Transfert d'eaux sud-nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'eau du sud est abondante, l'eau du nord rare. Dans la mesure du possible, l'emprunt d'eau serait bon, Mao Zedong

Le projet du transfert d'eaux du sud au nords (en chinois 南水北调工程; pinyin: Nánshuǐ Běidiào Gōngchéng) est un ensemble de canaux, canalisations souterraines et matériel pour mieux repartir les ressources d'eau dans la République populaire de Chine, dont l'achèvement de la partie centrale est prévu en 2014[1]. Le nord de la Chine, fortement industrialisé, connaît une pluviosité beaucoup moins importante que les régions méridionales. Le fleuve Jaune s'est asséché plusieurs fois au cours des décennies récentes et certains affluents du Hai ont failli s'assécher. Alors que le but principal est de transférer de l'eau du Yangtsé (fleuve Bleu) aux fleuves Huang He (fleuve Jaune) et fleuve Hai, de moindres projets y sont associés. Parmi ceux-ci, un plan controversé pour détourner de l'eau du fleuve Brahmaputra, au nord de l'Inde, est à l'étude pendant des années. L'offre et la demande d'eau ont changé plus vite que la capacité du projet de s'adapter, entraînant des coûts surélevés et des bienfaits réduits.

Ébauche[modifier | modifier le code]

L'origine du projet du transfert d'eaux nord-sud se trouve dans la remarque de Mao Zedong que l'eau du sud est abondante, l'eau du nord rare. Dans la mesure du possible, l'emprunt d'eau serait bon. Le département des eaux chinois réalisa des études, et après des décennies de recherches, le projet a fixé trois filières

  • à l'ouest, vers l'amont, où les fleuves Yangtsé et Jaune sont les plus rapprochés
  • au centre, où l'eau du cours supérieur du fleuve Han (un affluent du Yangtsé) sera détournée à Pékin et Tianjin
  • à l'est, où le projet se sert du Grand canal

Route de l'ouest[modifier | modifier le code]

La route occidentale, également la Grande ligne de l'ouest, détournera de l'eau du cours supérieur du Yangtsé à celui du fleuve Jaune. Afin de franchir la ligne de partage d'eau entre ces deux fleuves, d'énormes barrages et de longs canaux souterrains sont en projet. De plus, de vastes quantités d'eau seront enlevées aux cours supérieurs de six fleuves du sud-ouest de la Chine, y comprenant le Mekong, le Yarlung Zangbo et le Salween et détournées aux régions septentrionales sèches de la Chine par un ensemble de réservoirs, tunnels et fleuves naturels[2]. La faisabilité de cette route est encore à l'étude et on n'a pas l'intention d'amorcer les travaux bientôt.

Route du centre[modifier | modifier le code]

La route centrale suit un tracé du réservoir de Danjiangkou sur le fleuve Han, un affluent du Yangtsé, à Pékin. La route est construite sur la Grande plaine du nord, et donc l'eau peut couler jusqu'à Pékin par la pesanteur. Le principal défi technique est de percer un canal souterrain sous le fleuve Jaune. La construction de la route centrale a commencé en 2004, et en 2008 son tronçon nord de 307km a été terminé à un coût de 2 milliards de dollars américains. Cette partie du canal n'est pas encore alimentée par le Han, mais par plusieurs réservoirs du province de Hebei au sud de Pékin. Les agriculteurs et industries du Hebei ont dû réduire leur consommation d'eau pour donner la priorité au transfert d'eaux à Pékin[3].

On prévit l'achèvement de tout le projet vers 2010, une date récemment remise à 2014 pour permettre la mise en place de plus de protection environnementale. Un des problèmes est l'influence du Han, où environ un tiers de l'eau est détourné. Une considération à longue terme est de creuser un autre canal pour transférer de l'eau depuis le Barrage des Trois Gorges au réservoir de Danjiangkou. Une autre inquiétude est la réinstallation d'environ 330 000 personnes le long de la route. Le 18 octobre 2009, des officiels chinois se sont mis à délocaliser les habitants des régions des provinces de Hubei et Henan touchés par le projet.

Route de l'est[modifier | modifier le code]

Le Grand canal est actuellement en cours d'amélioration. De l'eau du Yangtsé sera puisée dans le Yangtsé et transférée par un ensemble de stations de pompage (dont une construite aux années quatre-vingt capable de pomper 400m³ par seconde) le long du canal et au-dessous du fleuve Jaune, depuis lequel elle peut couler aux réservoirs près de Tianjin. La construction de la route de l'est a débuté officiellement le 27 décembre 2002 et son approvisionnement de Tianjin est censé commencer en 2012. Cependant la pollution des eaux a entravé la réussite de ce projet.

Controverse[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.liberation.fr/monde/01012310444-pekin-la-longue-marche-de-l-eau
  2. http://www.progress.org/2006/water29.htm
  3. http://www.economist.com/node/12376698?story_id=12376698