Traité de Paris (1918)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité de Paris.

Le traité de Paris du est un traité passé entre la France et le représentant du prince souverain Albert Ier de Monaco et qui a porté atteinte à l’indépendance de la principauté de Monaco.

La première singularité est qu’il s’agit d’un traité secret dont l'existence ne sera révélé que lors de la Conférence de paix de Paris (1919).

Le gouvernement français, confronté aux offensives allemandes de la fin de la Grande Guerre, a pu vouloir s'assurer de la maîtrise sur Monaco même en cas de victoire allemande.

Pour la Principauté le traité de Paris de 1918 a rappelé douloureusement le traité de Stupinigi de 1817, passé avec le royaume de Sardaigne.

Une clause de l’article 2 du traité de 1918 (qui en comporte 7) en résume parfaitement l’esprit : « les mesures concernant les relations internationales devront toujours faire l’objet d’une entente préalable entre le gouvernement princier et le gouvernement français », clause incompatible avec une indépendance véritable de la Principauté.

Qui plus est, les clauses de ce traité de Paris de 1918 furent entérinées par l’article 436 du traité de Versailles signé le  :

« ART. 436 - Les hautes parties contractantes reconnaissent avoir pris connaissance et donner acte du traité signé par le Gouvernement de la République Française le 17 juillet 1918 avec S. A. S. le prince de Monaco, et définissant les rapports de la France et de la principauté. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Texte du traité de Paris du  :

Texte du traité de Versailles de 1919  :