Traité de New York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La dénomination de « traité de New York » désigne au moins deux traités, l'un en 1790 et l'autre en 1796, conclus, dans la ville de New York, entre les États-Unis et certains peuples premiers d'Amérique du Nord.

1790[modifier | modifier le code]

En 1789, le gouvernement américain invite les Creeks à négocier, à Rock Landing en Géorgie. Leur représentant, Alexander McGillivray, rompt abruptement la négociation et envoie ensuite une lettre aux commissaires des États-Unis décrivant ses griefs. George Washington réagit en mandant un émissaire spécial, le colonel Marinus Willett pour convaincre McGillvray de venir à New York, alors capitale des États-Unis, pour conclure un traité qui serait négocié directement entre Washington, Henry Knox et les représentants de son peuple[1].

Le 7 août 1790[2], vingt-six chefs creeks, conduits par McGillivray, se rendent à New York et signent un traité, au nom des Creeks des villes hautes, centrales et basses, ainsi que des Séminoles composant la Nation Creek. Par ce traité, les Creeks cèdent aux États-unis une part importante de leurs territoires de chasse et acceptent de remettre aux autorités américaines les esclaves en fuite. De leur côté, les États-Unis reconnaissent aux Creeks le droit de punir ceux qui violeraient les frontières de leur territoire. Dans une close secrète de l'accord, McGillivray obtient une commission de brigadier-général de l'US Army et se voit accorder le droit d'importer des marchandises via le port espagnol de Pensacola sans s'acquitter des droits de douane américains[3].

1796[modifier | modifier le code]

Le traité de New York (connu également sous l'appellation de « Traité avec les Sept Nations[4]du Canada » fut signé le 31 mai 1796, entre les chefs des peuples premiers d'Amérique, dont les Sept Nations du Canada et une délégation des États-Unis, conduite par Abraham Ogden[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kennedy,« McGillivray and Wasington » pp. 127-128
  2. GergiaInfo
  3. Saunt, p. 196
  4. Mohawks d'Akwesasne, Mohawks de Kahnawake, Mohawks et Anishinaabe de Kanesatake, Abénaquis d'Odanak, Abénaquis de Wôlinak, Huron-Wendat de Wendake et Onondaga d'Oswegatchie
  5. Deloria, « Treaty Between The Seven Nations of Canada and New York »

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Roger G Kennedy, Mr. Jefferson's lost cause : land, farmers, slavery, and the Louisiana Purchase, New York : Oxford University Press, 2003. (ISBN 978-0-19-515347-7)
  • (en) Francis Paul Prucha, American Indian treaties : the history of a political anomaly, Berkeley u.a. Univ. of California Press, 1994. (ISBN 978-0-520-08531-2)
  • (en) Claudio Saunt, A new order of things : property, power, and the transformation of the Creek Indians, 1733-1816, Cambridge, U.K. ; New York : Cambridge University Press, 1999. (ISBN 978-0-521-66043-3)
  • (en) Vine Deloria et Raymond J DeMallie, Documents of American Indian diplomacy treaties, agreements, and conventions, 1775-1979, Norman : University of Oklahoma Press, 1999. (ISBN 978-0-585-31717-5)