Traité de Vienne (1731)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité de Vienne.
Lord Chesterfield, le négociateur britannique

Le traité de Vienne est d'abord signé le 16 mars 1731 par le comte Finzendorf (Autriche) et par Philip Stanhope, comte de Chesterfield (Angleterre).

Ce traité marque la fin de l'alliance franco-britannique (1727-1731), le début de l'entente anglo-autrichienne et la naissance de la légendaire hostilité entre la France et l'Angleterre.

L'Espagne signe le traité le 22 juillet car le traité reconnait, entre autres, Charles de Bourbon comme duc de Parme. De plus, l'empereur Charles VI accepte de céder les activités de la compagnie d'Ostende, créée par lui en 1717, pour permettre aux provinces des Pays-Bas méridionaux de commercer avec l'Inde sans passer par l'intermédiaire des Provinces-Unies.

Références et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Nothomb, Essai historique et politique sur la révolution belge.
  • F. Schoell, Histoire abrégée des traités de paix entre les puissances de l'Europe, Bruxelles, Meline, Cans et compagnie,‎ 1837 (lire en ligne), p. 246