Transport en Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une grande partie des systèmes de transport en Chine a été construite depuis la création de la République populaire en 1949 et surtout depuis le début des années 1980. Le rail, qui est le principal mode de transport du pays, avant 1950, il n'y avait que 21 800 km de lignes ferroviaires. En 2009, le réseau de chemin de fer a depuis été étendu à 86 000 km. Le transport aérien a également connu une forte croissance depuis la fin des années 1990. À la même époque, le gouvernement a étendu le réseau autoroutier, pour qu'il fasse, en 2009, plus de 65 000 km. La Chine a ainsi le deuxième plus grand réseau autoroutier du monde, après les États-Unis.

Cependant, l'équipement du pays dans ces infrastructures varie énormément selon la région, avec d'importantes disparités locales, les régions les moins bien équipées sont ainsi l'ouest du pays, notamment le Tibet, de par ses reliefs, puis le Xinjiang, la Mongolie-intérieure et le Yunnan. Les régions les plus desservies sont ainsi les régions urbaines de l'ouest, dans la région comprise entre les métropoles de Wuhan, Shanghai, Xi'an et Harbin.

En 2005, le trafic voyageur, en personnes-kilomètres parcourus, se répartit à 53 % dans le routier, en comprenant le transport par bus, à 34 % dans le ferroviaire et à 13 % dans l'aérien. Le fret, en tonnes-kilomètres, est réparti à 55 % dans le ferroviaire, à 24 % dans le routier, à 15 % dans de cabotage, à 5 % dans le fluvial et 1 % par oléoducs et gazoducs.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le réseau de chemin de fer de Taïwan et de la Chine
Le réseau à grande vitesse Taïwan et de la Chine

Le rail est le principal mode de transport en Chine. Les chemins de fer chinois ont transporté, en 2003, 2,2 milliards de tonnes de fret et de 478,9 trillions de passagers-kilomètres. Seuls l'Inde avait plus de passagers-kilomètres et les États-Unis plus de tonnes-kilomètres. La Chine possède le second plus grand réseau de chemin de fer avec près de 86 000 km en 2009, alors qu'il n'était que de 67 524 km en 1999. Ce total comprenait plus de 72 000 km de voies normales (à 1 435 mm d'écartement) dont plus de 18 000 km électrifiés et plus de 23 000 km en double voie, soit près de 40 % du réseau. Le réseau comprend aussi plus 3 600 km de voie avec un autre écartement comme 1 000 mm ou 750 mm, pour les lignes industrielles, pour le Trans-Mandchourien, pour les voies larges russes, pour la ligne dite « du Tonkin » vers le Vietnam, etc.

En 2007, 6 000 km sont aménagés pour la grande vitesse ferroviaire. Le réseau ferré comprenait 15 456 locomotives tant électriques que diesel, avec près de 520 000 wagons pour le fret et 40 000 voitures pour le trafic passager.

À l'Ouest, seul le tronçon Lanzhou - Urumqi (au nord du désert du Taklamakan) est électrifié. La ligne ferroviaire Qing-Zang de 1 080 km a été construit pour désenclaver le Tibet. Elle part de Golmud pour arriver à Lhassa. Cette ligne a été achevée le 1er juillet 2006. Elle est aussi la plus haute ligne du monde, en passant par le col des Tangula Shankou à 5 072 m d'altitude, alors que près de 960 km sur les 1 080 km se situent à une altitude supérieure à 4 000 m d'altitude. La ligne devrait être étendue de 254 km jusqu'à Shigatse en 2010.

Transport urbain[modifier | modifier le code]

Métro[modifier | modifier le code]

Les villes de Pékin, Canton, Changchun, Chongqing, Nankin, Shanghai, Shenzhen, Tianjin, Wuhan, Chengdu, possèdent actuellement un métro, alors que des métros sont en construction dans les villes de Dalian, Harbin, Hangzhou, Qingdao, Shenyang et Xi'an.

