Traitement des images dans les conflits du Proche-Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le traitement des images est une donnée importante dans les conflits contemporains où la télévision a joué un rôle primordial, c'est-à-dire au moins depuis la guerre du Vietnam.

Dans le conflit du Proche-Orient, Israël d'une part et les Palestiniens d'autre part, estiment, de façon assez symétrique, que certains médias manipulent les images pour avantager leur adversaire.

Accusations de "la communauté juive" à l'égard des médias[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Intifada[modifier | modifier le code]

Durant le conflit israélo-libanais de 2006[modifier | modifier le code]

  • Salam Daher (alias Casque Vert)
  • Affaire des photos d'Adnan Hajj
  • Selon le Figaro, des pressions auraient été exercées sur les journalistes au Liban[4]
  • Le 28 août 2006, la rédactrice en chef du Jerusalem Post, Caroline Glick, dénonce les « mises en scène des terroristes » tout au long du conflit au Liban et salue le rôle des blogs qui ont permis de lutter contre les « falsifications systématiques des événements, le montage de fausses attaques contre les bénévoles, la fabrication d'images par le Hezbollah, aidés par les médias officiels et les ONG » [5].

Accusations de "la communauté musulmane" à l'égard des médias[modifier | modifier le code]

Le MEMRI[6], l’institut de recherche des médias du Moyen-Orient, est présenté par certains journalistes (voir Brian Whitaker du Guardian) comme un instrument de propagande militaire israélienne destiné aux occidentaux[7]. Selon Mohammed El Oifi, dans le Monde Diplomatique, MEMRI, lancé un an et demi après Al-Jazira et le projet Memri TV Monitor, a pour objectif de surveiller les chaînes de télévision arabes et iraniennes. Toujours selon El Oifi, MEMRI fait des sous-titrages biaisés de courts extraits soigneusement sélectionnés de ces télévisions, qu’il distribue sans frais aux chaînes occidentales. En 2004, MEMRI a exploité les erreurs de la télévision du Hezbollah, Al-Manar, pour faire interdire celle-ci en France[8].

Films abordant la question des images dans le conflit[modifier | modifier le code]

La question du biais apporté par les images a attiré l'attention des médias eux-mêmes au point que plusieurs films ont été réalisés pour aborder ce thème :

Une partie du film (en) Voyage dans une guerre invisible sur l’Internet Movie Database de Paul Moreira s'intéresse au Camera distribution project de B'Tselem.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué de l'Ambassade d'Israël à Berne, octobre 2010
  2. Site présentant des extraits de reportages accusés d'être des manipulations
  3. Le mensonge de Jénine
  4. Les médias, l'autre arme de la guerre du Liban, Paule Gonzales, Le Figaro, 11 août 2006
  5. Éditorial de Caroline Glick, Jerusalem Post, 28 août 2006
  6. Site du MEMRI en français
  7. [1] traduction sur Traduction de l'article du Guardian
  8. Article du Monde Diplomatique
  9. Media Education Foundation: Peace, Propaganda & the Promised Land
  10. www.context.tv
  11. Pierre Rehov's Middle East Documentaries

Liens externes[modifier | modifier le code]