Transport en Azerbaïdjan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte géopolitique de l'Azerbaïdjan avec les réseaux ferroviaires et routiers.

Le transport en Azerbaïdjan dispose d'infrastructures ferroviaires, routières et aéroportuaires. Le pays n'ayant pas accès à la mer ouverte et de l'océan, mais il dispose d'infrastructures maritimes et des ports en raison de son littoral sur la mer Caspienne, qui est une mer fermée. Le pays possède également une marine marchande, qui ne repose pas seulement dans la mer Caspienne, mais aussi dans les mers ouvertes. Ses cours d'eau ne sont en outre pas navigables. L'Azerbaïdjan est traversée par des axes routiers d'importance mondiale, dont deux relient les réseaux routiers de l'Europe et d'Asie.

Chemins de fer[modifier | modifier le code]

Chemin de fer de l'Azerbaïdjan[modifier | modifier le code]

Carte des chemins de fer azerbaïdjanais actuelle.
Ligne Kars-Tbilissi-Bakou.

Le réseau ferroviaire azerbaïdjanais s'étend en 2009 sur 2 918 km, dont 1 278 km sont électrifiés[1].

La première ligne de chemin de fer a été construite sous l'empire russe (début des travaux en 1878) et a relié la capitale Bakou avec ses banlieues et les zones industriels et des ports, à l'intérieur et autour de la ville en 1880. La longueur du premier chemin de fer en Azerbaïdjan était de 20 km. Le transport du pétrole par train à vapeur entre Bakou et sa banlieue Sabuncu a été réalisé.

La deuxième ligne de chemin de fer a été construite qui a relié Bakou à Tbilissi, la capitale de la Géorgie en 1883, dont la longueur est de 550 km. À la fin du XIXe siècle, l'Azerbaïdjan a été connecté avec le reste de l'empire russe, avec l'achèvement de la ligne de chemin de fer à Derbent au Daguestan, dont la longueur est de 231 km.

La volume de trafic par le Chemin de fer de l'Azerbaïdjan en 2005 était de 2 620 100 000 t et de 550 970 000 de passagers. La volume de trafic était de 9 524 000 000 t et le transport de passagers était de 881 100 000. Le volume de trafic sur le corridor de l'Europe-Caucase-Asie était de 7 327 600 000 t en total[2].

L'écartement des rails est de 1 520 mm et les lignes sont électrifiées à 3 000 V (3 kV) DC.

La Ligne Kars-Tbilissi-Bakou est un projet de ligne de chemin de fer qui reliera directement la Turquie, la Géorgie et l'Azerbaïdjan. Il est prévu pour être achevé et mis en service en 2012.

Liaisons ferroviaires avec les pays limitrophes[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Arménie Arménie – oui – fermé pour des raisons politiques.
  • Drapeau de la Géorgie Géorgie – oui – lien à la Turquie en cours de construction et devrait être achevé en 2012.
  • Drapeau de l'Iran Iran – oui – change d'écartement des rails – via l'Arménie, mais aujourd'hui, seulement avec le Nakhitchevan.
  • Drapeau de la Russie Russie – oui.
  • Drapeau de la Turquie Turquie – non – change d'écartement des rails – via la Géorgie qui en cours de construction et qui devrait être achevé en 2012.

Métro[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Métro de Bakou.

Le seul métro d'Azerbaïdjan est celui de Bakou, la capitale. Il compte actuellement deux lignes (une troisième est en construction) desservant 23 stations à partir de 2011 et traversant toute la ville. En 2011, il couvre 34,6 km et a transporté 66 795 000 passagers par an[3].

Routes[modifier | modifier le code]

Autoroute qui fait partie de la route européenne 60, près de Ələt, sud-ouest de Bakou.

En 2006, le réseau routier azerbaïdjanais est long de 59 141 km, dont 29 210 km sont asphaltés[1]. Il est prévu de rénover 3 578 km de routes nationales et 5 928 km de routes locales en 2015[4].

Transports maritimes[modifier | modifier le code]

Vue du port de ferry à Bakou.

Toutes les voies marines d'Azerbaïdjan commencent à Bakou, le plus grand port de la mer Caspienne et la base de la marine marchande azerbaïdjanaise.

