Traité d'amitié et de commerce entre la France et le Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Traités d'amitié et de commerce entre le Japon et la Hollande, l'Angleterre, la France, la Russie et les États-Unis, 1858.
Signature du premier traité franco-japonais en 1858 à Edo.
Duchesne de Bellecourt apporte au shogun le traité franco-Japonais ratifié, 4 février 1860.
Duchesne de Bellecourt remet le traité ratifié d'amitié et de commerce entre la France et le Japon au shogun en 1860. Il est accompagné du père Mermet-Cachon.

Le Traité d'amitié et de commerce entre la France et le Japon (日仏修好通商条約, Nichifutsu shūkō tsūshō jōyaku?) est signé à Edo le 9 octobre 1858 par Jean-Baptiste Louis Gros, le commandant de l'expédition française en Chine, assisté de Charles de Chassiron et Alfred de Moges.

Description[modifier | modifier le code]

Le traité officialise l'ouverture des relations diplomatiques entre les deux pays[1]. Il est signé à la suite de la signature du traité Harris entre les États-Unis et le Japon. La France, l'Empire russe, le Royaume-Uni et les Pays-Bas suivent rapidement l'exemple des États-Unis : le Japon est contraint d'appliquer aux autres nations les conditions accordées aux États-Unis en vertu de la disposition appelée « clause de la nation la plus favorisée ». Ces traités de 1858 avec les cinq nations sont désignées collectivement comme les « traités Ansei »[2]. Les points les plus importants de ces « traités inégaux » sont :

  • Échange d'agents diplomatiques.
  • Ouverture des ports d'Edo, de Kōbe, de Nagasaki, de Niigata et de Yokohama au commerce étranger.
  • Possibilité pour les citoyens étrangers de vivre et de commercer à volonté dans ces ports (seul le commerce de l'opium est interdit)
  • Un système d'extraterritorialité prévoit l'assujettissement des résidents étrangers aux lois de leurs juridictions consulaires propres au lieu du système de loi japonais.
  • Faibles droits fixes import-export, sous contrôle international, privant ainsi le gouvernement japonais du contrôle sur le commerce extérieur et sur la protection des industries nationales (le taux descendra jusqu'à 5 % dans les années 1860.)

En 1859, Gustave Duchesne de Bellecourt arrive et devient le premier représentant français au Japon[1],[3]. Cette année-là, un consulat français est ouvert au Saikai-ji, à Mita, Edo[3], un consulat américain au Zenpuku-ji et un consulat britannique au Tōzen-ji.

Le traité ratifié est apporté au shogun par Duchesne de Bellecourt, le 4 février 1860.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Polak 2002, p. 29.
  2. Auslin 2004, p. 1.
  3. a et b Macouin et Omoto 2001, p. 23.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael R. Auslin, Negotiating with imperialism : the unequal treaties and the culture of Japanese diplomacy, Cambridge, Harvard University Press,‎ 2004, 263 p. (ISBN 978-0-674-01521-0)
  • (en) Henry Wager Halleck, International law : or, Rules regulating the intercourse of states in peace and war, New York, D. Van Nostrand,‎ 1861, 907 p. (OCLC 852699)
  • Francis Macouin et Keiko Omoto, Quand le Japon s'ouvrit au monde : Emile Guimet et les arts d'Asie, Paris, Gallimard-Jeunesse, coll. « Découvertes Gallimard / Histoire » (no 99),‎ 2001, 192 p. (ISBN 978-2-07-076084-8)
  • Christian Polak, Soie et lumières : l'âge d'or des échanges franco-japonais (des origines aux années 1950), Tokyo, Hachette Fujingaho,‎ 2002, 235 p. (ISBN 978-4-573-06210-8)