et asiatique d'Istanbul en traversant le détroit du Bosphore grâce à un tunnel ferroviaire.

Entre Istanbul et Ankara une ligne ferroviaire à grande vitesse est en construction. La durée du voyage entre les deux plus grande ville de Turquie, à 250 km/h, sera réduite de 6 heures et 30 minutes à 3 heures. La LGV Ankara-Konya a été inauguré le 24 aout 2011, et la LGV Ankara - Sivas est toujours en construction enttre Yerköy et Sivas.

Liaisons ferroviaires internationales[modifier | modifier le code]

Statut des lignes ferroviaires internationales

Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Des liaisons internationales régulières sont assurées avec les pays voisins du Moyen-Orient par la compagnie nationale ferroviaire TCDD[3].

Drapeau de la Turquie Turquie - Drapeau de l'Iran Iran[modifier | modifier le code]

Une fois par semaine :

Drapeau de la Turquie Turquie - Drapeau de la Syrie Syrie[modifier | modifier le code]

Deux fois par semaine (le retour est assuré par les Chemins de Fer Syriens) :

Drapeau de l'Iran Iran - Drapeau de la Turquie Turquie - Drapeau de la Syrie Syrie[modifier | modifier le code]

Une fois par semaine :

Drapeau de la Turquie Turquie - Drapeau de la Syrie Syrie - Drapeau de l'Irak Irak[modifier | modifier le code]

Une fois par semaine :

Aérien[modifier | modifier le code]

La Turquie dispose de 44 aéroports dont la majorité (40 d'entre eux) sont gérés par La "Direction Générale de la Gestion des Aéroports Nationaux" turque (Devlet Hava Meydanlari Isletme Müdürlügü).

En 2009, les aéroports turcs avaient accueilli 85 508 508 passagers (48 % pour les vols intérieurs et 52 % pour les internationaux), soit une augmentation de 7,6 % par rapport à l'année précédente. À la fin du mois d'août 2010, ce chiffre était de 61 201 359, soit 16,4 % de plus qu'au mois d'août 2009.

La barre des 100 millions de passagers est franchie en 2010, plus précisément 102 705 805, soit une augmentation de 20,1 % par rapport à 2009[4].

Les aéroports les plus importants sont ceux d'Atatürk à Istanbul, Antalya, Sabiha gökçen à Istanbul,Esenboga à Ankara, Adnan Menderes à Izmir, Dalaman, Milas-Bodrum, Adana-Sakirpasa à Adana et Trabzon. Ils réalisent près de 90 % du trafic aérien du pays et sont situés pour la plupart dans des zones à fort potentiel touristique.

Notes et références[modifier | modifier le code]