Trait (linguistique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trait.

En linguistique, un trait est une caractéristique d'un élément donné. Il s'agit d'un terme générique fédérant un grand nombre de termes techniques plus spécialisés.

Type de traits :

  • trait acoustique : fréquence, amplitude, spectre, formants, durée.
  • trait phonétique : consonantique, vocalique, voisée, ouverture, arrondie, avancement, etc.
  • trait distinctif, mérisme : selon la langue
  • trait phonologique : selon la langue
  • trait prosodique : ton, intonation, durée.
  • trait sémantique

Trait phonétique[modifier | modifier le code]

Un trait phonétique est une caractéristique phonétique d'un mot, d'un morphème et, plus souvent, d'un phonème — mais le terme peut s'appliquer à tout son ou ensemble de sons, de quelque taille qu'il soit.

On dira par exemple que l'occlusion est l'un des traits phonétiques de la consonne [m]. Pour prononcer cette consonne, le locuteur utilise en effet l'occlusion des lèvres : il s'agit d'une consonne occlusive. Mais on peut trouver d'autres traits phonétiques à cette consonne : son caractère bilabial et continu, sa nasalité, etc. Il s'agit d'un échelon de mesure inférieur au phone.

Les traits phonétiques de base pour décrire une consonne sont : le point d'articulation, le mode d'articulation, la nasalité.

Les traits phonétiques de base d'une voyelle sont le point et le mode d'articulation, la nasalité, l'aperture (ou degré d'ouverture de la bouche), l'arrondissement des lèvres.

Le trait phonétique correspond donc à l'exécution d'un mouvement articulatoire de la bouche. Mais, au niveau de la réception des sons, il peut correspondre aux caractéristiques acoustiques d'un son tel qu'il est perçu. En effet, une personne qui ne connaît pas une langue ne pourra pas en entendre tous les traits phonétiques.

Trait sémantique[modifier | modifier le code]

On peut aussi parler de traits sémantiques pour des éléments de sens, à l'intérieur d'un mot, qui sont inférieurs ou égaux aux sèmes. Un sème est en fait un cas de trait sémantique ; la différence est que le sème est un trait tout à fait perceptible alors qu'il existe des traits sémantiques qui le sont beaucoup moins, souvent induits par le contexte ou par la situation d'énonciation. On voit alors que le terme trait est beaucoup plus large que le terme sème. Il s'agit d'un échelon de mesure inférieur au sème.

Par exemple, il y a plusieurs sèmes dans le mot aube: le sème du « commencement », le sème du « temps », et même le sème de la « blancheur » (aube vient du latin alba) — ce dernier étant peu perceptible pour un non latiniste. Mais le nombre de traits sémantiques est bien plus élevé : il dépend du contexte, il est différent pour chaque locuteur et interlocuteur ; il s'agit vraiment d'un terme générique : dans un poème, le mot aube contiendra le trait de « moment poétique décrit par Homère qui évoque alors les doigts de rose » ; pour un latiniste le trait sémantique de la « blancheur » sera plus important dans ce mot ; pour une personne d'église le trait sémantique de connotation de l'aube, « vêtement blanc des prêtres », sera présent et influencera sa manière d'employer le terme. Etc.

La notion de trait sémantique regroupe ainsi tout ce qui fait sens dans une situation donnée, alors que le sème serait un trait sémantique perceptible par tous dans toute situation. Le sème concerne la dénotation et la part évidente de la connotation d'un mot, tandis que le trait sémantique sert à désigner tout élément de sens, connoté et dénoté.

Selon les théories, les traits peuvent être binaires ou flous.

Exemples de traits :

  • +/- borné
  • +/- dynamique
  • +/- statif

Trait grammatical[modifier | modifier le code]

Le trait grammatical est une catégorie d'ordre grammatical et linguistique permettant de décrire les flexions morphologiques des mots variables d'une langue. Tous les traits ne sont cependant pas représentés dans toutes les langues et chaque trait se subdivise en catégories de nombre variable dans les langues concernées.

Les principaux traits grammaticaux sont :

  • la nature ou classe lexicale (nom, verbe, adjectif, etc.) ;
  • le genre (masculin, féminin, neutre, etc.) ;
  • le nombre (singulier, duel, pluriel, etc.) ;
  • la personne (1re, 2e et 3e) ;
  • le cas (nominatif, accusatif, régime, etc.) ;
  • le temps (imparfait, présent, futur antérieur, etc.) ;
  • le mode (indicatif, subjonctif, infinitif, etc.) ;
  • la fonction (sujet, épithète, COD, etc.) ;
  • la voix (active, moyenne, passive) ;
  • l'aspect (duratif, progressif, perfectif, etc.).

Par exemple, l'analyse grammaticale de la forme nominale latine templorum dans l'énoncé custos templorum (« le gardien des temples ») nécessite de donner le cas (génitif), le nombre (pluriel), le genre (neutre), trois traits intrinsèques à la forme (mais pas au nom lui-même, seul son genre étant immuable) et la fonction (complément du nom ; dépend de l'énoncé). Celle du verbe français rapetassassions permet de dire que c'est la première personne du pluriel (nombre) de l'imparfait (temps) du subjonctif (mode) actif (voix) du verbe rapetasser.

Articles connexes[modifier | modifier le code]