Transi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Homme à moulons, par Jacques Du Brœucq, Boussu (Belgique), XVIe siècle
Transi de Guillaume d'Harcigny au musée de Laon
Partie basse (transi) du Gisant de Jean III de Trazegnies et de son épouse Isabeau de Werchin (1550) - Église Saint-Martin (Trazegnies) Il est entouré d'inscriptions en caractères gothiques  : elles servent de commentaires. On y lit ces mots  :
« Mors omnia solvit. Nascentes morimur. Mors ultima linea rerum. Ortus cuncta suos repetunt matremque requirunt, et redit ad nihilum quod fuit antea nihil. Charlé de Tyberchamps: Notice descriptive et historique des principaux chateaux  »

Un transi, dans l'art funéraire de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, est une sculpture représentant un mort. Transi de la même façon que le plus moderne trépassé, veut dire défunt[1]. Contrairement au gisant représentant un personnage couché et endormi, dans une attitude béate ou souriante, le transi représente le défunt de façon réaliste, nu, voire en putréfaction. De façon exceptionnelle, ce transi, comme celui du duc René dans l’église Saint-Étienne à Bar-le-Duc, sculpté par Ligier Richier, est debout, son écu lissé, et tendant son cœur à pleine main vers le ciel[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

Apparu dans ce XIVe siècle où guerre (celle de Cent Ans), peste et famine ont emporté la moitié de la population, le transi marque une cassure dans l'art funéraire du Moyen Âge. L'horreur et les vers, la putréfaction et les crapauds remplacent — brutalement — sourires, heaume ou hennin. Guillaume de Harcigny ne joint pas les mains dévotement, mais tente, de ses phalanges sèches, de cacher un sexe pourri depuis longtemps. Le cardinal Lagrange exhorte le passant non à prier pour lui, mais à faire preuve d'humilité, car tu seras bientôt comme moi, un cadavre hideux, pâture des vers[3].

Le terme transi apparaît au XIIe siècle dans l'acception de « transi de vie », c'est-à-dire « trépassé ». La religion populaire, empreinte de magie, en fait un saint à invoquer dans les cas désespérés. On trouve un bon exemple de ce culte à Ganagobie dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Seules certaines régions sont touchées par le remplacement des gisants par des transis. Ainsi en est-il de l'Est de la France et de l'Allemagne occidentale. En revanche, le transi demeure exceptionnel en Italie ou en Espagne[4]

Interprétations[modifier | modifier le code]

Huizinga voit la preuve dans l'apparition des transis d'une crise morale. Tenenti, à l'inverse, y voit une horreur de la mort : célébration de « la vie pleine ». Philippe Ariès se positionne plutôt du côté de Tenenti. Se fondant sur les derniers vers du sonnet I de Ronsard (« O charoigne, qui n'es mais hon,/Qui te tenra lors compaignée ?/ Ce qui istra [sortira] de ta liqueur,/ Vers engendrés de la pueur/ De ta ville chair encharoignée. », cité p. 30), l'historien nous explique que l'horreur de la décomposition n'est pas post mortem, mais dans la maladie[5].

Quelques transis[modifier | modifier le code]

En France et en Europe, on dénombre environ :

parmi lesquels ceux de :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Transir, v. int., Passer, partir [exemples], en particulier, trépasser, mourir », Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, t. 8, Paris, F. Vieweg,‎ 1881-1902, 1e éd. (lire en ligne), p. 16-17
  2. [1] Restauration du transi de René de Chalon
  3. Utzinger (Hélène et Bertrand), Itinéraires des Danses macabres, éditions J.M. Garnier, 1996, ISBN 2-908974-14-2.
  4. Philippe Ariès, Essais sur l'histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 1975
  5. Philippe Ariès, Essais sur l'histoire de la mort en Occident du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 1975, p.38-39
  6. page sur l'église et son transi
  7. Le transi de Catherine de Médicis basilique Saint-Denis

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Baron, Le médecin, le prince, les prélats et la mort. L'apparition du transi dans la sculpture française du Moyen Âge dans les Cahiers archéologiques. Numéro 51. Paris, Picard, 2006, p. 125-158.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]