Il est possible d'atteindre Astrakhan et Makhatchkala en Russie, Aktaou en Kazakhstan, Türkmenbaşy en Turkménistan et Bandar-e Anzali en Iran. Il est possible de s’ouvrir aux océans du monde à partir de la mer Caspienne d’Azerbaïdjan par du fleuve Volga vers le canal Volga-Don. Avec le canal Don-Volga, la Volga et le Don forment ensemble la voie la plus directe reliant la mer Caspienne à la mer d'Azov, et donc la mer Noire et les océans. La voie navigable Volga-Baltique relie la Volga avec la mer Baltique. Les bateaux d'Azerbaïdjan peuvent s'ouvrir aux océans du monde tant par le canal Volga-Don et la voie navigable Volga-Baltique, mais seulement avec des navires fluviaux.

Les ferrys fonctionnent entre Bakou-Türkmenbaşy, Bakou-Aktaou et Bakou-Bekdache met 11 heures à traverser des deux côtes. Le pétrole est transporté par des bateaux citernes sur la Mer Caspienne. En hiver, le nord de la mer Caspienne se gèle, le parcours Bakou-Astrakhan ne fonctionne plus. La plupart des bateaux emmènent leur charges vers les ports qui se trouvent à la mer Noir et la mer Méditerranée. Ainsi, ils assurent une large contribution de monnaies étrangères au budget azerbaidjanais

L'Administration Publique Maritime de la Mer Caspienne et le Port Maritime Commercial de Bakou jouent un grand rôle dans la transportation sur l'eau de l'Azerbaïdjan[5].

Marine marchande[modifier | modifier le code]

(2010)[1]

Ports maritimes[modifier | modifier le code]

Aéroports[modifier | modifier le code]

En 2010, l'Azerbaïdjan compte 35 aéroports[1] dont le principal est l'aéroport international Heydar Aliyev de Bakou, suivi par l'aéroport international Gandja de Gandja, l'aéroport international Nakhitchevan de Nakhitchevan et l'aéroport international Lankaran de Lankaran[6].

La principale compagnie aérienne azerbaïdjanaise est Azerbaijan Airlines.

Aéroports au total[modifier | modifier le code]

  • Total : 35 (2010)[1]

Aéroports, avec pistes en dur[modifier | modifier le code]

  • Total : 27
  • De plus de 3 000 m : 3, dont les quatre principaux sont les aéroports de Bakou, de Gandja, de Nakhitchevan et de Lankaran.
  • De 2500 à 3 000 m : 6
  • De 1500 à 2 500 m : 13
  • De 1000 à 1 500 m : 4
  • De moins de 1 000 m : 1

(2010)[1]

Aéroports, avec pistes en terre[modifier | modifier le code]

  • Total : 8
  • De moins de 1 000 m : 8

(2010)[1]

Héliports[modifier | modifier le code]

  • Total : 1

(2010)[1]

Transports des hydrocarbures[modifier | modifier le code]

Carte de l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan.

Les canalisations des hydrocarbures en Azerbaïdjan pour transporter le pétrole et le gaz naturel sont largement développées. Les oléoducs jouent un rôle très important pour le transport du pétrole tant à l’intérieure du pays que à l’étranger. Pour cette raison, on réalise les opérations pour le développement des canalisations des hydrocarbures chaque an. La première oléoduc a été construite à la péninsule d'Abşeron conformément à la production du pétrole dans le pays. On a mis en service une oléoduc ayant une longueur de 800 km entre Bakou et Batoumi en Géorgie au début du XXe siècle.

La deuxième étape, pour l'exportation de gaz naturel, a été développé avec la construction des gazoducs, et le gaz naturel est la deuxième plus importante source d'hydrocarbure qui est exportée par l'Azerbaïdjan.

La mise en service de l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan en 2006 est un développement très important pour l'exportation du pétrole d’Azerbaïdjan au marché mondial. Cette oléoduc transporte de 50 millions tons de pétrole par an aux marchés mondiaux[7].

Conduite[modifier | modifier le code]

La longueur totale des canalisations des hydrocarbures dans les pays est de 4 485 km[1].

(2010)[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) CIA, « Azerbaijan », The 2012 World Factbook (consulté le 23 février 2012).
  2. (fr) « Azerbaijans.com — Transport – Transport de chemin de fer » (consulté le 1 mars 2012).
  3. (fr) « Azerbaijans.com — Transport - Métro » (consulté le 1 mars 2012).
  4. (fr) « Azerbaijans.com — Transport - Transport routier » (consulté le 1 mars 2012).
  5. (fr) « Azerbaijans.com — Transport - Transport de l’eau » (consulté le 1 mars 2012).
  6. (fr) « Azerbaijans.com — Transport - Transport aérien » (consulté le 1 mars 2012).
  7. (fr) « Azerbaijans.com — Transport – Transport de canalisation » (consulté le 1 mars 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]