Traité sur les forces conventionnelles en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FCE.

Le traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE) a été signé à Paris le 19 novembre 1990, entre 22 représentants des États de l'OTAN et du Pacte de Varsovie.

Sommet de l'OSCE à Paris : « Yalta s'est terminée ce jour même » (François Mitterrand). Signature du Traité de Paris sur les Forces Conventionnelles en Europe (FCE). Mais, après la dissolution de l'URSS, le traité a été ratifié par 30 États - les pays membres de l'OTAN, les 6 États du Pacte de Varsovie, et les 8 États de l'ex-URSS dont le territoire est situé à l'Ouest de l'Oural (Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Kazakhstan, Moldova, Russie et Ukraine).

Il vise à éliminer l’avantage numérique dont disposent les forces du Pacte de Varsovie. D’énormes quantités d’armes (non nucléaires) devaient être détruites entre 1992 et 1995.

En novembre 1999, le sommet de l'OSCE en Turquie a donné lieu à la signature d'une version adaptée du traité qui ne met plus les objectifs par blocs militaires (le Pacte de Varsovie ayant cessé d'exister en 1991, plusieurs de ses membres ont rejoint l'OTAN depuis), mais par pays.

Face aux changements de la donne géostratégique en Europe et au fait que seuls quatre pays ont ratifié le traité à ce jour, Vladimir Poutine a annoncé le 26 avril 2007 un moratoire sur l'application de ce traité par la Russie entré en vigueur le 12 décembre 2007[1]. La Russie demande que la version adaptée de ce document, qui limite les armements en Europe, soit ratifiée par tous les pays membres de l'OTAN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]