Le métro de Pékin, ouvert en 1969, dispose actuellement de 9 lignes, 147 stations et 228 km de voies et devrait passer à 420 km d'ici 2012. Le métro de Canton, ouvert en 1997, dispose, en 2009, de 5 lignes, 88 stations et 150 km, et 133 km supplémentaires sont prévus. Le métro de Shanghai, ouvert en 1995, dispose, en 2009, de 11 lignes, 268 stations et 420 km, ce qui est l’un des plus grands métros au monde. De plus, la ville possède une ligne de train à sustentation magnétique, dénommée Transrapid de Shanghai, qui relie le centre de Shanghai à l’aéroport international de Shanghai-Pudong, ouvert en 2003, le projet a coûté 1,2 milliard de dollars. C’est le premier train commercial à sustentation magnétique à grande vitesse.

Le métro de Tianjin, a ouvert en 1970, il possède 7 lignes sur 153 9 km. Le métro de Shenzhen a ouvert en 2004, avec deux lignes, 19 stations, et 21 8 km de voies. Le Métro de Hong Kong, construit en 1979, comprend 10 lignes sur 175 km de voies, il a fusionné avec le Kowloon-Canton Railway en 2007. Un métro est en construction à Macao, il devrait comprendre en 2013, 2 lignes avec 23 stations et 20 km de voies.

Transport routier[modifier | modifier le code]

Le réseau routier de la Chine.

Au cours des dernières années, la Chine a rapidement remis en état son réseau routier. En 2005, la Chine avait un réseau routier de plus de 1,4 million de kilomètres, mais avec seulement 271 300 km de routes asphaltées en 2004, et 30 000 km d'autoroutes. Toutes les grandes villes devraient être liées à un système autoroutier en 2020.

Le transport routier est en pleine expansion dans le milieu des années 2000, il réalise 13,5 % du trafic de fret avec près de 11,6 milliards de tonnes et 49,1 % du trafic passager, avec près 769,6 trillions de passagers-kilomètres en 2003. La motorisation est rapide, bien qu'elle soit encore faible par rapport aux autres pays en développement tel que la Russie et le Brésil.

En 2002, il y avait 12 millions de véhicules transportant des passagers et 8,1 millions camions, alors qu'en 2003, ces chiffres étaient passés respectivement à 14,8 millions et 8,5 million. Pékin est la ville la plus motorisée de Chine avec 11 voitures pour 100 habitants soit près de 1,3 million de voitures en 2004. La mise en circulation de poids lourds serait passée, en 2003, à 1,1 million d'unités par an, alors que celle des bus serait à 1 million d'unités par an. La mise en circulation automobile serait, quant à elle, passée de 2 millions d'unité en 2002 à 5 millions en 2003.

De nombreux bus relient les différents villes de Chine. Il existe des bus couchettes (卧铺汽车, wòpù qìchē) pour les voyages longues distance de nuit.

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

Carte du Grand Canal sous les Tang (618-908).

La Chine possède depuis 1999, un réseau de voies navigables de 110 000 km. En 2003, ces voies navigables voient passer près de 1,6 milliard de tonnes de fret et de 6,3 trillions de passagers-kilomètres à partir de 5 100 ports intérieurs.

Les principaux cours d'eau navigables sont le Yangzi Jiang, l'Amour, la rivière Xiang, la rivière des Perles, le Huangpu, la rivière Li, le Xi Jiang et le Grand Canal. Le Yangzi Jiang est navigable par des navires de 10 000 tonnes jusqu'à Wuhan. À partir de là, le Yangzi Jiang n'est navigable que pour des navires de 1 000 tonnes et ce, jusqu'à Chongqing. Le Grand Canal est le plus long canal du monde avec 1 794 km de voies navigables en desservant 17 villes dont Pékin et Hangzhou. Il relie cinq grands fleuves : le Hai He, le Huai He, le Huang He, le Qiantang et le Yangzi Jiang.

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Ports[modifier | modifier le code]

Le port de Yangshan près de Shanghai.

La Chine compte plus de 2 000 ports, dont 130 sont ouverts aux navires étrangers. La Chine a seize grands ports maritimes ayant une capacité de plus de 50 millions de tonnes par an. La capacité totale de manutention des ports chinois est supérieure à 2,89 milliards de tonnes.

Les principaux ports sont ceux des villes de Beihai, Canton, Dalian, Dandong, Fuzhou, Haikou, Hankou, Huangpu, Jiujiang, Lianyungang, Nankin, Nantong, Ningbo, Qingdao, Qinhuangdao (spécialisé dans le transport de charbon par vraquier), Rizhao, Sanya, Shanghai, Shantou, Shenzhen, Tianjin, Weihai, Wenzhou, Xiamen, Yangzhou, Yantai et Zhanjiang. Les sept plus grands terminaux portuaires sont ceux de Canton, Dalian, Nankin, Ningbo, Qingdao, Qinhuangdao et Shanghai. En outre, Hong Kong est depuis longtemps un grand port international, qui est cependant en perte de vitesse par rapport aux autres ports chinois, depuis l'ouverture en 1985 des zone économique spéciale (ZES).

En 2005, le port de Shanghai est devenu le premier port mondial de fret, en dépassant le port de Singapour, avec le traitement 443 millions de tonnes de fret.

Flotte marchande[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, la flotte marchande chinoise est principalement originaire des chantiers navals japonais et coréen à près de 80 %, mais la production locale de navires est en progression, alors que le pays ne parvient qu’à subvenir à 10 % de ses besoins en la matière, avec par exemple la construction près de Shanghai, du chantier naval de Waigaoqiao sur île de Changxing.

Pipelines[modifier | modifier le code]

En 2006, la Chine avait 22 664 km de gazoducs, 15 256 km d’oléoducs, et 6 106 km de pipelines pour les produits raffinés. Ces pipelines ont transporté 219,9 millions de tonnes de pétrole et de gaz naturel en 2003.

La construction d'un pipeline de 4 200 km de long entre le Xinjiang et Shanghai a été achevée en 2004. Le gouvernement espère que l'utilisation de gaz naturel aidera à réduire l'utilisation du charbon qui est responsable d'une grande partie de la pollution de l'air.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Aéroports[modifier | modifier le code]

En 2005, le secteur aérien chinois a transporté près de 22,17 millions de tonnes de fret et 138 millions de passagers. Le pays détient, en 2007, 467 aéroports dont 324 ayant des pistes goudronnées. Le pays possède de plus, en 2007, 35 héliports.

Le trafic aérien de la Chine est surtout lié aux aéroports de Pékin, de Hong Kong, de Shanghai-Pudong, de Shanghai Hongqiao et de Guangzhou Baiyun. Ils sont, respectivement, les hubs d'Air China, de China Eastern Airlines et de China Southern Airlines.

Parmi les autres grands aéroports chinois, l'on peut citer l'aéroport de Chongqing, l'aéroport de Nankin, l'aéroport de Dalian, l'aéroport de Shenzhen et l'aéroport de Tianjin. Mais d'autres grands aéroports sont situés également à Chengdu, à Hangzhou, à Harbin, à Hohhot, à Kunming, à Qingdao, à Shenyang, à Urumqi, à Xiamen et à Xi'an.

Compagnies aériennes[modifier | modifier le code]

Un appareil de la China Southern Airlines à l'aéroport de Xining.

L'administration de l'aviation civile de Chine (CAAC), fut créée, en tant qu'organisme gouvernemental en 1949, pour exploiter la flotte aérienne commerciale de la Chine. La CAAC fut scindée en 1987 en six compagnies semi-autonomes, alors que CAAC devient un organisme de régulation et de réglementation aérienne, tout en étant le principal actionnaire des compagnies chinoises.

En 2002, le gouvernement a fusionné les neuf plus grandes compagnies aériennes en trois groupes régionaux : Air China avec à l'époque un chiffre d'affaires de 7 milliard de dollars, 20 000 salariés et 15,6 millions de passagers transportés, China Eastern Airlines avec un chiffre d'affaires de 6 milliard de dollars, 19 000 salariés et 16,2 millions de passagers transportés et China Southern Airlines avec un chiffre d'affaires de 4,7 milliard de dollars, 30 000 salariés et 24,1 millions de passagers transportés, toujours en 2002.

Ces trois compagnies opèrent la plupart des vols extérieurs de la Chine. Il reste cependant de nombreuses compagnies régionales tel Hainan Airlines, Shanghai Airlines, Shandong Airlines, Xiamen Airlines, Shenzhen Airlines et Sichuan Airlines. Ensemble, ces neuf compagnies aériennes ont une flotte combinée de près de 860 avions en 2006 et de près de 1 580 en 2010.

Source[modifier | modifier le code]